La justice française fera-t-elle toute la lumière sur la ténébreuse affaire du vaccin Meningitec® ?

Bonjour

Meningitec®  1. C’est une affaire vaccinale difficilement compréhensible, une affaire faite de « métaux lourds » et de « nanoparticules » . C’est néanmoins une affaire dans laquelle la justice va tenter de faire la lumière. La justice soit, en l’espèce, le président du tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand.  En pratique, d’ici la fin de décembre ou le début de janvier, « cinq ou six collèges d’experts », chacun composé d’un pédiatre et d’un toxicologue seront constitués dans toute la France. Puis  ils devront rendre leurs conclusions « dans un délai raisonnable ». M. Jean-Claude Pierru, président du tribunal n’a pas précisé ce qu’il considérait comme raisonnable.

Oxyde de fer, acier inoxydable, chrome, zinc

L’affaire est d’importance : on recense 580 familles, originaires de toute la France, qui ont porté plainte contre le laboratoire CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques), installé à Cournon-d’Auvergne (Puy-de-Dôme). Les plaignants reprochent à cette firme « d’avoir acheminé des seringues susceptibles de contenir des résidus de métaux lourds (oxyde de fer, acier inoxydable, chrome, zinc) ».

Ces plaignants font valoir que des enfants vaccinés avec des doses provenant de ces lots « frelatés » souffriraient, depuis leur vaccination, de réactions en chaîne (diarrhées aiguës, fortes poussées de fièvre, troubles du sommeil, irritabilité, éruptions cutanées, etc…). Des adultes également vaccinés auraient pour leur part développé des maladies auto-immunes. Mardi 24 novembre le tribunal de Clermont-Ferrand  a examiné environ 150 dossiers de familles de victimes. Une autre série de plaintes sera examinée lors d’une audience, le 26 janvier, également à Clermont-Ferrand.

Ecoulement des stocks?

Quels sont les faits ? La découverte de plusieurs seringues « défectueuses » avait conduit le laboratoire américain Nuron Biotech a  procédé à un retrait mondial de 21 lots du vaccin Meningitec® en 2014. En France, tous les lots ont été retirés par précaution en septembre 2014, sur décision de l’Agence nationale de sécurité du médicament 2. Mais le vaccin aurait été toutefois encore prescrit trois mois après, à plusieurs reprises, selon l’avocat des familles, Me Emmanuel Ludot, qui ne craint pas d’évoquer un « scandale sanitaire ». Il faut ici se reporter à un document qui pose la  question; tristement classique, de l’écoulement des stocks 3.

« Seule la nomination d’experts va permettre d’avoir la vérité, d’apaiser et de rassurer pour l’avenir les parents de ces enfants » s’est félicité à l’issue de l’audience, cet avocat du barreau de Reims qui s’est spécialisé dans les affaires vaccinales. « C’est un bon début, j’ai l’impression qu’on commence enfin à être entendus » a déclaré , citée par l’AFP, une mère de famille de Loire-Atlantique, venue à l’audience avec une cinquantaine d’autres parents, « les doudous de leurs enfants à la main ».

« Amertume pénale »

Ce n’est pas tout. Parallèlement à cette procédure, les personnes estimant être des « victimes françaises » du Meningitec® se porteront également parties civiles dans la procédure pénale enclenchée en Italie. « Tous les dossiers de santé publique [traités au pénal, NDLR] vont à la poubelle en France. Vous avez vu le sort réservé au dossier du Gardasil® ? Classement sans suite. Tchernobyl ? Non-lieu. L’hormone de croissance ? Non-lieu aussi, plaide Me Ludot. Je n’ai pas envie que ces familles soit encore dans l’amertume sur le plan pénal. Nous irons donc nous faire reconnaître comme victimes auprès de la justice italienne. »

On retiendra le concept de « l’amertume sur le plan pénal ». « Contactés par les journalistes, les avocats du laboratoire CSP n’ont pas souhaité réagir. Les représentants de quatre laboratoires étrangers, dont deux suisses, un hollandais et un allemand, qui ont participé à l’élaboration et la mise sur le marché du vaccin incriminé, n’étaient pas présents à l’audience » rapporte l’AFP.  Une pétition sur Internet, qui revendique 77.000 signataires, réclame par ailleurs la mise en place d’une « cellule de crise » par le ministère de la Santé afin de « répondre aux inquiétudes des familles ». Il ne semble pas que le cabinet de Marisol Touraine ait encore répondu.

A demain

1 Méningitec® (22,73 euros la dose, CSP) est  un vaccin utilisé chez les nourrissons à partir de deux mois, les adolescents et les adultes pour prévenir les maladies dues à Neisseria meningitidis du sérogroupe C. Il ne protège pas contre les autres sérogroupes de Neisseria meningitidis ou toute autre bactérie ou virus parfois responsables de méningite et septicémie (infection généralisée).  La bactérie Neisseria meningitidis du sérogroupe C peut provoquer des infections graves et parfois mortelles telles qu’une méningite et une septicémie. Ce vaccin ne contient pas d’organisme vivant et ne peut pas provoquer de méningite C (maladie due au méningocoque C).

2 La décision des autorités sanitaires  est résumée dans un communiqué de presse daté du 26 septembre 2014 :

« Le laboratoire CSP, à titre de précaution et en accord avec l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), vient de retirer du marché tous les lots du vaccin Meningitec®, en raison d’un problème de qualité rencontré lors de la fabrication de ce médicament (…).

Le vaccin Meningitec® des laboratoires Nuron est exploité en France par le laboratoire CSP.Le laboratoire Nuron vient d’informer les autorités européennes de la présence de particules dans un nombre limité de seringues de certains lots de Meningitec®. En l’état actuel des investigations, la présence de ces particules n’affecte pas la stérilité de ces produits et ne compromet pas l’efficacité du vaccin. Il n’est donc pas nécessaire d’effectuer une revaccination.  En raison de ce défaut de qualité, le laboratoire CSP, exploitant de cette spécialité en France, a entrepris, en lien avec le laboratoire Nuron, le rappel de tous les lots actuellement commercialisés en France. Un rappel similaire est organisé à l’échelle européenne.

Ce rappel est effectué à titre de précaution.  La présence de ces particules pourrait en effet induire des réactions locales (rougeurs ou gonflement au site d’injection) voire des effets généraux (fièvre). L’apparition de ces effets indésirables surviendrait dans les premières heures ou jours après la vaccination. Il est à noter que ces effets sont semblables à ceux que pourraient produire le vaccin. A ce jour, aucune déclaration d’effet indésirable liée à ce défaut de qualité n’a été signalée au laboratoire ou à l’ANSM (…)  Des alternatives existent. Il s’agit des vaccins Neisvac® (laboratoire Baxter) et Menjugatekit® (laboratoire Novartis). »

3 Une troublante alerte de l’Ordre des pharmaciens date du début du 30 juillet et a été relayée par Le Moniteur des Pharmacies le 3 août :

«  Le Conseil de l’Ordre des Pharmaciens (CNOP) a émis une alerte le 30 juillet à propos d’une information relayée par BFM TV et d’autres médias sur l’action en justice intentée par quarante familles contre le laboratoire CSP qui exploite le vaccin Meningitec®. Suite à l’injection de ce vaccin, les enfants auraient présenté divers symptômes allant de la poussée de fièvre inexpliquée à la sclérose en plaques. Tous les lots commercialisés de ce vaccin ont fait l’objet d’un rappel le 24 septembre 2014. Or, selon l’avocat des familles, il aurait continué à être dispensé en pharmacie plusieurs mois après ce retrait.

 En conséquence, Isabelle Adenot, présidente du CNOP, demande aux pharmaciens de vérifier qu’aucun de ces vaccins ne restent en stock et précise que « s’il était avéré que des ventes aient eu lieu après cette date et que le patient porte plainte, la chambre de discipline de le l’ordre sera logiquement sévère».

 

2 réflexions sur “La justice française fera-t-elle toute la lumière sur la ténébreuse affaire du vaccin Meningitec® ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s