#NuitDebout : traité de « facho » l’académicien Alain Finkelkraut lance « pauvre conne »

 

Bonjour

Place de la République : 3,4 hectares sur trois arrondissements de Paris. Elle s’appelait place du Château-d’Eau jusqu’en 1879. Elle correspond au bastion de la porte du Temple, dans l’enceinte de Charles V. Petit triangle sans intérêt elle est, en 1811 ornée d’une fontaine dite du Château-d’Eau, dessinée par Girard. Son visage d’aujourd’hui date du Second Empire : percement du boulevard de Magenta, de l’avenue de la République et de celui dédié au grand Voltaire.

Il fallut pour cela détruire une grande partie des théâtres du boulevard du Temple, à commencer par le Théâtre-Historique fondé par Alexandre Dumas en 1847. D’autres spectacles suivront, dont le #NuitDebout d’aujourd’hui – sur cette scène haussmannienne de 280 x 120 mètres (en partie inoccupée).

Artères

Tout commençait à avoir été dit sur #NuitDebout, ses paroles, ses outrances, sa bienveillance (générale) et ses violences (policières). Il y avait eu, anicroche, la triste affaire #lapérochezValls. Il faut désormais compter avec une affaire de presque lynchage et d’injures fascistes qui, souvent les précèdent.

La place de la République est desservie par sept grandes artères. Cinq lignes du métro de Paris s’y croisent, faisant de l’endroit un important nœud de correspondances. Comment était-il venu ? Un taxi Uber ? Pedibus ? Une calèche académique ? Une escorte de la Garde Républicaine ? Alain Finkielkraut, 67 ans et tout jeune académicien  voulait rencontrer les participants du mouvement. Il entendait « écouter » leurs paroles. Mais il y a loin de la Coupole à l’ancienne place de la fontaine du Château d’Eau ; un espace où, dit-on, les boissons alcooliques coulent à flot.

Crachats

Alain  n’a pas fait de vieux os. À son arrivée, il a été insulté aux cris de « facho » et « casse-toi » lancés par les manifestants. Mais  le médiatique philosophe a refusé d’obéir aux injonctions l’incitant à déguerpir. Du moins dans un premier temps. «  Il a continué d’essayer de se frayer un chemin parmi la foule hostile, nous disent les observateurs. Excédé par les insultes qui continuaient de pleuvoir, Alain Finkielkraut a fini lui aussi par s’emporter et a lancé : « saloperies » et a accusé les manifestants d’être des « fascistes » à plusieurs reprises avant de quitter les lieux, toujours sous les insultes. »

Une vidéo (très sombre) témoigne de tout cela  . Puis le philosophe a répondu aux insultes en traitant une femme de « pauvre conne » alors qu’il traversait la rue place de la République. « Je me fais insulter, je peux répondre aussi, oui ! Je suis quand même un être humain » s’est-il justifié. Une personne venait de lui suggérer de « ne pas en rajouter ».

Bobards

Interrogé par des journalistes du « Cercle des volontaires », le philosophe-essayiste-producteur historique sur France-Culture  invité d’innombrables médias et mal aimé de certains autres s’est expliqué : il était venu « par curiosité, pour savoir à quoi m’en tenir sans passer par le filtre des médias ». « J’ai été expulsé d’une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie, c’est du bobard, ce pluralisme, c’est un mensonge », conclut-il. Il précise avoir été la cible d’un crachat (qui atteindra in fine le cameraman).

L’homme est d’autant plus choqué qu’il était venu « pour écouter et non pour intervenir ». « On a voulu purifier la place de la République de ma présence. J’ai subi cette purification, avec mon épouse, a-t-il également déploré. Il enfin formulé l’hypothèse que s’il n’y avait pas eu un service d’ordre spontané, il se serait « fait lyncher ».

Yanis Varoufakis

La foule de #NuitDebout a ses têtes. Quelques heures plus tôt, Γιάνης Βαρουφάκης, le très célèbre ministre grec éphémère des Finances  avait  était très bien accueilli par les manifestants. Il n’est toutefois resté que cinq minutes et puis s’en est allé. Après avoir accusé François Hollande de « dévaloriser le travail » (erreur de traduction ?), il a promis qu’il reviendrait place de la République « dès dimanche soir ».

Y aller ou pas ? La question de ne pose plus pour Benjamin Biolay, 43 ans. L’insomniaque notoire dit pourquoi dans le JDD : « J’aurais aimé y aller, mais je n’avais pas envie d’être pris en photo par des paparazzis et qu’on dise :  » l’autre enculé, il fait sa promo avec la Nuit debout. »  Dommage car il se passe un truc fort et nouveau en France. »

Biolay Benjamin

Ce chanteur militant de gauche fait actuellement une tournée médiatique de promotion de son dernier album.  Comment juge-t-il  le bilan de François Hollande, qu’il avait très publiquement soutenu en 2012? « Dans l’album, j’ai écrit une chanson, Tendresse année zéro. J’aurais aussi bien pu l’appeler « Socialisme année zéro ». Le gouvernement Valls ne me satisfait pas sur toute la ligne, cela va sans dire. L’homme que j’ai soutenu et pour lequel j’ai voté, c’est Hollande. Il fait ce qu’il peut, il a tenté cette aventure, l’histoire jugera. En tout cas, je ne soutiendrai plus jamais un candidat à la présidentielle. Les Français se contrefoutent de savoir quel artiste soutient quel politicien. »

Son dernier album a pour titre « Palermo Hollywood » (Argentine). On y entend un chanteur bien fatigué. On peut le trouver sur YouTube (parfois associé à une réclame pour une boisson alcoolique réservée aux majeurs). Il sera bientôt en vente à Paris, sur l’ancienne Place du Château d’Eau.

 

A demain

2 réflexions sur “#NuitDebout : traité de « facho » l’académicien Alain Finkelkraut lance « pauvre conne »

  1. Certains,parmi des participants aux festivités urbaines des Nuits debout,crieront vraisemblablement au complot après la visite inopinée de M.Finkielkraut.Un complot ourdi par des forces occultes,souterraines,invisibles et menaçantes,celles-là mêmes qui ont conduit la France à subir la vague d’attentats que l’on sait (sans précédent dans notre histoire).M.Finkielkraut est certainement un « comploteur » se disent les idiots utiles des forces les plus obscurantistes et réactionnaires que l’on connaisse en France.C’est un complot,encore un complot et le coupable a été démasqué!Ouf!

  2. La France pays de liberté.
     » ses violences (policières) »
    Est-ce correct de dire de cette façon en français que des centaines de policiers ont été blessés ? Je fais l’idiot, …

    La France pays de liberté.
    Ou « celui qui dit la vérité, il doit être exécuté » Ce qui n’équivaut peut être pas à dire qu’être (presque) exécuté garanti que l’on dise la vérité. Mais enfin ….

    La France pays de liberté ou une apparente minorité, traditionnellement, bloque par la force physique et la faiblesse de la pensée, la liberté des autres dans l’exercice irréfragablement démocratique :
    – des piquets de grève (j’ai mis longtemps à comprendre, la langue française est belle)
    – du blocage de l’entrée des lycées et des universités.

    Après il ne faut pas s’étonner de l’emploi à l’égard de ces démocrates (Démocrate , comme dans « République Démocratique d’Allemagne » , du Congo, de la Corée du Nord par exemple) du mot un peu exagéré de « fasciste ». On est dans le démocrate style du parti unique qui envoie les un bronzer sur l’Archipel Goulag, les autres ingénieurs faire le paysan ou le mort sous l’égide du grand Mao.

    La liberté ….la démocratie, words, words, words.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s