Rennes : la consommation de cannabis aurait-elle pu jouer un rôle dans la mort du volontaire ?

Bonjour

Il est des documents de l’IGAS qui méritent d’être lus, et relus. Ainsi la « note d’étape » 1 concernant l’essai clinique de Rennes ; essai organisé sous la responsabilité de la société française BIOTRIAL pour le compte de la firme pharmaceutique BIAL.

L’un des passages les plus intéressants concerne les échanges entre BIOTRIAL et le Comité de Protection des Personnes (CCP) de Brest – CPP qui a donné son feu vert à la réalisation de l’essai clinique. Les inspecteurs de l’IGAS y décryptent les conditions dans lesquelles ce feu vert a été donné. C’est ce passage qui permet de saisir les allusions faites par Marisol Touraine (lors de sa conférence de presse du 4 février) à des « substances psycho-actives ».

Rappel : Une recherche biomédicale ne peut être mise en œuvre qu’après avis favorable d’un CPP. Le « promoteur » doit saisir l’un des CPP « compétent vis-à-vis du lieu où sera conduit l’essai ». C’set dans ce cadre que, basée à Rennes, BIOTRIAL a fait appel au CCP de Brest (officiellement dénommé CCP Ouest VI ou CPP Ouest-CPP 890). On observera qu’il n’a pas fait appel au CCP de Rennes (dans la composition duquel figure son directeur médical).

Deux « remarques » de l’IGAS

La « note d’étape » de l’IGAS révèle que le  CPP n’a pas donné son feu vert d’emblée : il s’est prononcé en deux temps, son avis favorable étant subordonné à la prise en compte par la société BIOTRIAL de certaines « remarques ».  Pour l’IGAS deux de ces remarques « méritent d’être commentées » :

L’une portait « sur la combinaison des critères d’inclusion et d’exclusion relatifs à la consommation de substances psycho-actives ». En clair : pouvait-on accepter des « volontaires sains » dont certaines consommations (alcool, tabac, cannabis) pouvaient interférer avec l’essai clinique (une substance à tropisme cérébral) ?

L’autre concernait « les conditions d’information des volontaires de la phase MAD (phase d’administration de doses orales multiples et croissantes (MAD : Multiple Ascending dose) sur le schéma de détermination des doses à administrer ». En d’autres termes les volontaires prenant les doses croissantes (ceux chez lesquels les accidents sont survenus) étaient-ils suffisamment informés des modalités de  l’essai auxquels il participaient ?

Quelques points troublants

Sans reprendre dans le détail l’ensemble des remarques transmises à la société BIOTRIAL, la mission de l’IGAS se penche sur quelques points assez troublants qui concernent « les critères d’exclusion et d’inclusion » relatifs à la consommation de cannabis. Il apparaît ainsi que le CPP de Brest demande à la société BIOTRIAL (dans son avis du 23 juin 2015) d’ « apporter des explications sur l’adéquation entre les critères de sélection de volontaires sains (recherche de toxiques) et le critère d’exclusion n° 6 sur la consommation du cannabis ».

« La première remarque visait, selon le CPP, à remédier à une incohérence, à savoir inclure des sujets ayant une recherche négative de toxique, d’une part, et leur permettre une « certaine » consommation de cannabis, d’autre part »  peut-on lire dans la « note d’étape » de l’IGAS. La version initiale du protocole prévoyait à cet égard  différents  critères d’exclusion ou pas des volontaires sains selon les niveaux de consommation d’alcool, de tabac et de cannabis [voir page 19 de la « note d’étape »].

Pour sa part L’IGAS estime que le sujet des critères d’inclusion et d’exclusion des personnes volontaires pour participer à l’essai (s’agissant de la question de la consommation de substances psycho-actives) appelle plusieurs commentaires ; des commentaires effectués « dans le contexte des évènements indésirables graves survenus au cours de cet essai ». Extraits de ces commentaires :

 

« La consommation abusive d’alcool et de marijuana et plus généralement de toute drogue par le passé conduisent à l’exclusion du volontaire. Pour l’alcool, un critère additionnel d’exclusion concerne la consommation régulière significative. Pour la marijuana, une éventuelle consommation régulière par le sujet n’est plus recherchée. (…)

 « En troisième lieu, la pertinence de la combinaison des critères d’exclusion et d’inclusion pour la consommation de marijuana mérite d’être éclairée du point de vue des objectifs poursuivis. La recherche d’une habitude de consommation régulière au cours de la période récente (six derniers mois) conduisant à l’exclusion peut sembler justifiée comme critère d’exclusion au regard du produit expérimental. Les tests pratiqués pour l’inclusion permettent certes de mettre en évidence une consommation récente mais pas forcément d’écarter un volontaire qui aurait suspendu temporairement ses habitudes de consommation régulière afin de pouvoir intégrer l’essai. [nous soulignons].

 « Le critère d’exclusion n° 5 portant sur la consommation abusive d’alcool ou de drogue par le passé n’apparaît pas recouvrir de façon évidente une situation de consommation régulière significative de cannabis. Les critères d’exclusion retenus dans la dernière version du protocole n’apparaissent donc pas, au total, suffisamment précis pour identifier une éventuelle habitude de consommation régulière de cannabis chez un volontaire.

 « S’il est vrai qu’on ne peut avoir de garantie totale concernant le repérage de ces habitudes dès lors que le renseignement des critères d’exclusion repose sur les déclarations du volontaire, cela ne peut avoir pour effet de diminuer les exigences concernant la pertinence et la précision des critères d’exclusion et d’inclusion. »

Hypothèse évoquée par BIOTRIAL

Il faut ajouter ici une note de bas de page [la n°8] de cette « note d’étape ». Une note qui méritera d’être complétée et qui pourrait se révéler essentielle : « Une susceptibilité individuelle potentiellement expliquée par une exposition préalable au cannabis est l’une des hypothèses évoquée par BIOTRIAL, pouvant expliquer la particulière gravité des effets indésirables pour l’un des volontaires » 2. Pour l’heure il ressort de cette lecture qu’une partie des volontaires de cet essai  (ceux de la partie MAD) n’ont reçu « avant de signer leur formulaire de consentement », qu’une « information orale sur le niveau de dose qui leur serait administrée quotidiennement ». L’IGAS ajoute : « ce qu’on peut regretter compte tenu de l’importance de cette information dans le cadre d’une administration répétée ».

Pour sa part la ministre de la Santé a parlé de « manquements majeurs ». Ce à quoi BIOTRIAL a aussitôt répliqué :  « Les supposés manquements identifiés dans le pré-rapport de l’IGAS ne sont en rien la cause de l’apparition des effets indésirables graves constatés faisant suite à l’administration du produit pharmaceutique BIAL BIA 10-2474. »

A demain

1 Etablie par Christine d’Autume  et par le Dr Gilles Duhamel, membres de l’Inspection générale des affaires sociales, la note d’étape est disponible à cette adresse : http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fevrier_2016_-_note_etape_-_accident_essai_clinique.pdf

2 Cette donnée renvoie (indirectement) aux  associations (infondées) qui avaient initialement été faites entre le produit BIA 10-2474 et le cannabis « Essai clinique de Rennes et «cannabis»: retour sur une grosse boulette politico-médiatique » (Slate.fr 16 janvier 2016)

 

 

2 réflexions sur “Rennes : la consommation de cannabis aurait-elle pu jouer un rôle dans la mort du volontaire ?

  1.  » Il est des documents de l’IGAS qui méritent d’être lus, et relus. »

    Certes !

    « En troisième lieu, la pertinence de la combinaison des critères d’exclusion et d’inclusion pour la consommation de marijuana mérite d’être éclairée du point de vue des objectifs poursuivis »

    Le jargon de l’IGAS ne mérite pas, il impose lecture et relecture.

    Mais en français que signifie l’IGAS ? Il ne saurait nuire que l’IGAS éclairât son style sévèrement ampoulé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s