Cigarette électronique et lutte contre le tabac : l’OMS fait le choix de s’attaquer au cinéma

Bonjour

Vous êtes sur les hauteurs de Genève et vous ne rêvez pas. Ce communiqué  est destiné à être mondialement diffusé. Il émane de l’Organisation mondiale de la Santé : « Les films comportant des scènes de consommation de tabac devraient faire l’objet d’une classification ».

L’Organisation mondiale de la Santé demande à l’ensemble des gouvernements de la planète d’appliquer une « classification aux films dans lesquels on consomme du tabac ». Objectif : « empêcher les enfants et les adolescents de commencer à fumer des cigarettes ou à consommer d’autres formes de tabac ».

Canal du cinématographe

Il faut, pour comprendre jeter un œil à la troisième édition de Smoke-Free Movies Report – From evidence to action. «Alors que la publicité pour le tabac est de plus en plus strictement réglementée, le cinéma est l’un des derniers canaux par lesquels des millions d’adolescents sont exposés sans restriction à des images de consommation de tabac», déclare le Dr Douglas Bettcher, Directeur du département « OMS Prévention des maladies non transmissibles ».

Pour l’OMS la « classification des films » comportant des « scènes de consommation de tabac » et la diffusion préalable « d’avertissements antitabac », peuvent :

1 « empêcher les enfants du monde entier de découvrir ces produits »

2 « les empêcher de sombrer dans l’addiction tabagique »

3 « les empêcher de connaître le handicap et la mort qui sont associés à cette addiction. »

«La consommation de tabac dans les films peut constituer une forme efficace de promotion des produits du tabac, explique le Dr Bettcher. Or, le droit international impose aux 180 ‘’Parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac’’ d’interdire la publicité en faveur du tabac, la promotion et le parrainage.»

Scènes de tabagisme

L’OMS évoque des études tendant à démontrer l’ampleur du phénomène. Les Centers for Disease Control and Prevention américains estiment qu’en 2014, la vision de la consommation de tabac dans les films aurait incité dans ce seul pays plus de six millions d’enfants à devenir fumeurs. Extrait du communiqué de l’OMS :

« En 2014, la consommation de tabac apparaissait dans 44% de l’ensemble des films produits à Hollywood, et dans 36% des films destinés à la jeunesse. Entre 2002 et 2014, de telles images figuraient dans presque les deux tiers (59%) des plus gros succès du cinéma. Toujours en 2014, le Surgeon General des États-Unis a déclaré qu’à l’avenir, la classification «pour adultes» des films comportant des scènes de tabagisme permettrait de réduire de près d’un cinquième les taux de tabagisme des jeunes aux États-Unis et d’éviter un million de décès imputables à ces produits chez les enfants et les adolescents d’aujourd’hui.

 « De nombreux films produits ailleurs qu’aux États-Unis comportent aussi des scènes de tabagisme. Des enquêtes ont montré que de telles images apparaissent dans les plus gros succès du box-office de six pays européens (Allemagne, Islande, Italie, Pays-Bas, Pologne et Royaume-Uni) et de deux pays d’Amérique latine (Argentine et Mexique). (…)

 Le Dr Armando Peruga, administrateur de programme de l’Initiative de l’OMS pour un monde sans tabac, explique que plusieurs pays ont pris des mesures pour restreindre la présence d’images du tabac dans les films. «La Chine a exigé que les films ne montrent pas de scènes de tabagisme «excessif». L’Inde a adopté de nouvelles règles sur les images du tabac et l’apparition des marques dans les films nationaux et importés ainsi que dans les programmes de télévision » Et le Dr Peruga d’ajouter: «Mais nous pouvons et devons en faire plus.»

Adulte vapotant sur grand écran

Faire plus dans la lutte contre l’esclavage du tabac ? L’OMS pourrait très certainement faire plus – et faire mieux. Notamment en s’intéressant au rôle que peut jouer dans le domaine la cigarette électronique. La position sur ce sujet majeur de l’institution onusienne en charge de la santé publique planétaire  date d’août 2014. Elle est disponible ici : « Rapport de l’OMS sur la réglementation des cigarettes électroniques et des produits apparentés ». Extrait :

« Le rapport conclut notamment que les données sont actuellement insuffisantes pour pouvoir dire si les cigarettes électroniques aident ou non les fumeurs à arrêter de fumer. Par conséquent, l’OMS recommande pour le moment d’inciter tout d’abord les fumeurs à renoncer au tabac et à se libérer de la dépendance nicotinique en ayant recours à une panoplie de traitements déjà approuvés.

« Il précise en outre que, d’après les données existantes, l’aérosol produit par les cigarettes électroniques n’est pas simplement de la « vapeur d’eau » comme le prétendent souvent les stratégies de marketing de ces produits. Même si elles sont probablement moins toxiques que les cigarettes classiques, les cigarettes électroniques présentent un danger pour les adolescents et pour les fœtus dont la mère utilise ces produits.

Il indique par ailleurs que les cigarettes électroniques accroissent l’exposition des non-fumeurs et des tiers à la nicotine et à plusieurs substances toxiques. »

 On ne sait pas encore si l’Organisation Mondiale de la Santé envisage de demander aux gouvernements du monde entier d’interdire aux mineurs les films montrant des adultes s’adonnant au vapotage. Cela ne devrait guère tarder.

A demain

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s