Cigarettes autorisées dans les collèges et lycées. L’heure du grand n’importe quoi vient de sonner

Bonjour

Etats d’urgence –  et silence radical des deux ministres concernées : celles de la Santé et de l’Education nationale. Prise de parole intéressée, en revanche, du site des buralistes. Voilà un problème de logique et d’éthique que l’on peut, sous diverses formes, poser depuis le CM2 jusqu’à l’examen de sortie de l’ENA :

Sachant que la puissance publique a instauré un « état d’urgence » (depuis les attentats du 13 novembre 2015) les responsables des établissements scolaires peuvent-ils ne pas respecter une loi antérieure qui interdit formellement de consommer du tabac dans les enceintes dont ils ont la charge ? Ces responsables peuvent-ils, ici, invoquer la célèbre « logique du moindre mal » ? En quoi sont-ils (ou pas) de « dangereux irresponsables » ?

Ne pas céder

On nourrira sa réflexion d’un article du Monde  daté du 5 avril (Mattea Battaglia, et François Béguin) : « Cigarette au lycée, les proviseurs assument. Avec l’état d’urgence, des zones fumeurs sont recréées. Les  » antitabac  » ont saisi la justice ». On consultera aussi, sur ce blog : « Fumer entre les cours et pendant la récré : le gouvernement aura-t-il le cran de ne pas céder ? »

Il faut ici savoir que les ministères de l’Education nationale et de l’Intérieur ont publié, le 25  novembre, une circulaire , recommandent d’éviter les rassemblements devant les établissements scolaires et préconisent que, « au lycée, des zones spécifiques [puissent être] aménagées dans les espaces de plein air pour éviter que les élèves sortent pendant les interclasses ».  Pour sa part le ministère de la Santé (Direction Générale de la Santé) a fermement rappelé le 31  décembre 2015 dans un courrier aux proviseurs que « le contexte d’état d’urgence ne change en rien » la réglementation anti-tabac. Un argumentaire jésuite pourrait même démontrer que loin de la changer il pourrait justifier qu’elle soit mieux encore respectée. Le Directeur Général de la Santé n’est pas allé jusqu’à cette extrémité.

Ne pas se faire tuer

D’autres acteurs, plus radicaux que jésuites, se sont mobilisés : « Droits des non-fumeurs » (DNF) et le « Comité national contre le tabagisme » ont saisi en référé mardi 29  mars le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. Ce dernier pourrait dire, dès le 13  avril, si le proviseur du lycée Paul-Lapie de Courbevoie (Hauts-de-Seine) avait le droit de rétablir des zones fumeurs. « Nous ne sommes pas des procéduriers, nous souhaitons d’abord faire un exemple » assure Gérard Audureau, le président de DNF, qui a aussi déposé des requêtes sur le fond à l’encontre de deux lycées parisiens (les lycées Voltaire et Rodin) et n’exclut pas d’attaquer au pénal.

Le syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN) demande la mise en place de zones fumeurs « tant qu’une menace terroriste pèse sur le pays ». Est aussi visé, à Lyon le lycée Saint-Exupéry et le rectorat. Le Dr Corinne Depagne, pneumologue dans le 7ème arrondissement lyonnais  s’est  jointe à l’action. « Soit disant, c’est l’état d’urgence. On empêche nos enfants de se faire tuer devant les lycées et on les laisse se faire tuer à petit feu à l’intérieur ? C’est impossible. Comment est-ce qu’on peut ne pas respecter la loi ? C’est incroyable » estime la Dr Depagne. « C’est irresponsable de laisser mes élèves sur le trottoir.

Absurdités contagieuses

« C’est une question de prise de décision par rapport aux personnes qui sont sous ma responsabilité » lui répond  Pascal Charpentier, proviseur du Lycée du Parc à Lyon, 6ème arrondissement. Plus généralement les proviseurs, eux, mettent en avant des décisions pragmatiques. Ils font valoir, vieille rhétorique, qu’ils ont choisi, entre deux maux, celui qu’ils estiment être le moindre – ou le plus tardif. « Est-il est plus dangereux de risquer d’être éventuellement mitraillé que d’avoir de façon certaine un fumeur sur deux qui mourra du tabac ? » (DNF)

Impossible, assure Le Monde, de savoir combien de lycées ont réintroduit des zones fumeurs. La moitié des établissements, estime DNF. Le ministère de l’Education nationale se garde d’avancer un chiffre. Le ministère de la Santé connaît très bien les chiffres de la mortalité tabagique. Il connaît aussi la proportion (nettement plus de 30 %) des adolescents de 17 ans qui consomment du tabac alors qu’il est interdit aux buralistes de leur en vendre. S’en griller une à la récré ? De la contagiosité de l’absurdité.

A demain

3 réflexions sur “Cigarettes autorisées dans les collèges et lycées. L’heure du grand n’importe quoi vient de sonner

      • Faux quoi . La faux de la grande faucheuse ?

        Et PERSONNE pour dire à ces jeunes un peu naïfs tout de même, qu’en fumant ils se donnent poignets menottés à bigTobacco, à côté de qui bigPharma est un ange modèle d’éthique (qui au moins produit quelques médecines salvatrices) ?

        BigTobacco qui, des enquêtes menées en Amérique du Nord l’ont montré (système judiciaire dément mais quand ils enquêtent ils éluchent tous les courriers et mails internes) ,

        – cible spécifiquement les jeunes
        – pour les rendre dépendants
        – en mettant au point des cigarettes à composition étudiées pour cela,
        – en les asservissant par des campagnes de communication sublimes ?

        En fumant vous engraissez de fiers et cyniques capitalistes vendeurs de mort, les jeunes !

        Vous faites ce qu’on vous dit de faire !

        Le premier qui vous dit quoi faire (vous avez le besoin de vous opposer c’est la vie on l’a eu avant vous nous les vieux cons)

        – ce n’est pas les parents, ni l’état, ni le règlement, qui disent de ne pas fumer, ce à quoi viscéralement vous avez besoin de vous opposer,

        – c’est l’industrie du tabac qui vous dit de fumer et vous obéissez ?
        – Elle engraisse ses hauts dirigeants et ses actionnaires sur votre mort précoce et pénible à venir et vous vous prêtez à ça ?

        M’enfin c’est quoi cette jeunesse qui fait où on lui dit de faire sans rouscailler ! C’est quoi cette éthique de la jeunesse ?

        Envoyez donc ch… bigPharma et ses suppôts et dépots ! Ils n’ont pas à dicter votre vie (provisoire).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s