Alcoolisme – publicité : la guerre est déclarée entre la Haute Autorité de Santé et l’association « Vin et Société »

 

Bonjour

La loi Evin n’est pas encore détricotée que la poudre commence à parler. « Une campagne publicitaire détourne un outil médical de lutte contre les dangers de l’alcool » accuse la Haute Autorité de santé. Elle vise la campagne  massive et durable que vient de lancer l’association « Vin et société ». Cette campagne vient d’émerger dans le Journal du Dimanche, Le Monde, Le Figaro et Libération. Elle devrait progressivement gagner l’ensemble des médias traditionnels et digitaux 1. On la trouvera ici :

« Le vin. Je l’aime, je le respecte » Vin & Société, au nom des 500 000 acteurs de la vigne et du vin, lance sa première campagne d’information nationale grand public sur les repères de consommation 2.3.4.0* définis par les autorités de Santé. :

« Pour 76% des Français, le vin est synonyme de bien vivre ensemble.S’il est incontestablement l’un des piliers de notre patrimoine culturel, le vin n’est pas un produit comme un autre car il contient de l’alcool. Pour Vin & Société, il est donc nécessaire d’associer découverte du vin et information sur le « mode de consommation ». Les repères « 2.3.4.0 » donnent un cadre clair à la notion de modération ainsi qu’une définition de la consommation excessive.  Nous sommes responsables d’un patrimoine bimillénaire vivant. Sans interdit, ni excès, soyons tous responsables et apprécions le vin à sa juste mesure, parce que « Aimer le vin, c’est aussi avoir un grain de raison ». »

#Vindomptables

On comprend sans mal de quoi il retourne. Là où le bât blesse c’est lorsque cette publicité précise : « les repères de consommation sont établis en France par la Haute Autorité de Santé et dans le PNNS (Plan National Nutrition Santé) ». Ce lobbying publicitaire se réclame des autorités sanitaires pour justifier son action. Et c’est peu dire que l’affaire est mal vécue dans les hautes sphères sanitaires:« Une campagne publicitaire détourne un outil médical de lutte contre les dangers de l’alcool »

Extrait :

« La Haute Autorité de Santé tient à clarifier les « repères de consommation » utilisés par Vin et Société pour sa campagne publicitaire actuellement diffusée dans un grand nombre de médias. La HAS a publié en 2014 un outil de repérage des consommations à risque pour l’alcool, le tabac et les drogues à destination des professionnels de santé. Les seuils mentionnés par la HAS sont ceux qui nécessitent de déclencher une intervention médicale. Il ne s’agit en aucune façon de dire qu’en dessous de ces seuils, la consommation serait normale, recommandée ou exempte de risque. 

  Seuils d’alerte

La consommation de tabac, d’alcool et de cannabis représente un problème de santé publique majeur. Pour aider les professionnels de santé à repérer les consommations qui appellent une prise en charge et un suivi de leurs patients, la HAS a publié en novembre 2014 la fiche « outil d’aide au repérage précoce et intervention brève : alcool, cannabis et tabac chez l’adulte ». La HAS juge que la campagne publicitaire orchestrée par Vin et Société, relayée dans un grand nombre de médias grand public depuis quelques jours, transforme des seuils de consommation à risque nécessitant une prise en charge médicale en « repères » pour une consommation « acceptable » d’alcool.

Les seuils mis en avant par la HAS sont des seuils d’alerte, au-dessus desquels les risques sont avérés : dommages physiques (complications hépatiques, cardio-vasculaires et neuropsychiatriques, cancers), psychiques ou sociaux. La HAS insiste sur le fait que ces seuils ne peuvent s’appliquer à certaines populations : les jeunes de moins de 25 ans, les femmes enceintes, les personnes atteintes de maladies chroniques, les personnes âgées ou les personnes prenant un traitement médical. »

Sous le tricot

Ce n’est pas tout : « La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) rappelle que l’alcool est de très loin le produit qui entraîne le plus de désordres familiaux et sociaux. La consommation d’alcool, notamment chez les jeunes, population particulièrement vulnérable est inquiétante. Toute action de promotion qui, d’une manière ou d’une autre, tend à légitimer la consommation d’alcool ne peut être que préjudiciable à la santé publique. »

Réunies la HAS et la MILDECA « mettent en garde contre une campagne publicitaire qui instrumentalise des messages professionnels ». Se borneront-elles à une mise en garde ? Une action en justice sera-t-elle engagée ? Ce ne sont là que des escarmouches. Bientôt la loi Evin sera détricotée. Que découvrirons-nous sous le tricot ?

A demain

1 « Volet presse » :  

La campagne sera diffusée dans la presse à partir du dimanche 6 décembre. D’abord dans le Journal du Dimanche, puis toute la semaine du 7 au 13 décembre dans la PQN (Le Figaro, Le Monde, Libération) et la presse hebdomadaire (Le Point, L’Obs, Paris Match). Le 17 décembre, dans toute l’Ile-de-France, la couverture de 20 Minutes sera aux couleurs de la campagne, tout comme le publi-reportage inédit sur les repères de consommation « 2.3.4.0 ».

Les annonces seront également visibles dans la presse professionnelle (La Vigne, La Revue des vins de France, Rayon Boissons, Viti, Terre de Vins) à partir du 7 décembre et tout au long du mois de janvier 2016).

 « Volet digital » :

Une campagne de bannières et d’habillage aura lieu du 7 au 21 décembre sur de nombreux carrefours d’audience : • Sites d’information grand public (franceinfo.fr, franceinter.fr, linternaute.com etc.) • Sites web de la PQR (leparisien.fr, ouest-france.fr, laprovence.com etc.) • Sites dédiés cuisine/gastronomie, art/culture (marmiton.org, lexpress.com etc.) Sur les réseaux sociaux, la campagne #Vindomptables sera relayée sur Twitter ainsi que sur des pages Facebook et Instagram créées à cette occasion. Des posts y seront publiés très régulièrement jusqu’à l’été 2016. Sur le site web de Vin & Société, une page dédiée comportera toutes les informations relatives à la campagne et à la pédagogie des repères de consommation “2.3.4.0”.

Les partenaires de Vin & Société et leurs relais d’influence sont également invités à relayer la campagne sur leurs propres espaces web.

 

 

Une réflexion sur “Alcoolisme – publicité : la guerre est déclarée entre la Haute Autorité de Santé et l’association « Vin et Société »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s