Travail et déchéance : le grand trouble identitaire socialiste vu depuis le Jardin de la France

Bonjour

Face à cet effacement des repères est-il trop tôt pour oser porter un diagnostic ? Les gazettes ne s’en privent guère et l’éventail va de la fracture  au trouble identitaire – pour ne pas parler de schizophrénie. Les historiens oubliés évoquent le Congrès de Tours 1 dont on fêtera peut-être, dans quatre ans, le premier siècle.

Tours, précisément, préfecture de l’Indre-et-Loire. La Nouvelle République du Centre Ouest est là qui, depuis la Libération, prend le pouls du Jardin de la France. Aujourd’hui c’est François Bluteau, journaliste aguerri et affûté qui a recueilli les témoignages qui sont autant de symptômes du mal qui gagne. Voici sa moisson :

Claquements de portes

Au sein de la fédération départementale d’Indre-et-Loire du PS, pas de départ théâtral, pas de claquements de portes avec déchirure de cartes plastifiées – mais des divorces bientôt réclamés, vraisemblablement sans consentements mutualisés.

« En Indre-et-Loire, nous n’avons pas eu de départs théâtraux comme dans le Loir-et-Cher, observe Franck Ganiaire, le secrétaire fédéral adjoint Bien sûr, les militants s’interrogent après la déchéance de nationalité et le projet de loi sur le travail. Les discussions sont animées mais beaucoup moins violentes que celles qu’on avait connues avant et après le référendum de 2005. Globalement, il y a une volonté de dire qu’on n’est pas d’accord, mais je n’ai pas encore vu de défection. »

Chez les députés, c’est une autre histoire : une autre question risque d’occuper les esprits et provoquer des débats de fond : dans l’hypothèse où le gouvernement n’arriverait pas à faire passer sa loi et qu’il utiliserait l’article 49-3, viendrait l’heure de vérité : le dépôt d’une motion de censure. Que feront, alors, faire les députés socialistes très opposés au texte ? Ils sont trois dans le département, trois qui représentent tous les courants :

Laurent Baumel (frondeur affiché) : « Cette question est une bombe. Il est encore trop tôt pour se la poser. Avec l’opposition qui grandit chez les syndicats et sur le Net, on peut espérer que le texte soit largement modifié. Mais si le gouvernement veut passer en force, la question de la motion de censure pourrait se poser et l’hypothèse de la voter n’est pas exclue… »

 Jean-Patrick Gille : « C’est la question qu’on aimerait ne pas avoir à se poser. De façon générale, je suis plutôt d’accord avec ce que dit la tribune de Martine Aubry, mais je dis attention au piège ! La volonté de Manuel Valls, c’est de tendre l’élastique pour qu’il se casse et que la gauche explose. Avec l’idée que ce soit lui le leader d’une autre majorité… »

Jean-Marie Beffara (suppléant de Marisol Touraine) : Ici François Bluteau fait un commentaire : « Quelle que soit l’attitude de l’exécutif, recul ou autorité, la note politique à payer risque d’être désastreuse pour lui. C’est peut-être ce qui fonde sa colère – la question l’irrite beaucoup. »

« Je ne fais pas de politique-fiction : le texte n’est pas encore validé par le Conseil d’État, pas encore adopté par le conseil des ministres. De toute façon, il y aura débat parlementaire, j’y prendrai part : attendons de voir. Je suis très en colère contre mes collègues du PS qui font des déclarations de posture qui ne m’intéressent pas ! Le problème du chômage est trop important pour que l’on soit dans la posture. Les déclarations de Martine Aubry, Laurent Baumel et Jean-Patrick Gille ne répondent en rien aux préoccupations de nos concitoyens. »

Fief politique périphérique

Et puis, bien sûr, l’ombre de Marisol Touraine dont l’Indre-et-Loire est le fief politique périphérique si l’on osait parler de fief dans une République. La France a oublié que la ministre de la Santé prononçait un discours  dans la soirée du vendredi soir 15 janvier à Tauxigny (Indre –et-Loire). La Nouvelle République du Centre Ouest y était, qui rapporta que la ministre était venue « malgré son déplacement à Rennes dans l’après-midi à la suite de l’accident thérapeutique grave qui y est survenu ».

Six semaines plus tard, le travail s’ajoutant à la déchéance, la fracture devient de plus en plus délicate à réduire. Il faudra bientôt songer aux festivités du centenaire du Congrès de Tours. Nous serons alors le jour de Noël. Et en 2020.

A demain

1 Plusieurs congrès portent le nom de congrès de Tours : le Congrès de Tours (SFIO) au cours duquel le Parti socialiste se divisa en deux branches (SFIO et SFIC) ; le congrès de Tours (CFDT) au cours duquel François Chérèque fut réélu secrétaire général de la confédération pour son troisième et dernier mandat (2010) ; le congrès de Tours (FN) au cours duquel Marine Le Pen fut élue présidente du parti (2011). Seul le premier semble devoir porter une majuscule.

Une réflexion sur “Travail et déchéance : le grand trouble identitaire socialiste vu depuis le Jardin de la France

  1. « si l’on osait parler de fief dans une République »

    Ah enfin quelqu’un qui relève le scandale de la perpétuazion de cette expression par la classe journalistique (en l’occurence c’est « journaleuse » qui vient sur la langue). Des années que je n’en étonne (en mon for intérieur, faute de fief).

    Comme on dit en novlangue française, « il faut arrêter » de parler de « fief » de untel ou unetelle , personnalité politique. Pourquoi fîtes-vous la révolution , les gars ?

    « Le fief consistait en général durant l’époque féodale en une tenure, une terre concédée à un vassal (le feudataire), à la charge de la foi et hommage et, éventuellement, de quelques autres devoirs envers son seigneur. Cette pratique s’est développée au Moyen Âge à la suite de l’éclatement de l’Empire carolingien, et a ensuite présidé à l’établissement d’une aristocratie foncière. » dixit Wikipedia.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s