Nurofen® et publicité : les autorités françaises vont-elles tirer la leçon de l’affaire australienne ?

Bonjour

L’affaire fait les délices de la BBC : « Nurofen maker Reckitt Benckiser defends Australia packaging ». Où il est question des malheurs rencontrés par Reckitt Benckiser dans la commercialisation australienne de son Nurofen®. La firme est accusée d’avoir mentionné des indications spécifiques (la « migraine » notamment) sur des emballages qui contenaient un produit identique : 342 mg du banal ibuprofène, vieux d’un demi-siècle.

Prix du placebo

Il ne s’agissait que d’aider le consommateur souffrant répond le fabricant. Notamment dans les épiceries qui, en Australie, font parfois office de pharmacie. On y trouvait ainsi  Nurofen Back Pain®, Nurofen Period Pain®, Nurofen Migraine Pain® and Nurofen Tension Headache®. Rien de grave, au fond, si ce n’est le fait que ces présentations étaient vendues le double des boîtes de Nurofen®. C’était peut-être le prix à payer pour l’effet placebo.

La justice australienne ne plaisante pas avec le sujet, qui vient de décider que les spécialités incriminées devraient produits être retirés des gondoles épicières  dans les trois mois. Reckitt Benckiser (également spécialisé dans les produits d’entretien) promet d’obéir mais ne devrait pas modifier ses pratiques sur ses autres marchés, britannique notamment.

Et la France ? Le Nurofen®  y est commercialisé sous douze présentations. Son prix est libre et on ne sait rien du « service médical rendu ». Et encore moins de l’amélioration de ce dernier. Précisions officielles :

« Ce médicament contient un anti-inflammatoire non stéroïdien: l’ibuprofène. Il est adapté à l’adulte et à l’enfant pesant plus de 30 kg (soit environ 11-12 ans), dans le traitement de courte durée de la fièvre et/ou des douleurs telles que maux de tête, états grippaux, douleurs dentaires, courbatures, règles douloureuses »

Rhume et règles

On trouve aussi le Nurofen Rhume® (ibuprofène et pseudoéphédrine) : « Il est indiqué dans le traitement au cours des rhumes de l’adulte et de l’adolescent de plus de 15 ans : des sensations de nez bouché, de l’écoulement nasal clair, des maux de tête et/ou fièvre. »

On trouve encore le Nurofen Flash® : « Il est indiqué chez l’adulte, après au moins un avis médical, dans le traitement de la crise de migraine légère ou modérée, avec ou sans aura. »

« On y trouve toutefois un Nurofen Fem®, portant l’indication «Douleurs de règles», dont le principe actif, l’ibuprofène, le dosage, 400mg, et le contenu, 12 comprimés, sont identiques au classique Nurofen 400mg, observe Le Figaro.  Comme il s’agit de médicaments en vente libre, le prix de vente de ces deux produits sont fixés directement par les pharmaciens. Une recherche (non-exhaustive) menée par Le Figaro sur des sites de pharmacies en ligne agréés par le ministère de la Santé montre que Nurofen Fem est systématiquement vendu plus cher que le Nurofen 400 mg, la différence pouvant aller de quelques centimes à un prix doublé. Contacté par Le Figaro sur la différence entre ces deux spécialités, le laboratoire Reckitt Benckiser France n’avait pas répondu en fin de journée lundi 13 décembre. »

Les autorités sanitaires françaises vont-ils tirer les leçons de l’affaire australienne ?

A demain

Une réflexion sur “Nurofen® et publicité : les autorités françaises vont-elles tirer la leçon de l’affaire australienne ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s