Claude Bartolone, la « race blanche » et l’hôpital américain de Neuilly : où est la vraie vérité ?

Bonjour

Rien de plus beau que la vérité sinon un mensonge joliment élaboré. Hier France 2 diffusait un documentaire assez bien ficelé (Agnès Hubschman, Laurent Delahousse)  consacré aux « secrets » de la maladie de François Mitterrand. On pouvait y voir quelques journalistes commenter savamment de quelle manière ils avaient, durant des années, été bernés. Edifiant.

Le même jour quelques journalistes tentaient de cerner la vérité sur un homme politique alimentant une triste polémique : Claude Bartolone, 64 ans. Sèchement battu aux élections régionales ce cacique socialiste venait d’être réélu, par applaudissements, au perchoir de l’Assemblée nationale. Il allait s’y réinstaller quand on apprit qu’il était victime d’un « gros coup de fatigue ». Certains y virent les conséquences d’une campagne électorale trépidante, parfois méchante. Une campagne marquée par l’usage du concept revisité de « race blanche » à l’encontre de Valérie Pécresse née il y a 48 ans à  Neuilly-sur-Seine .

Echarde dans le tissu hospitalier

Très vite une information circula : Claude Bartolone avait subi des examens cardiologiques à l’hôpital américain de Neuilly. Une information contre nature quand on connait l’écharde que peut constituer cette plus que luxueuse clinique privée dans le tissu hospitalier public français.

Le président de l’Assemblée nationale se serait « senti mal » juste après le déjeuner, vers 14h30, alors qu’il s’apprêtait à présider l’Hémicycle et les traditionnelles « questions au gouvernement ». Il ressentait des douleurs et était en état de « surchauffe » a précisé son entourage. Conduit à l’Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine Claude Bartolone aurait « passé une petite série d’examens ». Résultat : « tension artérielle systolique de 240 mmHg  et un mauvais virus » (leparisien.fr.)

La dinde de Noël

Le président de l’Assemblée a donc aussitôt été mis au repos pour dix jours, sans pour autant être hospitalisé. C’est Laurence Dumont, vice-présidente et députée (PS, Calvados), qui a dirigé la séance des questions au gouvernement. Tous les rendez-vous politiques de Claude Bartolone ont été  repoussés. « Il laisse passer la dinde de Noël et les fêtes », a confié au Parisien un député socialiste.

On sait que celui, militaire et prestigieux, du Val-de-Grâce a fermé ses portes, mais pourquoi choisir l’Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine ?  Interrogé sur LCI par Guillaume Durand, Jean-Marie Le Guen a démenti l’information selon laquelle Claude Bartolone avait subi des examens dans cet établissement pour riches.

Secrets médicaux

Jean-Marie Le Guen est médecin, spécialiste des questions de santé et secrétaire d’Etat chargé des Relations avec  le Parlement. C’est aussi un habitué des plateaux de télévision, régulièrement annoncé comme pouvant un jour être nommé ministre de la Santé.

Selon lui, et contrairement à ce qui avait été avancé, le président de l’Assemblée ne se serait pas rendu à l’Hôpital américain de Neuilly pour ces examens, mais « chez un médecin ». « Il est allé chez un médecin, il n’est pas allé dans un hôpital américain (sic) si vous voulez tout savoir. Il est avec un ami médecin, c’est l’un de mes meilleurs amis et un ami de Claude Bartolone… OK ? » a conclu Jean-Marie Le Guen. Désormais le secret médical s’impose.

A demain

 

5 réflexions sur “Claude Bartolone, la « race blanche » et l’hôpital américain de Neuilly : où est la vraie vérité ?

  1. Sans trahir de secret médical, Jean-Marie LEGUEN pourrait-il préciser où se situent les autres hôpitaux américains ?
    Cela cadrerait tout à fait avec la loi de modernisation de santé qui se propose dans la première phrase de son préambule de « garantir un accès aux soins équitable ».
    Or cette information faciliterait grandement l’accès aux soins à toute personne désireuse de se faire soigner dans un établissement hors convention proche de son domicile.
    Peut-être pas de façon équitable, ne demandons pas l’impossible, mais au moins de façon plus discrète qu’à l’ « hôpital » américain de Neuilly, décidément trop connu.
    Si Monsieur LEGUEN pouvait donner les coordonnées GPS d’un hôpital américain situé dans le 9.3 ce serait un plus très appréciable pour certains.
    Dr Xavier GOUYOU BEAUCHAMPS

  2. Le soir même il buvait un verre avec son équipe. Il n’était pas en arrêt de travail ? AT injustifié ? Contrôle en vu de son ami médecin ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s