Michel Sapin chez Jean-Jacques Bourdin: ce quinquennat ne fera rien contre le tabac

Bonjour

Tout le reste sera littérature. Mardi 16 février Michel Sapin, ministre des Finances et proche de François Hollande, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin. M. Bourdin, journaliste, officie sur RMC-BFMTV. Chaque matin un responsable politique va chez lui comme on se rend à confesse. Il les rudoie, ils sourient. C’est toujours à qui sera le plus malin. Généralement, à la fin, le vainqueur est Jean-Jacques Bourdin.

« On a voté cette question-là ! »

 Ce mardi 16 février  Michel Sapin était venu parler du chômage, de la croissance et des Finances de la France. Elles vont mal mais, sous peu, iront mieux. Vers la treizième minute,  le ministre entend parler de clarté, de transparence, des lobbies qui seront bientôt couchés sur un « registre ». Jean-Jacques Bourdin  saute sur l’occasion.  Cela donne ceci  (voir l’entretien – à partir de 13’40’’) :

« A propos des lobbies, il y a le lobby du tabac… Est-ce que le prix des cigarettes, du tabac, va augmenter en France ?

  • On a voté cette question-là à la fin de l’année 2015 pour 2016… il n’y aura pas d’augmentation du prix du tabac
  • Vous vous rendez compte… Cela encourage la consommation…
  • Non ….
  • Excusez-moi… Tous ceux qui se battent contre le tabac le disent…
  • En sens inverse nous avons mis en place quelque chose de très nouveau – qui a d’ailleurs fait réagir un certain nombre de personnes et qui s’appelle le paquet neutre. Le choix qu’a fait le gouvernement, c’est pas la même année et le paquet neutre et une augmentation (sic)
  • Donc aucune augmentation …
  • Pour l’année 2016… 
  • Aucune augmentation avant la présidentielle…
  • Ah j’en sais rien… Mais pour l’année 2016
  • Mais moi je vous le dit… ! Pas avant la présidentielle… Il y a un calendrier !
  • On va prendre les choses dans l’ordre… ça se discute dans une loi de finances…
  • Bon, d’accord…. (…) »

 « Ce mouvement se poursuivra »

François Hollande, 4 février 2014, lançant solennellement le troisième Plan Cancer, au sujet du tabac :

« Le tabac, est responsable de 30% des décès par cancer. C’est la première cause de mortalité pour les femmes, comme pour les hommes – mais de ce point de vue l’égalité est en marche, et ce n’est pas la meilleure ! Le second Plan Cancer avait fixé comme objectif une baisse de la prévalence du tabac, c’est-à-dire du nombre de fumeurs, de 30% à 20% dans la population. Le taux aujourd’hui est de 33%, il y a plus de fumeurs qu’il n’y en avait il y a cinq  ans. J’ai donc demandé à Marisol Touraine de présenter, avant l’été, un programme national de réduction du tabagisme. Il sera élaboré par tous les acteurs concernés, pour agir sur la consommation, qui devient une addiction. Nous devons utiliser tous les leviers.

Le premier, c’est le prix. Que nous révèle l’expérience ? Elle nous enseigne que les seules baisses significatives – elles ont été rares – de la consommation de tabac, se sont produites après des augmentations fortes du prix des cigarettes. Ce fut le cas en France en 2003, seulement pour quelques années. Quelle est la situation aujourd’hui? De 2005 à 2012, il y a eu des hausses continues, qui ont relevé en moyenne le prix du tabac d’1,20 euro. 1,20 euro, ce n’est pas négligeable, mais ces hausses ont été progressives et parfois conçues davantage pour accroître les recettes de l’Etat, sans être accompagnées des mesures indispensables pour inciter les fumeurs à ne plus l’être (…)

 Les hausses de tarifs doivent retrouver leur finalité de santé publique. Depuis 18 mois, le prix du paquet a augmenté en moyenne de 80 centimes, soit plus de 12%. Ce mouvement se poursuivra, mais il sera guidé par un seul impératif : les recettes supplémentaires ne bénéficieront pas à l’Etat, mais abonderont un fonds dédié, c’est-à-dire destiné à la recherche sur le cancer, à sa prévention et à l’amélioration de sa prise en charge. »

 Les vrais joueurs

 17 février 2016. On apprend, sur le site des buralistes, que, sur LCI, l’émission « C’est l’actu » de Valérie Expert  prévoit, vers 10h15, un grand débat. Sont prévus sur le plateau, outre Pascal Montredon, patron des buralistes français l’ancienne ministre, aujourd’hui députée socialiste  Michèle Delaunay, Michel Burton (de la Revue des tabacs) et le Pr Bertrand Dautzenberg. Deux contre deux en somme…, le spectacle peut commencer…, les vrais joueurs sont ailleurs.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s