CHU de Tours : la dictée numérisée va transformer les secrétaires médicales en hôtesses d’accueil

Bonjour

Secrétaire médicale ou hôtesse d’accueil physique et téléphonique ? C’est une affaire exemplaire du malaise hospitalier. Elle a commencé il y a un an sur les bords de la Loire sous la forme d’un appel d’offre du CHRU de Tours « pour acquisition d’une solution de dictée numérique et de reconnaissance vocale ». Puis le CHU a choisi le logiciel dicT, fourni par la société spécialisée Anticyclone. Une société déjà très bien implantée dans le milieu hospitalier français si l’on en croit ses références.

Administration aux aguets

« Anticyclone » était-il le nom qui convenait ? A Tours la pression est au plus haut et l’administration aux aguets, scrutant à la jumelles les manifestations syndicales.  On murmure que l’adoption du logiciel entraînerait la suppression d’ici 2018 cent-cinquante  postes de secrétaires médicales sur les cinq cents que compte le CHU actuellement. C’est ce que vient de confier l’intersyndicale du CHRU à l’AFP.

Les syndicats CGT, SUD, FO, CFDT et CFTC ont remis une pétition de plus d’un millier de signatures à la direction de l’hôpital public de Tours. Seule la CFE-CGC ne s’est pas associée à cette démarche. Nul ne sait pourquoi.

Patients périphériques

L’établissement a investi 1,5 million d’euros dans ce logiciel qui permet, entre autres, « de transformer automatiquement en texte des lettres et comptes-rendus dictés par les médecins ». « Son déploiement vient de débuter et doit s’étaler sur 18 mois, jusqu’à mi-2017 » fait savoir la direction du CHRU. Une direction qui souhaite  que les secrétaires se consacrent à l’accueil « physique et téléphonique » des patients.

On trouvera ici les explications de la direction : « Le CHRU de Tours réaffirme sa volonté de mettre le patient au cœur de la réorganisation de ses secrétariats médicaux ». Où l’on comprend que, jusqu’ici, le patient était en périphérie.

Richard Dalmasso, directeur adjoint du CHRU : « Il y aura des postes supprimés, puisque nous devons faire des économies. Mais aucun licenciement ». L’hôpital compte sur les départs en retraite et de nouvelles affectations après un plan de formation.

Casse sociale

Florence Cognée, du syndicat SUD Santé : « Il y aura de la casse sociale. Comme dans tous les hôpitaux, un salarié sur cinq est contractuel au CHRU de Tours. Les secrétaires en contrat seront remerciées ».

La direction du CHRU refuse de mettre au grenier son plus que coûteux logiciel. Les syndicats préparent des actions pour le mois de février. Sans dictaphones les médecins demeurent silencieux. Non loin du CHU, au supermarché Rabelais, des appareils automatiques vocaux remplacent les jeunes caissières. Patient, le consommateur est au cœur du système.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s