Suicide à l’hôpital Georges-Pompidou: quand France Culture nous éclaire sur un climat délétère

Bonjour

France Culture a rejoint le petit groupe des médias généralistes qui traitent de l’affaire ouverte après le suicide  le suicide. Entendu au journal de 6h30, aujourd’hui mardi 29 décembre 2015 :

« Un climat délétère à l’hôpital Georges Pompidou à Paris : l’établissement salué pour ses prouesses médicales est aujourd’hui pointé du doigt pour ses problèmes de management. Le suicide d’un professeur de cardiologie il y a deux semaines a mis au jour les graves difficultés de cet hôpital. Véronique Julia :

 « Cela fait bientôt deux ans que les affaires se succèdent. Il y a d’abord une guerre des chefs de service. Plusieurs d’entre eux sont partis. Il a fallu les remplacer. Les successions se sont-elles jouées de façon loyale ? Certains les contestent en tout cas ; notamment des médecins d’origine étrangère qui estiment ne pas avoir été jugés sur leur mérite professionnel mais sur d’autres critères plus mystérieux. (1) L’un d’entre eux a déposé un recours et parle ouvertement de discrimination. Un autre est parti exercer à l’étranger.

 »Incitations à la délation »

 « Il y a aussi cette accusation portée par la direction sur un médecin sans preuve formelle. On dit qu’il aurait été payé en liquide pour une intervention.

« Et puis il y a aussi ces mails anonymes envoyés à tout l’hôpital en 2014 ; des mails rageurs qui reprochent entre autre à la directrice de l’hôpital ses accès de colère, son harcèlement et – je cite- ‘’ses incitations à la délation’’. Une directrice pointée du doigt, aussi, pour avoir classé l’an dernier les chirurgiens de l’hôpital selon un ratio de performance. Les bons élèves étaient soulignés en bleu. Les mauvais en jaune. Plusieurs d’entre eux ont porté plainte. Ce fichier de la direction n’avait évidemment pas vocation à être connu de tous. C’est un messager mystérieux qui a glissé le document sous la porte des médecins concernés. »

Corruption et danger

C’est dans ce contexte, dans ce climat,  que le Pr Jean-Louis Megnien, spécialiste de cardiologie  s’est jeté du septième étage dans l’après-midi du 17 décembre  – un étage où « on » venait de lui refuser d’exercer la médecine. Une enquête policière est en cours. Une « analyse » du suicide est prévue. Une commission ad hoc est annoncée. Elle est déjà contestée par ceux qui entendent obtenir, outre le départ de la directrice de l’hôpital, une enquête de l’Inspection générale des affaires sociales. Enquête jusqu’à présent refusée.Pourquoi ? Nul ne sait.

« Un climat délétère » dit France Culture. L’adjectif délétère a deux significations principales. La première : « qui attaque, détruit la santé, qui met la vie en danger ». La seconde : «qui cause la corruption ».

A demain

1 Libération (Eric Favereau) avait, en avril 2014, interrogé le Pr  Loïc Capron, président de la CME de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), sur cette affaire qui, déjà, minait l’hôpital Georges-Pompidou : « (…) il se montre indécis.’’Nous sommes dans un système où, traditionnellement, c’est la grandeur d’un chef de service de bien choisir son successeur.’’ Et si on lui demande si tout cela n’est pas un peu dépassé, il répond :  ‘’ Mais les appels d’offres extérieurs sont souvent pipés, les jeux sont faits avant. Il n’y a pas de transparence.’’ »

 

2 réflexions sur “Suicide à l’hôpital Georges-Pompidou: quand France Culture nous éclaire sur un climat délétère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s