Xavier Bertrand, la politique autrement. Insuffisants respiratoires, toujours l’enfer du tabac.

Bonjour

Les malades insuffisants respiratoires n’intéressent guère les médias grand public. C’est cruel mais c’est ainsi. Et c’est d’autant plus cruel que leur situation donnerait matière à de bons papiers. Quelle télévision, quelle radio, quel média généraliste s’est penché sur les résultats de l’enquête que vient de mener la Fédération française des associations et amicales de malades, insuffisants ou handicapés respiratoires (FFAAIR) ? Des résultats publiés dans Le Quotidien du Médecin ; des résultats bien dérangeants pour l’idée que l’on peut se faire de la solidarité nationale via notre système de couverture sociale.

Malades insuffisants respiratoires ? Il s’agit le plus souvent de personnes victimes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) d’apnée du sommeil et de l’asthme. En toile de fond, souvent, le tabac. La FFAIR a mené une enquête auprès de 352 malades interrogés en ligne. Les résultats ont été présentés vendredi 8 janvier lors des « Etats généraux de la BPCO ».

Généralistes débordés

C’est un coup de sonde, et ce coup de sonde est éclairant. Plus de la moitié des personnes interrogées sont des anciens fumeurs et 8 % fument toujours. Parmi les fumeurs et anciens fumeurs, 70 % ont consommé du tabac pendant plus de dix ans. Plus de la moitié de ceux ayant tenté d’arrêter affirment n’avoir bénéficié d’aucune aide en particulier –  64 % précisent ne pas avoir été aidés par un professionnel de santé – 36 % se sont vus prescrire des substituts nicotiniques – 12 % se rendaient à des consultations régulières de suivi et 7 % (seulement) ont pu bénéficier d’un accompagnement psychologique. On ajoutera que 34 % des patients fumeurs ou anciens fumeurs qui ont tenté d’arrêter de fumer jugent mauvaise ou très mauvaise la qualité de l’accompagnement qu’ils ont pu recevoir.

Pourquoi une telle carence ? Huit sur dix  pensent que les médecins généralistes « n’ont pas le temps d’accompagner les fumeurs qui tentent d’arrêter », et qu’aucun professionnel de santé n’assure de suivi pour les malades qui tentent d’arrêter de fumer.

Dans l’usine de l’Assurance maladie

Quittons la salle des Etats généraux de la BPCO et entrons dans l’usine de l’assurance maladie… Service des fléaux … division tabac… sous-division substituts nicotiniques… catégorie prise en charge….Ouvrons :

« Mis à jour le 15 juillet 2015

L’Assurance Maladie vous accompagne dans l’arrêt du tabac. Elle prend en charge, sur prescription médicale établie par un médecin ou une sage-femme, les traitements par substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhalateur…) à hauteur de 50 € par année civile et par bénéficiaire.

« Pour les femmes enceintes et pour les jeunes de 20 à 25 ans, ce montant est de 150 €.

« Depuis le 1er juillet 2015, les jeunes de 25 à 30 ans, les bénéficiaires de la CMU complémentaire et les patients en ALD cancer peuvent également bénéficier d’un forfait de 150 €. (Mis à jour le 15 juillet 2015) »1

Rappelons que la consommation de tabac est en cause dans plus de 80% des cas de BPCO et que le risque augmente avec l’ancienneté et l’intensité de l’addiction.  Et que l’arrêt de l’intoxication tabagique, à tous les stades de la maladie, permet de stabiliser et même d’améliorer les fonctions respiratoires du malade.

Dix ans après

Il y a dix ans un responsable politique important écrivait ces lignes :

« La broncho-pneumopathie chronique obstructive est une maladie respiratoire qui touche les personnes de plus de 45 ans fumeurs ou exposées professionnellement. Elle atteint plus de 3,5 millions de personnes et tue 16 000 malades chaque année en France. Le tabagisme est la principale cause de cette affection. La fréquence de la bronchopneumopathie chronique obstructive croit de façon alarmante depuis 20 ans, et suit la progression de la consommation de tabac. Si nous ne luttons pas plus énergiquement contre le tabac, cette maladie deviendra la 3ème cause de décès dans le monde en 2010. »

C’était Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé et des Solidarités. Il signait alors la préface d’un « Programme d’actions en faveur de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) 2005 – 2010 ». Un programme intitulé : « Connaître, prévenir et mieux prendre en charge la BPCO ».

On dit que Xavier Bertrand aurait décidé, tout dernièrement, de faire de la politique autrement.

A demain

1 La suite est éclairante : « Pour bénéficier de cette prise en charge, les substituts nicotiniques doivent figurer sur la liste des substituts nicotiniques pris en charge par l’Assurance Maladie (voir la liste disponible ci-dessous en téléchargement). Ils doivent être prescrits par un médecin ou une sage-femme sur une ordonnance consacrée exclusivement à ces produits ; aucun autre traitement ne doit figurer sur cette ordonnance.

En pratique : Votre pharmacien vous délivrera les substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhalateur…) qui vous ont été prescrits. Vous devrez les lui régler directement, la dispense d’avance des frais (tiers payant) n’étant pas prévue dans le cadre de ce dispositif. À noter que vous n’êtes pas obligé d’acheter en une seule fois le traitement qui vous a été prescrit ; vous pouvez échelonner vos achats (sic)

Pour que vous soyez remboursé, votre pharmacien : transmet directement, via votre carte Vitale, une feuille de soins électronique à votre caisse d’Assurance Maladie ; ou, à défaut, vous délivre une feuille de soins papier que vous enverrez vous-même à votre caisse d’Assurance Maladie.

À noter : les substituts nicotiniques peuvent éventuellement être pris en charge par votre mutuelle ou votre assurance complémentaire santé si le contrat que vous avez souscrit le prévoit. Renseignez-vous auprès d’elle. »

 

Une réflexion sur “Xavier Bertrand, la politique autrement. Insuffisants respiratoires, toujours l’enfer du tabac.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s