Suicide à Pompidou : les mystères de la serrure changée et des plantes vertes à arroser durant les congés d’été

Bonjour

Jusqu’où le tragique nous conduira-t-il ? Combien de poupées russes avant de connaître la vérité ? Alors que l’affaire de suicide du Pr Jean-Louis Megnien prend une dimension syndicale et politique nationale, L’Express (Géraldine Catalano et Estelle Saget) revient au 7ème  étage de l’hôpital et à la serrure du bureau du Pr Megnien – bureau qui lui avait été interdit et d’où il s’est défenestré.

Le papier de L’Express est intitulé : « Suicide à l’hôpital Pompidou: mensonges sur compte-rendu? ». Il revient sur la réunion de la Commission médicale d’établissement locale (CMEL) de cet hôpital qui s’est réunie dans la soirée du 8 janvier, deux jours après les obsèques du cardiologue – réunion au 8ème  étage … plusieurs dizaines de personnes…climat lourd. L’ordre du jour ne prévoit pas d’aborder le drame. On demandera toutefois des précisions au Pr Eric Thervet, chef du département hypertension artérielle, affections rénales et cardiovasculaires, auquel était rattaché Jean-Louis Megnien.

Tenter en vain d’ouvrir

Il est acquis que le lundi 14 décembre, lorsque le Pr Megnien est rentré d’un arrêt maladie de neuf mois, il a en vain tenté d’ouvrir la porte de son bureau du 7ème étage avec sa clé habituelle. Serrure changée…  il doit demander l’intervention d’un agent d’entretien pour pouvoir pénétrer dans son bureau. Il est également acquis qu’au lendemain du suicide le Pr Eric Thervet avait reconnu avoir pris l’initiative du changement de serrure.  C’était durant l’été. Précisions de L’Express :

« Ce vendredi soir-là [8 janvier], sous la pression de plusieurs membres de la commission, Eric Thervet se résoud finalement à aborder l’affaire. Le président revient sur la chronologie des événements ainsi que sur le changement de la serrure du bureau du Pr Megnien. Selon deux des participants interrogés par L’Express, il justifie sa décision, dont le principal intéressé n’avait pas été informé, par une banale histoire de plantes à arroser durant les congés d’été. L’agent d’entretien de remplacement n’aurait pas pu ouvrir la porte, d’où la demande d’Eric Thervet. Consternation d’une partie de la salle. »

Or ce n’est pas tout, loin s’en faut.

« Quatre jours plus tard, le 12 janvier, surprise: le compte-rendu des débats, dont L’Express a pris connaissance, présente une toute autre version des déclarations d’Eric Thervet. De plantes vertes et d’arrosage, il n’est plus question. De son rôle, non plus. Le document intitulé « Mise au point sur la situation actuelle du GH [groupe hospitalier] face aux circonstances exceptionnelles » lâche un écran de fumée: « Le Pr Megnien a fait lui-même changer sa serrure ». Quand? Mystère. « Il a été constaté en juillet 2015 que les intervenants de la sécurité incendie n’avaient pas accès à ce bureau, indique encore le compte-rendu. Une serrure conforme aux règles de sécurité a été remise en place à cette date. » »

« Grosse colère »

L’Express a poursuit son enquête, parle d’une « grosse colère », le 13 janvier, du Pr Franck Zinzindohoue, chirurgien, qui  ne reconnaît pas les propos tenus lors de la réunion de la commission. « Le compte-rendu ne correspond pas à la teneur des échanges que nous avons eus lors de la CMEL s’agissant de ce qui fut évoqué du tragique suicide de Jean-Louis Megnien, ni à la chronologie des faits que tu nous as rapportés concernant le changement de serrure », écrit-il dans un mail adressé à Eric Thervet dont L’Express a eu copie.

Eric Thervet lui répond aussitôt : « Cher Franck, je te remercie pour ce mail […]. Les règles de style peuvent être variables selon les textes et tu n’écris pas de la même façon que je le fais ou que le fait Georgia Malamut [auteur du compte-rendu, NDLR]. »

Or, toujours par mail, le Pr Georgia Malamut réplique – depuis son smartphone: « Mes très chers collègues, Bien qu’étant signataire du CR [compte-rendu], je ne suis pas l’auteur des quatre phrases concernant le changement de serrure que j’ai découvertes comme vous hier soir. Je vous prie de bien vouloir respecter mon droit de réserve concernant ces phrases. »

Tout ceci date d’hier, 13 janvier. Marisol Touraine, ministre de la Santé, avait annoncé le 31 décembre qu’elle ferait savoir, avant le 15 janvier, quelles mesures elle prendrait.

A demain

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s