Michael Schumacher : deux ans après, il ne pourrait « ni marcher ni communiquer »

Bonjour

Avec le temps, que reste-t-il du secret médical ?

Mardi 29 décembre 2015 : Le Parisien/Aujourd’hui en France : « Schumacher, deux ans déjà… »(sur abonnement)  L’état de santé de Michael Schumacher est stable depuis un an. Mais son état reste préoccupant. Le champion allemand est soigné dans sa résidence suisse, où une douzaine de médecins se relaient à ses côtés 24 heures sur 24 … ».

On se souvient : Michael Schumacher, 45 ans, a violemment heurté un rocher de la tête, le 29 décembre 2013, en skiant en compagnie de son fils et d’un groupe d’amis à Méribel (Savoie). Lors de son admission au CHU de Grenoble, il souffre de lésions crâniennes « diffuses et sérieuses ».

Intimité et sérénité

4 avril 2014, communiqué de presse : « Michael fait des progrès sur son chemin. Il montre des moments de conscience et d’éveil. Nous sommes à ses côtés pendant ce long et difficile combat, avec l’équipe du CHU de Grenoble, et restons confiants » écrit Sabine Kehm, porte-parole de la famille. Pas plus de détails sur l’état de santé de l’ancienne star de la Formule 1. « C’est absolument nécessaire pour respecter l’intimité de Michael et de sa famille, et pour laisser travailler l’équipe médicale en toute sérénité ».

Juin 2014 : On vient d’apprendre que le dossier médical du champion a été volé lors de son transfert de Grenoble au CHUV de Lausanne. Dès le premier jour de l’hospitalisation au CHU de Grenoble du champion allemand diverses tentatives de violation du droit à l’image ou du secret médical avaient été déjouées. La direction de l’établissement hospitalier et les membres des équipes soignantes avaient ensuite réussi à maintenir un secret absolu. Dès son transfert à Lausanne le service de presse du CHUV avait fait savoir que l’établissement observerait la même politique se refusant à tout commentaire qui pourrait donner le moindre indice sur l’état de santé du célèbre patient allemand, par ailleurs résident suisse.

Coma et respect du privé

Le journal suisse Blick, citant la société ambulancière qui a effectué le transport de Grenoble à Lausanne,  assure que Michael Schumacher était conscient pendant le trajet et avait, la plupart du temps, les yeux ouverts. Ce transfert avait été organisé par la famille dans le plus grand secret, utilisant notamment un faux nom. Les ambulanciers avaient dû remettre leurs téléphones portables. Toujours selon Blick  le visage de Schumacher aurait beaucoup maigri. Et s’il n’a pas parlé le malade aurait communiqué avec les ambulanciers par des hochements de tête. Une information qui avait aussitôt été abusivement interprétée comme une sortie du coma de l’ancien champion automobile allemand. Pour la BBC le nouveau combat du champion allemand est désormais le respect de sa privacy. La BBC ne nous dit pas combien de temps durera ce combat.

29 décembre 2015, Le Parisien . Le correspondant du quotidien en Allemagne (Alain Jouteau) nous dit que l’état de santé de l’ancien champion est stable depuis un an. Pour autant il reste préoccupant. il ne peut ni marcher ni communiquer. Il est toujours dans sa résidence suisse située sur les bords du lac Léman. Il pèse à peine 45 kg « lui qui en pesait vingt-cinq de plus avant son terrible accident »). En mai dernier sa manageuse générale avait parlé d’une amélioration de l’état de santé. Depuis sept mois, aucun communiqué officiel.

500 000 euros par mois

« Une bonne douzaine de médecins et kinésithérapeutes se relaient pour prodiguer à Schumi les meilleurs soins possibles 24h sur 24, écrit Le Parisien. Corinna Schumacher doit ainsi payer 500 000 euros par mois pour permettre à son mari de survivre. S’il est vrai qu’une Ferrari FFX Evoluzione personnelle a été mise aux enchères à 11,2 millions d’euros la famille Schumacher possède encore un matelas financier confortable grâce aux quelques 715 millions d’euros de gains acquis au cours de la carrière de pilote de Michael ».

Pour le reste la résignation gagne. L’ami Flavio Briatore « ne souhaite pas voir Michael pour le moment ». Il préfère garder « l’image qu’il avait de lui avant ». Le neurologue et consultant Peter Hamlyn « ne se montre pas plus optimiste ». « Peu à peu se pose la question de la survie dit-il. Ce sont des montagnes russes. Le soutien des proches est très important. »

C’est très précisément le message tenu, en France dans l’affaire Vincent Lambert, par l’Union nationale des associations de famille de traumatisés crâniens et cérébro-lésés.

Avec le temps, reste le soutien des proches.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s