Essai clinique de Rennes : les précisions du directeur général de l’ANSM quant au secret des essais sur les chimpanzés

Bonjour

A la suite de la publication de notre texte sur les derniers développements de l’affaire de l’essai clinique mortel de Rennes nous avons reçu les précisions suivantes (en partie rassurantes)  du Dr Dominique Martin, directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Rappelons ce qu’indiquait l’ANSM le 22 janvier à la suite de la publication sur le site du Figaro de la publication du protocole confidentiel passé entre la firme portugaise BIAL et la société française BIOTRIAL:

« L’ANSM s’est vue refuser par le laboratoire BIAL, au nom de la protection du secret industriel couvert en droit français par l’article L311-6 du code des relations entre le public et l’administration, la publication de deux autres documents. Il s’agit du dossier du médicament expérimental qui donne des informations sur les aspects pharmaceutiques et de la brochure pour l’investigateur qui fournit notamment des informations sur les études conduites chez l’animal avec le médicament testé dans l’essai. »

Censure portugaise

Il faut ici comprendre dans quelle situation est l’ANSM : cette Agence est bien détentrice des deux documents qu’elle cite mais ne peut pour autant les rendre publics, faute d’avoir l’accord des responsables de BIAL. En d’autres termes l’autorisation donnée le 26 juin 2015 par l’ANSM pour la réalisation de cet essai clinique se fondait bel et bien sur les résultats des études menées chez l’animal. Pour autant les dispositions législatives sur le secret industriel interdisent aujourd’hui à l’ANSM de les publier puisque la firme portugaise, étrangement, s’y refuse 1.

Cette situation fait que la communauté scientifique spécialisée est privée de toute possibilité d’expertise; en témoigne le suivi de l’affaire par nos confrères de Nature. Cette censure portugaise, pour inacceptable qu’elle soit, ne devrait être que de courte durée : ces documents interdits de publicité ont bel et bien été communiqués aux inspecteurs de la police judiciaire et à ceux, administratifs, de l’IGAS. On peut dès lors espérer que manifestation de la vérité ne sera pas, ici, altérée.

A demain

1 On peut observer que ceci est en totale contradiction avec les assurances données le 18 janvier par Marisol Touraine, ministre de la Santé quant à la pleine collaboration de la firme BIAL. Mme Touraine s’exprimait sur les ondes de RTL où elle était interrogée par Olivier Mazerolle.

 

Une réflexion sur “Essai clinique de Rennes : les précisions du directeur général de l’ANSM quant au secret des essais sur les chimpanzés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s