Prix inhumains des médicaments contre le cancer: Big Pharma, œillères et vieille langue de bois

Bonjour

Le temps passe, rien ne craque. Cent-dix cancérologues français lancent, dans Le Figaro, un appel sans précédent pour dénoncer le prix injustifiable des nouveaux médicaments anticancéreux. Ils formulent une série de propositions pour sortir au mieux d’une situation dont chacun sait qu’elle conduit à la catastrophe. Chacun sait qu’il y a là la menace de l’installation progressive, irréversible peut-être, d’une médecine à deux vitesses dans le champ de la cancérologie : « Cancer et économie : le ministre Macron justifiera-t-il le prix inhumain des anticancéreux ? ».

En dépit des règles de la concurrence l’affaire est reprise par plusieurs médias. On se dit que l’on n’en restera pas là. Que l’affaire est trop grave … Que de grandes voix éthiques vont se faire entendre… On attend des lectures politiques… la réaction indignée et prophétique des extrêmes… celles des frondeurs habitués de France Culture… le premier secrétaire du Parti Socialiste invité de Mediapart … des jeunes loups Républicains cultivés sur les réseaux sociaux…. Des citoyens naïfs parieraient même sur une réaction gouvernementale. La ministre de la Santé, qui sait, sur RMC-BFMTV… Emmanuel Macron dans Le Monde Diplomatique

 Gauche véritable  et Grand Capital

Nous allons débattre, en découdre : capitalisme et éthique citoyenne… innovation et partage… médecine et solidarité… morale et retour sur investissement…  gauche véritable et Grand Capital…

Les jeux sont faits. Perdu. Dans les filets : un communiqué du Big Pharma français (Les Entreprises du Médicament – Le Leem). Il est intitulé :   « Innovation en cancérologie : le Leem appelle à un débat sans œillères ». Extraits :

« Le Leem a pris connaissance avec beaucoup d’attention de l’appel lancé ce matin par 110 cancérologues dans Le Figaro concernant le coût des traitements du cancer. Le retour de l’innovation thérapeutique est avant tout une bonne nouvelle pour les patients, notamment pour ceux souffrant de cancer, car ces traitements offrent de nouvelles perspectives de prise en charge d’une pathologie qui frappe chaque année 365 000 Français. La question du coût de cette innovation est légitime (…)

« Le coût de ces nouveaux traitements doit être mis en perspective avec l’apport thérapeutique majeur qu’ils représentent. Les nouveaux traitements du cancer permettent de mieux identifier les patients répondeurs par l’utilisation de biomarqueurs compagnons ou encore s’adressent à des populations de plus en plus ciblées en vue d’un meilleur usage (…)

«  S’agissant du prix proprement dit, le Leem considère toute comparaison du système français (à prix administrés) avec le système américain (à prix libres) comme non pertinente. Le prix d’un nouveau médicament est aujourd’hui fixé par l’Etat (Comité Economique des Produits de Santé) sur la base de la valeur thérapeutique et de l’efficience (évaluées par la Haute Autorité de Santé) qu’il apporte par rapport aux traitements déjà existants. »

Un débat sans œillères ? Précisément. Big Pharma devrait filer cette métaphore, nous décrire cet instrument ; préciser d’où il sort, qui le porte et depuis quand ; qui saura l’enlever et à quel moment. Allons plus loin. Big Pharma sait-il déjà, une fois que les œillères auront été remisées, à quoi ressemble le champ qui nous reste, collectivement, à labourer ?

A demain

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s