Vaccins : les «sans aluminium» séduisent des politiques. Les fabricants phosphorent avec les journalistes

 

Bonjour

Aluminium, métal pauvre. Adjuvant, stimulant. Faut-il y voir une cristallisation des peurs modernes ? Un syndrome en gestation ? Il existe une campagne » Pour des vaccins sans aluminium » ? Et cette campagne vient de recevoir  « le parrainage de neuf parlementaires et le soutien de cinq organisations ». C’est un message destiné aux journalistes :

« Deux mois après le lancement d’une campagne pour la remise sur le marché de vaccins sans aluminium (www.vaccinssansaluminium.org),quatorze  parrains et marraines annoncent officiellement leur soutien à cette mobilisation citoyenne initiée par l’association E3M. »

L’association E3M regroupe des personnes atteintes de « myofasciite à macrophages ». Ses objectifs « entraide et solidarité entre les malades, soutien à la recherche et action militante pour que l’aluminium soit retiré des vaccins ». E3M « reste favorable à une vaccination responsable ».
Socialistes, communistes, écologistes

Les parrains et marraines ? Il y a les « historiques » : Laurence Cohen (sénatrice communiste, Val-de-Marne ; vice-présidente de la commission des Affaires Sociales), Michèle Rivasi (Eurodéputée EELV), Jean Lassalle (député non-inscrit des Pyrénées-Atlantiques) et Alain Tourret (député radical de gauche, Calvados). Ils sont en effet à l’origine d’un appel des élus signé par quatre-vingt dix parlementaires en juillet 2013 pour demander le retour de vaccins sans aluminium.

« Je soutiens et marraine la campagne lancée par l’association E3M pour que le choix des familles soit respecté avec la remise sur le marché de vaccins sans sels aluminium » a déclaré la sénatrice Laurence Cohen.

Ils sont aujourd’hui rejoints par d’autres élus de tous bords politiques : Barbara Romagnan (députée PS, Doubs), Jean-Louis Roumégas(député écologiste, Hérault), Jean-Jacques Lasserre (sénateur UDI, Pyrénées-Atlantiques), Aline Archimbaud (sénatrice écologiste, Seine Saint-Denis). Sans oublier Pierre Laurent (sénateur, secrétaire national du Parti Communiste Français).

« Soutenir cette campagne, c’est encourager la recherche de nouveaux adjuvants non neuromigrants qui pourraient, à terme, remplacer l’alumine » déclare Barbara Romagnan). Retenir « non neuromigrants ».

Indignations

Ces hommes et ces femmes politiques se disent toutes et tous conscient-es de l’importance de la vaccination mais aussi de la nécessité de disposer des vaccins les plus sûrs possibles. Ils se mobilisent aujourd’hui pour que les recherches sur l’aluminium vaccinal s’amplifient et pour que soit appliqué sans délai le principe de précaution, avec la remise sur le marché de vaccins sans aluminium.

«  Les conséquences sur la santé des sels d’aluminium présents dans les vaccins comme adjuvant sont maintenant avérées. Combien faudra-t-il d’études publiées alarmistes pour que la Ministre respecte sa parole ? » s’indigne Michèle Rivasi (sans fournir de bibliographie scientifique ou ministérielle)

Ce n’est pas tout : des associations amies rejoignent les politiques. Les quatre premières organisations à manifester publiquement leur soutien à cette campagne sont l’ASEF (Association Santé Environnement France, regroupant 2500 médecins), le REVAHB (Réseau vaccin Hépatite B, association de victimes du vaccin hépatite B), Générations cobayes (mouvement de jeunes engagé-es pour le bien-être de toutes et tous) et l’AM2E (Alliance maladies environnementales émergentes).

Le luxe des Champs-Elysées

A peine finissions-nous de lire ce message qu’un autre, également vaccinal, frappait à notre  portillon électronique médiatique. Il émanait d’une agence travaillant pour le LEEM (Les Entreprises du Médicament).

« Plus que jamais d’actualité compte tenu de l’émergence de nouvelles pathologies infectieuses et du retour en force de virus plus anciens (coqueluche, rougeole, méningite, poliomyélite, variole…), le vaccin, le plus grand progrès en terme de vies sauvées, doit relever aujourd’hui 4 grands défis :la défiance du public, le degré d’adhésion de la population aux politiques vaccinales, la hausse de la demande,  le maintien du leadership français en matière de vaccination face à la concurrence mondiale.

Une plateforme de recommandations pour une politique vaccinale dynamique a été élaborée par les Entreprises du Médicament pour relever les quatre  grands défis du vaccin. Celle-ci sera présentée lors du prochain atelier presse (sic):

 « Atelier presse »

. La réponse du sociologue : Gérald BRONNERProfesseur de sociologie – Université Paris-Diderot §  La réponse de la pédiatre : Marie-Aliette DOMMERGUESInfectiologue – Centre Hospitalier de Versailles §  La réponse de l’industriel : David LECHLEITERResponsable mondial de l’approvisionnement des vaccins –GSK §  La réponse de l’économiste : Mondher TOUMI, Economiste de la santé Conclusion: Serge MONTEROPrésident du Comité Vaccins du Leem

Cet « atelier presse » est prévu jeudi 10 décembre à 9h30  à la plus que luxueuse Maison Champs Elysées – 8 rue Jean Goujon – 75008 Paris. Il n’est pas prévu d’y parler « aluminium ». Ni les responsables de la campagne « sans aluminium » ni leurs soutiens politiques ne sont a priori prévus rue Jean Goujon.

Il reste encore quinze jours aux fabricants pour les inviter à cet « atelier ».

 

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s