«Paris-Brest» à la COP 21 ! Un dessert cycliste pour 147 chefs d’Etat au déjeuner de gala

 

Bonjour

Il y eut, en 1982, le « Sommet de Versailles », fastueux, où François Mitterrand donna leur chance à quelques étoilés, dont Jean Bardet.  1982. Ronald Reagan, Zenkō Suzuki, Helmut Schmidt, Margaret Thatcher, Giovanni Spadolini, Pierre Elliott Trudeau, Wilfried Martens et le président de la Commission européenne, le Luxembourgeois Gaston Thorn.  Outre les sujets du moment (crise des Malouines , invasion du Liban par Israël) on parla de l’inflation et de la nécessité de nouvelles sources d’énergie.

Trente-trois ans plus tard, la COP21 du Bourget. François Hollande et 146 chefs d’État et de gouvernement réunis. Notamment pour un déjeuner organisé aujourd’hui 30 novembre. Le menu nous est révélé en exclusivité par Le Point.fr (qui, étrangement, ne dit rien sur les vins. «  Cinq grands chefs français, qui seront aux fourneaux depuis l’aube. Un menu en quatre actes « autour de produits de saison respectueux de l’environnement et du développement durable ».

Locavoristes

Yannick Alléno (Pavillon Ledoyen, 3 étoiles, Paris : « soupe Freneuse moderne » – ville des Yvelines considérée comme la capitale française du navet – escortée de coquilles saint-jacques à la vapeur florale. « Avec mes sauces modernes, je porte un regard sur l’avenir favorisant l’utilisation entière des légumes sans aucun déchet. J’exprime ma philosophie à travers le locavorisme »

Alexandre Gauthier (La Grenouillère, 1 étoile, La Madelaine-sous-Montreuil) et Nicolas Masse (La Grand’Vigne, 2 étoiles, Sources de Caudalie à Martillac) : blanc de volaille de Licques  au blé vert ; cuisse confite farcie de céleri avec sa crème d’épinard persillé.

Marc Veyrat (La Maison des bois, Manigot) : « Organique du Mont-Blanc » autour d’une trilogie : œufs de truite d’eau douce en caviar, gelée de légumes, souffle de tussilage ; reblochon au jus de myrrhe odorante, carvi des bois ; salade sauvage de sous-bois et fèves de sapin.

Christelle Brua (chef-pâtissière du Pré catelan, 3 étoiles, Paris : « Paris-Brest » à la compotée d’agrumes et sa crème légère au praliné.

Roues de bicyclette

« Paris-Brest » à la COP21 ? L’affaire est piquante. Dans son « Rêves de pâtissier » (éditions de la Martinière), Pierre Hermé nous apprend que c’est un pâtissier de Maisons-Laffitte,  Louis Durand, inspiré par la course cycliste entre Paris-Brest-Paris (créé en 1891) cette tuerie dominicale. Le créateur Pierre Giffard lui avait alors demandé de faire un gâteau en forme de roue de bicyclette. Cette roue de pâte à choux fourrée d’une crème mousseline pralinée, garnie d’amandes effilées vie le jour en 1910. Sans compotée d’agrumes. Un siècle avant la taxe carbone et le vélo électrique

A demain

 

 

 

Une réflexion sur “«Paris-Brest» à la COP 21 ! Un dessert cycliste pour 147 chefs d’Etat au déjeuner de gala

  1. Merci pour ce moment sucré qui fait du bien.
    Il nous rappelle qu’au delà des problèmes médicaux et politiques, des horreurs terroristes.. il y a des petits légumes qui poussent, des cuisines où « ça sent bon », des grands chefs qui « subliment ».
    Espérons que les chanceux sauront apprécier..sinon on a certainement prévu des petits cartons « TakeAway » pour éviter le gaspillage et montrer l’exemple, compte tenu de l’objet de cette réunion planétaire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s