Les femmes peuvent vivre longtemps sans être heureuses. Mais l’inverse est aussi vrai

Bonjour

Faut-il s’en réjouir ? Une vaste étude britannique publiée dans The Lancet met à mal une idée très répandue sur les liens pouvant exister la joie de vivre et la mortalité. Ce travail ne concerne que les femmes et reste à mener chez les hommes. On lira ici notre décryptage sur Slate.fr : « Être heureuse ne fait pas vivre plus longtemps (et inversement) ».

Unhappy or stressed

Et les amateurs de journalisme comparé prendront plaisir à découvrir ce que dit, sur le même thème, la BBC : « Being unhappy or stressed will not kill, says study », The Telegrah : « Being unhappy won’t kill you, study finds » ou The Globe and Mail : “Happiness does not affect life expectancy or overall health: study”. Sans oublier The New York Times: “Happiness Doesn’t Bring Good Health, Study Finds”.

A demain

Une réflexion sur “Les femmes peuvent vivre longtemps sans être heureuses. Mais l’inverse est aussi vrai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s