Cigarette électronique : les dégâts à venir de la «loi de Santé» sur cette arme anti-tabac

Bonjour

Voici un document essentiel pour qui s’intéresse à la santé publique. C’est un document d’actualité, éminemment politique. On peut ne pas tout partager de son contenu, on ne saurait ne pas en prendre connaissance. Il est signé  Yvon Rolland, vapoteur-militant, adhérent de l’AIDUCE, acteur de l’opération « 1000 messages pour la vape ». C’est aussi un ex-fumeur (grâce à la cigarette électronique), heureux de l’être et qui voudrait que cette « porte de sortie du tabac » reste encore ouverte pour de nombreux esclaves du tabac 1. Or de sérieux obstacles sont à venir qui font que cette porte pourrait, progressivement, se refermer.

On peut prendre connaissance de ce texte ici : « Les conséquences de la loi de santé pour la cigarette électronique ». Ou ici : « Vapoteurs : les raisons de la colère ».

Pourquoi un tel document, pourquoi maintenant ? A la suite de l’adoption définitive du projet de loi de modernisation de notre système de santé porté par Marisol Touraine (17 décembre 2015) M. Rolland a jugé nécessaire d’exposer les différentes conséquences, pour beaucoup méconnues, de cette loi sur la cigarette électronique (ou vaporisateur personnel), ses utilisateurs et les professionnels.

Lieux publics interdits

L’auteur analyse tout d’abord la portée de l’article 28 : « Interdiction de vapoter dans les lieux publics »

« Art. L. 3511-7-1. – Il est interdit de vapoter dans : 1° Les établissements scolaires et les établissements destinés à l’accueil, à la formation et à l’hébergement des mineurs ; 2° Les moyens de transport collectif fermés ; 3° Les lieux de travail fermés et couverts à usage collectif. Un décret en Conseil d’État fixe les conditions d’application du présent article. »

Pour l’auteur cette interdiction de vapoter  n’est soutenue par aucune donnée scientifique et n’est justifiée généralement, par ceux qui la préconisent, que pour des questions d’exemplarité et, parfois, de gêne olfactive. « Une interdiction aussi générale est en contradiction avec les objectifs de réduction tabagisme, car antinomique avec les besoins des vapoteurs, écrit-il. Trente minutes à une heure de vapotage sont nécessaires pour arriver à une dose de nicotine équivalente à celle délivrée par une seule cigarette de tabac en quelques minutes. La cigarette électronique agissant un peu à la manière d’un patch, le vapoteur maintient ensuite son taux de nicotine par des bouffées régulières. C’est ainsi qu’il évite le phénomène de manque qu’il peut satisfaire avec une cigarette plus rapidement et pour des périodes plus longues. En interdisant brutalement l’usage du vaporisateur sur le lieu de travail, par cette loi le gouvernement interdit de trouver des solutions locales et ferme la porte à toute forme d’organisation susceptible de faciliter le sevrage des fumeurs. »

Selon lui renvoyer les vapoteurs sur le trottoir, avec les fumeurs, ne peut que favoriser le retour au tabac.

Bouche à oreille

Vient ensuite l’article 23 qui équivaut à une interdiction de la propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur des dispositifs électroniques de vapotage ainsi que des flacons de e-liquides. Ce qui interdit également tout affichage ou toute exposition de produits, visibles de l’extérieur, dans les boutiques spécialisées.

« Cette interdiction concerne aussi tout site de vente de professionnels, mais aussi d’information, les forums, réseaux sociaux faisant la « promotion » des produits, précise l’auteur. En France, les acteurs de la vape indépendante (par opposition à l’industrie du tabac) n’ont jamais beaucoup communiqué en dehors des réseaux de vapoteurs, leur meilleure publicité se faisant par le bouche à oreille. Vapoter peut s’avérer compliqué, les utilisateurs ont développé de véritables réseaux d’entraide et de soutien. Forums, réseaux sociaux, blogs, sites d’information constituent autant de canaux d’échange entre vapoteurs. L’interdiction de propagande et de publicité directe et indirecte risque de mettre un terme à ces échanges qui ont pourtant permis à un grand nombre de fumeurs de quitter le tabac grâce à l’aide précieuse et aux encouragements des plus confirmés. »

Différences criantes

Après d’autres l’auteur observe les différences criantes entre la situation française et la situation britannique. Il rappelle qu’au Royaume-Uni de nombreux débats et consultations publiques ont été organisés sur la cigarette électronique, que des projets de réglementations ont été mis en ligne pour recueillir les remarques, qu’en août 2015, Public Health England  – une agence du ministère anglais de la santé – rendait public un rapport concluant que la e-cigarette est 95% moins dangereuse que les cigarettes de tabac et que le vaporisateur personnel pourrait  être prescrit dans un cadre de sevrage du tabac, dans une démarche de réduction du risque.

Parallèlement à ce document on peut lire le dernier rapport de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies : « Alcool, tabac et cannabis en 2014, durant les ‘’ années collège’’ ». On y apprendra à quelle âge et à quelle fréquence on commence, en France, à devenir esclave du tabac.

A demain

1 On peut lire son témoignage dans « 1000 messages pour la vape » (n°931 page 220).

3 réflexions sur “Cigarette électronique : les dégâts à venir de la «loi de Santé» sur cette arme anti-tabac

  1. Entre ça, promotion des vins à nouveau autorisée, le scandale des « dépistages » du cancer du sein et de la prostate, il devient ridicule de penser que le gouvernement œuvre pour la santé publique. Ce qui amène une question : pour quelques faits qui retentissent médiatiquement, combien passent sous silence ? Et comment avoir confiance pour tout le reste alors que nos décideurs nous prennent de manière aussi flagrante pour des imbéciles que l’ont peut sacrifier de manière à peine voilée à l’autel du profit ? Car j’ai bien du mal à croire qu’il ne puisse s’agir que de pure incompétence comme c’est probablement le cas concernant la mise à mort de l’hôpital public et de la médecine de proximité sous couvert de rationalité des soins.
    C’est dur d’assister impuissant au sabotage systématique d’un ensemble de systèmes qui rend la vie meilleure pour le plus grand nombre… et pire encore de se faire traiter de fou lorsque on essaye d’expliquer aux naïfs pourquoi nous sommes tous en train de nous faire grugés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s