Dix-sept ans après, la justice rend un non-lieu dans l’affaire du vaccin contre l’hépatite B

Bonjour

Agence France Presse. Une dépêche de 800 signes pour clore une affaire de près de vingt ans, celle dite « du vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaques ». Qui en parlera ?

« La justice a rendu le 9 mars un non-lieu dans l’enquête sur le vaccin contre l’hépatite B, mis en cause dans l’apparition de certaines maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques, après dix-sept ans d’instruction, a-t-on appris lundi 14 mars de source judiciaire.

« La décision de la juge d’instruction en charge de ce dossier est conforme aux réquisitions du parquet de Paris, qui avait retenu l’absence de lien établi entre la prise du vaccin et le déclenchement de ces pathologies. 

« Trois anciens responsables des laboratoires pharmaceutiques Sanofi-Aventis et GlaxoSmithKline avaient été mis en examen pour « tromperie aggravée ».Les laboratoires et l’un de ces responsables, un médecin, avaient aussi été placés sous le statut de témoin assisté pour « homicides et blessures involontaires ». »

Mis au point pour la première fois par le Pr Philippe Maupas, le vaccin contre l’hépatite virale de type B a quarante ans. Au final, dans cette affaire spécifiquement française, près de vingt ans d’incompréhensions, d’instruction à charge, de croyances, d’enquêtes scientifiques, de désinformations médiatiques, de souffrances souvent, de malveillances parfois. Pour finir par une absence de lien de causalité. A méditer.

A demain

4 réflexions sur “Dix-sept ans après, la justice rend un non-lieu dans l’affaire du vaccin contre l’hépatite B

  1. Ce sont maintenant les familles des morts d’hepatocarcinomes et de cirrhoses parce que non vaccinés qui devraient poursuivre les gourous et autres zozopathes qui ont inventé que la SEP pouvait être attribuée au vaccin
    Quelle honte

  2. L’humain veut un bouc émissaire. Cf les oeuvres de René Girard. Cf l’histoire de l’humanité.

    Vaccinez 90% d’une génération contre la myxomatose et fautes le registre des fractures du poignet: vous en trouverez qiu surviendront dans les jours ou semaines suivant le vaccin.

    Tout ce qui statistiquement doit arriver arrive.

    Si il faut des études pinailleuses avec d’innombrables malades pour trouver un lien statistiquement significatif (admettons) , et une toute petite augmentation du risque réel (le risque absolu, pas le risque relatif utilisé par les hululeurs antimédicament ou antivaccin comme le fait BigPharma pour astiquer les chromes quand elle veut vendre ses huiles de serpent miraculeuses, il faut rejeter ces effets peanuts.

  3. La prétendue association entre vaccin contre l’hépatite B et sclérose en plaques est une des grandes impostures de ces 20 dernières années . La quasi totalité des publications , notamment les études cas témoins ne retrouvent aucune association entre syndromes de démyélinisation et vaccination contre l’hépatite B . il faut cependant souligner la responsabilité des pouvoirs publics dans l’émergence de cette croyance : en effet pour promouvoir ce vaccin, une campagne massive avait été menée afin de faire de l’hépatite B une maladie redoutable , véritable épidémie menaçant tous les citoyens de l’hexagone ; la conséquence a été que de nombreux jeunes adultes se sont fait vacciner sans nécessité ; or c’est dans cette classe d’âge et particulièrement chez les femmes que la prévalence de la SEP est la plus élevée, d’où un rapport de causalité attribué à tort au vaccin .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s