Les actes pédophiles d’un prêtre catholique : nouvelle affaire judiciaire et de santé publique

Bonjour

Du Boston Globe à Lyon (Rhône), comme une très lointaine résonance hexagonale du film Spotlight 1. Au départ c’est un témoignage  que l’on peut trouver sur BFMTV . L’une des victimes d’agressions sexuelles d’un prêtre dans les années 1990 a décidé de porter plainte contre l’archevêque de Lyon, Mgr  Philippe Barbarin, primat des Gaules. Avec son association « La Parole libérée », il dénonce le fait que le cardinal Barbarin ait maintenu le prêtre pédophile dans ses fonctions en dépit de son passé. BFMTV:

« François Devaux a été victime d’agression sexuelle en 1990 par le père Bernard Preynat alors qu’il était jeune scout, âgé de 10 ou 11ans ; A l’époque, ses parents avertissent l’Eglise, le curé est alors affecté à d’autres fonctions. L’histoire aurait pu s’arrêter là mais il y a quelques mois, le jeune père de famille découvre ce qu’est devenu son agresseur.

« Pour la première fois de ma vie, j’ai tapé sur Google le père Bernard Preynat et j’ai vu qu’il était doyen jusqu’en août 2015 et qu’il donnait des cours de catéchisme à des petits enfants », rapporte-t-il. Le lendemain, il contacte l’archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin qui a nommé le prêtre pédophile à ce ministère: « Je lui ai dit qu’il fallait qu’on fasse une communication main dans la main pour dénoncer ces erreurs qui ont été faites sur le diocèse de Lyon ». »

Secret bien conservé

Le cardinal lui répond alors avoir eu connaissance de faits d’agressions seulement en 2014 et avoir démis Bernard Preynat de ses fonctions l’année suivante. Mais dans une interview accordée au quotidien La Croix le primat des Gaules reconnaît qu’il avait été informé bien avant :

« Une personne qui avait grandi à Sainte-Foy-lès-Lyon m’a parlé des comportements du P. Preynat (antérieurs à 1991, NDLR) vers 2007-2008. J’ai alors pris rendez-vous avec lui pour lui demander si, depuis 1991, il s’était passé la moindre chose. Lui m’a alors assuré : ’Absolument rien, j’ai été complètement ébouillanté par cette affaire’’. Certains me reprochent de l’avoir cru… Oui, je l’ai cru : il n’était pas dans le déni, au contraire, il avait reconnu tout et tout de suite, dès 1991. J’ai consulté un spécialiste qui m’a expliqué que, dans ce genre de cas, les auteurs de tels faits restent dans le déni. J’avais vérifié que, depuis, on n’avait reçu ni plainte ni soupçon. J’observe d’ailleurs que plusieurs mois d’enquête de police n’ont conclu à aucun acte délictueux récent, ni même depuis 1991.

« Quand je suis arrivé à Lyon, je ne savais rien. Quand j’ai appris les faits, nous ne disposions alors d’aucune plainte. J’attends désormais la fin de la procédure civile. Si le procès se clôt en raison de la prescription, j’ouvrirai alors un procès canonique, car un jugement doit être rendu : pour cela, je demanderai à Rome que soit levée la prescription prévue par le droit canon. »

Des faits canoniquement prescrits

A la question de savoir pourquoi il n’avait pas lancé d’enquête canonique dès le début le cardinal Barbarin répond :

« Parce que les faits étaient canoniquement prescrits et qu’avant 2014, il n’y a pas eu de plaintes. Le cardinal Decourtray avait redonné sa confiance et un ministère au P. Preynat après l’avoir suspendu pendant six mois. Rien ne s’est passé par la suite, le cardinal Billé [archevêque de Lyon de 1998 à 2002, NDLR]  qui souhaitait le changer de paroisse en 1999, a pris avis auprès d’un avocat, m’a raconté le P. Preynat, et, en l’absence de nouvelles plaintes, il l’a nommé à Cours-la-Ville. Je n’ai pas remis en cause ce choix, consultant plusieurs personnes avant de le nommer curé en 2011.

C’est en 2014 que j’ai reçu, pour la première fois, une victime venue me raconter des faits aujourd’hui prescrits : j’ai écrit à Rome qui m’a conseillé de le suspendre de ses fonctions malgré les vingt-quatre années écoulées depuis les faits. Ce que j’ai fait.

«  J’ai interrogé le cardinal O’Malley [Président de la commission pontificale pour la protection des mineurs créée en 2013]  sur le sort des prêtres ayant commis des actes pédophiles anciens… Pour lui, ils doivent quitter le ministère, car à cause d’eux les gens ont perdu confiance dans l’Église (…) Mais je peux dire aussi que, depuis que je suis évêque, chaque fois qu’on m’a signalé un abus, j’ai réagi dans la seconde, suspendu le prêtre et alerté la justice : c’est arrivé à Lyon en 2007 et en 2014. Avec le P. Preynat, la situation est bien différente, car il s’agissait de faits anciens pour lesquels il n’y avait jamais eu de plainte, ni aucun indice de récidive. Ma seule préoccupation est qu’aucun mal ne soit plus jamais commis. »

Une défense « périlleuse et problématique »

François Devaux préside aujourd’hui l’association « La Parole libérée ». Fondée en décembre dernier, elle regroupe les personnes qui auraient été victimes du père Bernard Preynat, mis en examen le 27 janvier pour «agressions sexuelles sur mineurs de moins de quinze ans par personne ayant autorité». « Les faits (reconnus par l’accusé) se seraient produits entre 1986 et 1991 dans le cadre d’un groupe de scouts d’une paroisse de Sainte-Foy-lès-Lyon » résume Libération. Ce quotidien juge la ligne de défense du cardinal Barbarin « périlleuse et très problématique ».  Après son interview à la Croix, l’archevêque de Lyon s’est retranché dans un silence total. «Il ne parlera pas avant le procès», a expliqué à Libération son directeur de cabinet.

Revient ainsi en mémoire l’affaire Pierre Pican, évêque de Bayeux, qui avait été condamné, en septembre 2001, à trois mois de prison avec sursis pour non-dénonciation des agissements pédophiles d’un prêtre de son diocèse, René Bissey. A l’époque, le curé avait été condamné à dix-huit ans de réclusion. « La condamnation d’un évêque pour non dénonciation était une première mondiale dans l’histoire de l’Eglise catholique, croit se souvenir Libération. Au moment de ce scandale, l’épiscopat français avait tenté de corriger le tir dans la gestion très hasardeuse des affaires de pédophilie. Selon des spécialistes de ce dossier, la vigilance se serait, ces dernières années, relâchée. »

Double fatalité

L’affaire de Lyon coïncide, fatalité, avec la sortie en France du film »Spotlight » qui met en scène la volonté journalistique qui pu révéler, à Boston puis aux Etats-Unis, l’ampleur des actes de pédophilie commis par des prêtres catholiques – actes volontairement cachés par la hiérarchie.

Mais l’affaire de Lyon coïncide aussi, autre fatalité, avec la révélation par la presse anglo-saxonne  d’un document signé par un prêtre français hautement controversé, Tony Anatrella, prêtre catholique et psychothérapeute, conseiller de l’un des services du Vatican ; un document affirmant qu’il n’y avait aucune obligation pour la hiérarchie catholique d’informer les autorités judiciaires des affaires d’agression sexuelles sur mineurs dont ils auraient pu avoir connaissance. Slate.fr : « Pour le Vatican, en cas d’abus de prêtres sur mineurs, les évêques ne sont pas tenus de contacter la police ».

Cette résurgence de la position traditionnelle de la hiérarchie catholique a suscité une tempête dans la presse anglo-saxonne (The Independant, The Guardian). On n’observe étrangement pas, pour l’heure, le vent se lever en France.

A demain

1 A lire, dans La Croix : « Le diocèse de Lyon face au passé d’un prêtre pédophile ». A lire dans Lyon Capitale : « Lyon : un site met en lumière l’affaire du prêtre accusé de pédophilie »

 

 

3 réflexions sur “Les actes pédophiles d’un prêtre catholique : nouvelle affaire judiciaire et de santé publique

  1. Bonjour,
    S’il est nécessaire et légitime de nous soucier de mineurs actuellement maltraités, il faut tout de même savoir raison garder : faut-il faire une telle chasse à l’homme contre un pasteur qui est arrivé lorsque les faits sont déjà prescrits sur le plan canonique et surtout qui n’entend aucune plainte réelle des victimes jusqu’en 2014, ?
    Qu’il soit possible de déplorer l’attitude du Card Decourtray au moment des faits, soit – et pourtant personne ne songe à débaptiser la Rue (ou Montée) Cardinal Decourtray.
    Mais pourquoi, d’une manière aveugle et sans aucune mesure, harceler en meute l’actuel archevêque qui, finalement, arrive après la bagarre ?
    Faudrait-il exiger de l’Eglise qu’elle fonctionne sur des rumeurs et des délations ? Au mépris des libertés et de la présomption d’innocence ?
    Faut-il que cette institution fonctionne comme aucune autre càd se laissant dicter la conduite à tenir par le bon plaisir de telle ou de telle association dont les membres n’ont pas eu le courage de porter plainte eux-même, en temps voulu, et de l’assumer ?

    • Bonjour,
      S’il est nécessaire et légitime de nous soucier de mineurs actuellement maltraités, il faut tout de même savoir raison garder : faut-il faire une telle chasse à l’homme contre le Cardinal Philippe Barbarin qui est arrivé lorsque les faits sont déjà prescrits sur le plan canonique et surtout qui n’entend aucune plainte réelle des victimes jusqu’en 2014 ?
      Qu’il soit possible de déplorer l’attitude du Card Decourtray au moment des faits, soit – et pourtant personne ne songe à débaptiser la Rue (ou Montée) Cardinal Decourtray.
      Mais pourquoi, d’une manière aveugle et sans aucune mesure, harceler en meute Monseigneur Barbarin qui, finalement, arrive après la bagarre ?
      Faudrait-il exiger de l’Eglise qu’elle fonctionne sur des rumeurs et des délations ? Au mépris des libertés et de la présomption d’innocence ?
      Faut-il que cette institution fonctionne comme aucune autre càd se laissant dicter la conduite à tenir par le bon plaisir de telle ou de telle association dont les membres n’ont pas eu le courage de porter plainte eux-même, en temps voulu, et de l’assumer ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s