Grippe aviaire : deux nouveaux cas détectés en Dordogne. Abattage en cours. Aucun danger à acheter du foie gras

Bonjour

25 novembre, communiqué du ministère de l’Agriculture : un cas d’influenza aviaire A(H5N1) (celui de la « grippe aviaire ») était confirmé dans une basse-cour en Dordogne. Cette identification faisait suite  à une « mortalité anormale » qui avait aussitôt entraîné la réalisation de prélèvements pour analyse par la Direction départementale de la protection des populations.

30 novembre : deuxième communiqué du même ministère :

« A la suite de la détection d’un premier cas d’influenza aviaire dans une basse-cour le 24 novembre, le plan national d’intervention sanitaire d’urgence a été immédiatement activé, conformément aux dispositions européennes et internationales. Parmi les actions déployées sans délai, la Direction départementale de la protection des populations de Dordogne a mis en place des zones de protection et de surveillance renforcées autour de la basse-cour.

« De plus, une surveillance active élargie a été mise en œuvre dans les élevages qui font l’objet d’une surveillance annuelle vis-à-vis du virus de l’Influenza aviaire. Des prélèvements ont ainsi été réalisés dans différents élevages de Dordogne, malgré l’absence de mortalités ou de signes cliniques. Les résultats de ces prélèvements ont révélé la présence de souches d’Influenza aviaire hautement pathogène pour les volailles dans deux élevages. Leur séquençage détaillé est en cours de réalisation par l’ANSES. »

Course de vitesse

En d’autres termes le virus hautement pathogène A(H5N1) est bien là mais les mesures mise en place permettent de l’identifier avant qu’il ne progresse à grande vitesse. Conséquence logique :

« Afin de protéger et de limiter la propagation de la maladie à d’autres élevages d’espèces sensibles, les services du ministère de l’agriculture procèdent actuellement à l’abattage de l’ensemble des animaux des élevages concernés et ont décidé la mise en place de mesures de biosécurité dans tout le département. »

Le préfet de Dordogne, Christophe Bay, tiendra mardi 1er décembre une conférence de presse à Périgueux. Après le premier cas chez un particulier élevant des poules pour sa consommation personnelle sur la commune de Biras, le gouvernement avait activé le plan national d’intervention sanitaire d’urgence. Autour du site de Biras, une zone de protection de trois kilomètres avait été mise en place –zone dans laquelle l’ensemble des animaux domestiques était confiné, y compris chiens et chats pour éviter toute dissémination.

Noël approche

La vente de volatiles vivants et la chasse avaient été interdites dans une zone de surveillance de dix kilomètres de rayon. Les nouveaux cas pourraient, dit-on, concerner deux élevages de Dordogne qui avaient été placés sous surveillance particulière la semaine dernière. Des contrôles habituels y avaient mis en évidence des taux élevés d’anticorps suggérant que les volailles avaient été en contact avec la maladie. Il s’agit d’un élevage d’oies reproductrices à Domme, à 90 km au sud de Biras, et d’un élevage de canards à Saint-Paul-la-Roche, à 50 km au nord.

Noël approche et le ministère de l’Agriculture ajoute :

« Par ailleurs, il convient de rappeler que l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’homme par la consommation de viande, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire. »

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s