Offerts sur un plateau: trois cabinets médicaux dans le pôle santé de Saint-Sulpice-de-Pommeray

Bonjour

Nous sommes dans le Loir-et-Cher, périphérie nord de Blois : moins de 20% de plus de  60 ans. Saint-Sulpice-de-Pommeray, environ 1800 habitants. Sans être palpitante la vie n’est pas usante Pour 180 000 euros, à débattre, vous pouvez devenir propriétaire de cette « Maison rénovée » :

« En retrait de toute nuisance et avec une proximité immédiate aux commodités. Espace d’entrée donnant sur le séjour avec véranda, cuisine équipée, 2 chambres et salle d’eau de plain-pied et WC. À l’étage un palier dessert 3 grandes chambres et salle de bains avec WC. Sous sol total, terrasse, piscine hors-sol chauffée et grand garage indépendant. »

Dans un écrin naturel

Précision : nous sommes loin des horreurs de la Beauce et des profondeurs sauvages de la Sologne, les deux pôles de ce département schizophrène qu’est le Loir-et-Cher, traversé par la Loire :

« Saint-Sulpice-de-Pommeray repose sur une douce étendue de surfaces boisées et de cultures, bordées à l’ouest par la rivière Cisse ; 40 % de sa superficie sont occupés par la forêt domaniale de Blois. Cet écrin naturel confère à la commune un caractère rural authentique. La protection de son patrimoine naturel et le souci de préserver la qualité de vie de ses citoyens ont toujours été prépondérants.

La commune dispose de nombreux services destinés à faciliter le quotidien de ses habitants : écoles, accueils de loisirs et périscolaires, accueil de jeunes, associations culturelles et sportives, commerces, professionnels de santé. Le pôle économique de la commune est constitué d’une trentaine d’entreprises et d’artisans. Saint-Sulpice-de-Pommeray vous offre un cadre de vie préservé alliant convivialité et dynamisme, ruralité et développement économique, aux portes de Blois. »

Le temps est conté

Reste l’abcès de Saint-Sulpice-de-Pommeray : une maison médicale (un « Pôle santé ») inhabité. « A ce jour, aucun médecin généraliste n’a fait signe pour s’y installer. La commune poursuit ses recherches, rapporte aujourd’hui La Nouvelle République du Centre Ouest (Claire Neilz).Trouver un médecin généraliste est aujourd’hui devenu la priorité de Simone Gaveau, maire. Et le temps est désormais compté. Le seul docteur encore en exercice cesse son activité le 30 juin. ‘’Je m’inquiète pour les patients qui ne sauront plus où aller après’’, confie Simone Gaveau, qui, personnellement, est aussi concernée par le départ du praticien. »

Aucun espoir à l’horizon : à Fossé comme à Villebarou, les généralistes vont également prochainement « stopper leur carrière ». « Ces médecins n’étaient pas maîtres de stage, ce qui fait que nous sommes passés à côté de jeunes diplômés potentiellement intéressés pour s’implanter dans le secteur » confie la maire au quotidien régional. Le conseil municipal avait pourtant anticipé. Il y a près de quatre ans que les élus réfléchissent à la création d’un « pôle santé » sur leur territoire. « Nous avions même organisé des réunions communes avec Fossé et Villebarou pour en discuter. C’était le souhait de l’Agence Régionale de Santé de nous voir travailler en partenariat. Seulement, pour que notre projet soit éligible à un financement de l’État et de la région, il fallait qu’un médecin porte l’initiative, chose que nous n’avions pas, regrette Simone Gaveau. Au final, soit nous laissions faire sans rien entreprendre, soit nous prenions l’option de construire un bâtiment pour accueillir de futurs médecins, puisque nous n’avions aucun local disponible pour leur installation. »

Les 10 000 € du député Denys Robillard

Un chantier est décidé, à côté des « commerces de proximité » et des autres professionnels de santé : pharmacienne, dentiste, kinésithérapeute, pédicure-podologue et infirmiers. Les travaux ont débuté en juin 2015. L’ouverture est prévue pour juillet. Superficie de 300 m², cinq cabinets. Coût total de cette construction (incluant un parking) : 717.492,60 € HT.  La commune a eu un recours à un emprunt de 350.000 € sur quinze ans. Elle a perçu 10.000 € de la réserve parlementaire du député (socialiste) Denys Robiliard   – et 8.000 € du conseil départemental pour le parking. Les loyers des médecins ont été fixés à 500 €.

Denys Robillard est avocat de profession, membre d’Amnesty International. Il y a quelques jours il s’est opposé à la réforme de la Constitution voulue par le gouvernement. Membre d’Amnesty International cet élu se mobilise aussi pour  encadrer les pratiques de contention en dernier recours dans les établissements psychiatriques. Il s’en expliquait en septembre dernier avec Eric Favereau dans les colonnes de Libération. Ce député pourra-t-il, aussi, aider Saint-Sulpice-de-Pommeray ?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s