Grippe aviaire : doublement des foyers en deux jours. Va-t-on enfermer les chiens et les chats ?

Bonjour

Inquiétude exponentielle.  Le ministère de l’Agriculture a, mercredi 16 décembre, annoncé un doublement, en deux jours, du nombre des foyers de grippe aviaire détectés dans le Sud-Ouest. Cette brusque augmentation survient au lendemain de la prise de parole de Stéphane Le Foll, le ministre ayant tenu à présenter en personne l’avis remis sur ce thème par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) : « AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif au risque Influenza aviaire ».

On est ainsi passé, en deux jours, de 15 foyers à 30, toujours répartis dans cinq départements du Sud-Ouest, la Dordogne, les Landes la Haute-Vienne, le Gers et les Pyrénées-Atlantiques. Les derniers foyers ont été localisés à Campagnac-les-Quercy et Saint Armand de Coly (Dordogne) ; à Saint Etienne d’Orthe, Bergouey et Monségur, Momuy, Saint-Cricq-Chalosse, Montaut, Gaujacq, Serreslous-et-Arribans et Hauriet (Landes) ; Panjas et Mirande (Gers) ; Uzan (Pyrénées-Atlantiques).

Divagation des chiens et des chats

Soit autant de nouvelles procédures d’abattage et de destruction suivies de désinfection et de mise en quarantaine. Rien ne permet de comprendre, simplement, cette brusque accélération qui semble une nouvelle fois déjouer l’ensemble des actions de prévention contre la progression de l’épizootie. De nouvelles dispositions sanitaires vont-elles être prises ?

Interrogés par le gouvernement sur la question de savoir si les mesures de restriction des mouvements des carnivores domestiques (prévues par l’arrêté du 18 janvier 2008) devaient être envisagées, les experts de l’Anses avaient répondu : «  dans la situation actuelle il n’y a pas d’éléments permettant d’affirmer que les restrictions de mouvements des chiens et chats sont nécessaires et doivent être appliquées dans le cas présent, hormis dans les élevages infectés, afin d’éviter toute dispersion du virus hors de l’élevage, les chats ou les chiens pouvant divaguer et transporter le virus –mécaniquement ».

Ces experts vont-ils, demain, changer leur fusil d’épaule?

A demain

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s