Patrick Pelloux, un an après : dans un joli placard au Samu de Paris ; ne « fera pas de médias »

Bonjour

Question d’actualité : comment commémorer l’horreur du 7 janvier de l’an dernier ? « Douze morts après une fusillade à Charlie Hebdo. Cabu, Charb, Tignous, Wolinski et Oncle Bernard ont été assassinés ».

Après tant et tant d’autres, Le Monde ouvre largement ses colonnes à celui que l’on ne présente plus, et depuis longtemps déjà : Patrick Pelloux : « médecin urgentiste qui avait sonné l’alarme lors de la canicule en 2003, également chroniqueur pour Charlie Hebdo, fut l’une des premières personnes à arriver sur les lieux de l’attentat ».

Patrick Pelloux diplômé honoris causa de l’Ecole Supérieure de Journalisme.  Patrick Pelloux récemment portraituré dans Vanity Fair : « Dr Jekyll : Qui est Patrick Pelloux, l’étrange docteur de ‘’Charlie Hebdo’’ ? » Un portrait plein cadre, sans concession ni retouches signé Sophie des Déserts.

Rien de brutal

Dans Le Monde les questions n’ont rien de brutal. On revient sur une carrière qui n’est pas stricto sensu médicale. Extraits :

« Je n’ai jamais été dans une course à un poste d’hospitalo-universitaire ou dans une querelle de pouvoir. Après, je me suis construit par le combat social, parce que personne ne voulait reconnaître la médecine d’urgence. Ce combat syndical a été laborieux. Le hasard est ainsi fait que le décret sur la spécialité de médecine d’urgence est sorti le 13 novembre 2015, jour des attentats de Paris. C’est fou, non ? (…)

« Au plus loin de mes souvenirs, je vois Kouchner, les boat people. Il fallait aider les gens. J’ai choisi médecine à cause de mon désir de faire de l’humanitaire. L’un de mes premiers stages s’est déroulé aux urgences de l’hôpital Trousseau à Paris. À cette époque, quand on était étudiant-stagiaire aux urgences, c’était « débrouille-toi ». En découvrant dans les années 1988-1989, les urgences, le SAMU, j’ai compris qu’il n’était pas forcément nécessaire de partir loin pour faire de l’action humanitaire.( …)

«  Mes échecs ? Sans nul doute ma carrière (il éclate de rire). Je suis dans un joli placard au SAMU de Paris et dès que la porte semble s’ouvrir, elle se reclaque toujours. (…)

Christiane Taubira et Marisol Touraine

Une porte qui s’entrouvre parfois;  notamment pour participer à des voyages officiels avec le président de la République, François Hollande, son « pote » :

« Je l’estime énormément, je trouve que c’est un très bon président dans une situation absolument épouvantable. Je le considère comme un ami mais je n’ai pas son portable (contrairement à ce que dit la légende). La dernière fois que je l’ai vu, c’est à ma remise de Légion d’honneur. »

On interroge cet adolescent attardé sur ses opposants :

« On est dans une telle société médiatique… Quand ceux qui ne m’aiment pas parlent de moi, je me demande de qui il parle. Parfois, les attaques sont très vexantes, avec des calomnies, des rumeurs : sur le sexe, sur la drogue, sur l’alcoolisme, sur l’argent, j’ai tout eu ! Il faut serrer les dents. Comme me l’a dit un jour Christiane Taubira : « Plus on te tire dessus, plus on te fait du mal ; plus tu te redresses, tu fais des sourires et tu avances».1

Winston Churchill

(…) Nous sommes en guerre. On est exactement dans la même position que les Anglais avec Churchill en 1940 : on ne sait pas quand les bombes vont nous tomber sur la gueule. Peut-être que les racines de tout cela, c’était le World Trade Center. On a fait semblant de croire que c’était chez les autres. J’ai dit à Marisol Touraine qu’il fallait redynamiser les centres médico-psychologiques dans un certain nombre de quartiers parce qu’il y a des types qui, d’un coup, se radicalisent et cela s’apparente à des délires mystiques. Sur des terrains psychopathologiques, les mecs veulent tuer tout le monde au nom de la religion. Cela s’appelle de la psychiatrie. »

Question : Où serez-vous le 7 janvier 2016 ? Réponse : « Caché, avec mon chat. Je ne ferai pas de médias. C’est trop dur, je suis trop fragile. »

A demain

1 Vanity Fair fait état d’une action en justice contre Le Point.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s