Zika et échographies : le temps venu de la grande cacophonie au sujet des «microcéphalies»

 

Bonjour

Signé du Dr Isabelle Catala, un papier du site Medscape consacré à Zika  résume le mieux la désagréable impression de grand flottement qui prévaut aujourd’hui. Flottement au carré pourrait-on dire. Il concerne tout d’abord le lien de causalité (toujours évoqué, jamais démontré) entre l’infection de la femme enceinte et la microcéphalie foetale. Il concerne ensuite la conduite à tenir (selon les autorités sanitaires) face à ce risque hypothétique. On a, ici, l’impression d’avancer dans le brouillard médical et scientifique.

Revenons au 3 févier 2016 et à la conférence de presse  au cours de laquelle Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Droits de la Femme, a, concernant Zika, souhaité « faire un point très précis sur la situation épidémiologique en France ». La ministre a alors indiqué que depuis le début de l’épidémie, dans les départements français d’Amérique, vingt femmes enceintes ont été détectées positives au virus Zika. Ces femmes font l’objet d’un suivi renforcé, aucune malformation n’a été détectée à ce jour.

Le 22 janvier 2016, le Haut Comité de la Santé Publique (HCSP)  avait actualisé ses recommandations de 2015. Il estimait nécessaireen cas d’infection confirmée chez la mère, « de réaliser une surveillance échographique mensuelle avec recherches d’anomalies morphologiques orientées sur les signes infectieux et les malformations neurologiques, de préférence dans un centre de diagnostic anténatal surtout en cas de RT-PCR positive dans le liquide amniotique ».

Femme enceinte, conduite à tenir en cas d’infection confirmée :

«  Information de la patiente sur les risques supposés liés à une infection Zika et les risques connus pouvant résulter des investigations cliniques et paracliniques, (notamment si elles sont menées sans bénéfice direct pour la patiente ou le fœtus) ; il n’y a pas lieu de pratiquer d’amniocentèse systématique après confirmation d’une infection par le virus Zika ; surveillance échographique mensuelle avec recherche d’anomalies morphologiques orientées sur les signes infectieux et les malformations neurologiques de préférence dans un centre de diagnostic anténatal surtout en cas de RT-PCR positive dans le liquide amniotique (…)

« A la naissance : RT-PCR Zika sur le sang du cordon et les urines ainsi que dans le placenta ; sérologie dengue (en zone épidémique ou au retour de zone épidémique) et Zika chez l’enfant ; surveillance et suivi pédiatrique adaptés.

Conduite à tenir en cas de découverte d’anomalies à l’échographie :

« Une échographie par trimestre est normalement proposée à toute femme enceinte. En cas de découverte de microcéphalie, d’anomalies cérébrales ou de signes de dysfonctionnement du tronc cérébral (hydramnios avec troubles de la déglutition) ou de retard de croissance intra-utérin (non vasculaire, non syndromique) : information de la patiente ; bilan étiologique adapté selon l’anomalie : recherche de causes infectieuses (CMV, toxoplasmose, rubéole, herpès…) ou toxiques (alcool, drogues) ou génétiques ; sérologie et séroneutralisation Zika chez la mère.

« Adresser la patiente à un Centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal (CPDPN) pour une évaluation étiologique et pronostique de l’affection fœtale dont les conséquences possibles seront expliquées à la mère. »

Le Conseil national professionnel de gynécologie et obstétrique (CNPGO  recommande pour sa part une surveillance échographique mensuelle des biométries céphaliques fœtales « pour les femmes enceintes qui ont récemment voyagé en zone d’endémie, notamment dans la zone s’étendant du Paraguay jusqu’au Mexique y compris les Antilles, en élargissant au Cap Vert et au Pacifique à une période où elles auraient p être exposées au risque ».

Préservatifs recommandés

Par ailleurs, le CNPGO précise que du fait de la possibilité de transmission par voie sexuelle, « l’emploi du préservatif est recommandé pour les femmes enceintes dont le compagnon est suspect d’être infecté ». « Le Ministère de la santé va devoir trancher rapidement sur cette question du nombre d’échographies chez les femmes potentiellement exposées en raison des conséquences en termes de remboursement de ces actes » estime Medscape.

On pourrait certes soutenir que ces échographies de précaution permettront de documenter la question du lien de causalité… Une question qui, en dépit des nombreux raccourcis médiatiques et politiques n’a toujours pas de réponse assurée.  « On sait déjà que le virus peut passer la barrière hémato-placentaire et infecter le fœtus, résume Medscape. Par deux fois, du virus a été détecté dans le liquide amniotique et des séquences ARN ont aussi été retrouvées chez un enfant mort-né infecté. Pour autant, le Zika suffit-il à lui seul à créer des microcéphales ? Existe-t-il un co-facteur comme le suggère le Dr Anne Schuchat du CDC américain ? »

Données imparfaites

Il faut aussi tenir compte de la récente publication signée de notre confrère Declan Butler qui, dans  Nature  cite Jorge Lopez-Camelo et Ieda Maria Orioli du Latin American Collaborative Study on Congenital Malformations(ECLAMC). Ces derniers soulignent que les données épidémiologiques dont on disposait jusque là – et qui servent désormais à calculer la progression du nombre des cas – étaient imparfaites. Une donnée confirmée en coulisse par plusieurs spécialistes français.

Les chercheurs sud-américains précisent, en outre, que les critères diagnostiques de microcéphalie sont très peu spécifiques, et que certains enfants rattraperont les courbes normales en grandissant (en termes de périmètre crânien) ; sans pour autant que cela augure de l’absence de séquelles. Le brouillard ne se lève pas.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s