Bioéthique et cosmétologie : L’Oréal récompense deux femmes qui vont aider à « réécrire » le génome de l’espèce humaine

Bonjour

L’événement aura lieu le 24 Mars dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, à Paris. Les caméras seront présentes. Carton officiel :

« Paris, le 10 mars 2016 – Le 24 mars 2016, la communauté scientifique internationale se rassemblera pour la 18ème édition du Prix L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science afin de mettre à l’honneur cinq femmes scientifiques d’exception et leurs innovations révolutionnaires, ainsi que quinze  jeunes chercheuses prometteuses. Face à des défis historiques comme le changement climatique, l’accès aux soins et les énergies renouvelables, leurs découvertes ont un impact majeur sur la société et la qualité de vie des populations du monde entier. Elles démontrent ainsi que les femmes de science ont le pouvoir de changer le monde. »

Emmanuelle et Jennifer

« Changer le monde ». Pour une fois la formule pèse son poids. Ce jour là, la Pr Elizabeth H. Blackburn, prix Nobel de Médecine 2009, remettra le Prix L’Oréal-UNESCO (100 000 euros à chaque lauréate) à deux biologistes au cœur de l’une des aventures scientifiques et médicales les plus palpitantes de notre époque. Pour l’heure cette aventure a pris le nom de la technique que ces deux femmes ont très largement contribué à mettre au point : CRISPR. Voici comment L’Oréal présente ses deux lauréates :

« Prs Emmanuelle Charpentier (Institut de biologie infectieuse Max Planck de Berlin, Allemagne) et  Jennifer Doudna  (Institut Médical Howard Hughes, Département de Biologie Moléculaire et Cellulaire, Université de Californie, Berkeley) :

 « Elles « réinventent la recherche génétique » « Plus de 10 000 pathologies incurables sont causées par des anomalies génétiques simples. La technologie d’édition génétique mises au point par le professeur Emmanuelle Charpentier et le professeur Jennifer Doudna permet de “réécrire” le génome. »

 Phosphorescences internationales

Ce que L’Oréal ne dit pas est que cette possibilité de « réécrire » le génome humain soulève de considérables questions de bioéthique dès lors qu’on envisage de l’appliquer aux cellules sexuelles – et de faire ainsi que la « nouvelle écriture » deviendrait transmissible, indélébile…Ce que L’Oréal ne dit pas, non plus, est que ces questions font l’objet de nombreuses phosphorescences internationales comme nous l’avons évoqué sur ce blog et comme en témoigne de manière exhaustive le généticien Bertrand Jordan dans son excellente « Chroniques génomiques » du dernier numéro de Médecine/Sciences : « Sommet de Washington : feu orange pour la thérapie germinale ? »(sur abonnement).

Ce que L’Oréal ne dit pas, non plus, c’est que la Pr Emmanuelle Charpentier est de nationalité française et reviendra à Paris (à la Sorbonne…) pour recevoir un prix remis par une multinationale française pour des travaux qu’elle n’aura, in fine, pas pu mener en France.

Articulations ankylosées

Ce que L’Oréal ne dit pas, enfin, c’est que pour d’obscures raisons la France tarde dangereusement à ouvrir le débat éthique et scientifique sur l’usage qui peut et doit être fait de cette nouvelle technique de modification des génomes humains. Les ministères, le CNRS, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques, pour le pas parler de l’Académie des sciences et (plus encore) du Comité national consultatif d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, toutes les prestigieuses institutions directement concernées semblent depuis longtemps aux abonnés durablement absents

Ecrire publiquement cette évidence c’était, jusqu’à présent, prendre le risque d’irriter certaines des autorités en place.  Grâce à L’Oréal le retour d’un jour, sur son sol natal, d’une jeune biologiste prodigue, permettra peut-être de dégripper quelques articulations éthiques aujourd’hui ankylosées.

A demain

2 réflexions sur “Bioéthique et cosmétologie : L’Oréal récompense deux femmes qui vont aider à « réécrire » le génome de l’espèce humaine

  1. Pour info, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques a lancé une réflexion sur le sujet très récemment : ‘Saisine sur « les enjeux économiques, environnementaux, sanitaires et éthiques des biotechnologies à la lumière des nouvelles pistes de recherche » http://www2.assemblee-nationale.fr/14/les-delegations-comite-et-office-parlementaire/office-parlementaire-d-evaluation-des-choix-scientifiques-et-technologiques/%28block%29/24975. Donc le débat s’engage en France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s