Abus dénoncés à l’hôpital de Valenciennes : abcès de fixation autour du directeur général

Bonjour

Abus et rififi au Centre hospitalier de Valenciennes ? Il semble que oui. Cet établissement occupe une place non négligeable dans le paysage sanitaire français.

« Avec une capacité de près de 2 000 lits dont plus de la moitié en court séjour il représente l’offre de soins la plus significative du sud du département du Nord. Il a donc été choisi pour être l’hôpital de référence du bassin de vie en amont du Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille et pour les autres hôpitaux du territoire de santé du Hainaut. Il est le 3ème établissement en importance de la Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie et l’un des 30 plus importants hôpitaux de France. »

Aujourd’hui 22 avril, un communiqué peu banal émanant (il faut le souligner) des représentants d’une large intersyndicale médicale nationale 1. Leur propos, en cinq points :

1. Les excès auxquels peuvent conduire une gouvernance autoritaire ne peuvent pas laisser la profession sans réaction. Au Centre hospitalier de Valenciennes, le Directeur Général a changé l’affectation d’un praticien hospitalier (en l’occurrence en réanimation) sans motif sérieux le 15 octobre 2015, avec mise en demeure le 1er décembre 2015, et a interrompu le versement d’une partie de son salaire.

2. Le tribunal administratif de Lille a annulé cette décision le 24 mars 2016 dans une procédure en référé. Dans sa décision, le tribunal imposait le retour du praticien dans son service et était exécutive au plus tard au 5 avril 2016. Le jour de sa reprise de travail, le praticien a été « suspendu » à titre « conservatoire », à nouveau sans motif sérieux…

3. Ces deux décisions du directeur témoignent du désintérêt manifeste pour le code de santé publique d’une part et des décisions de justice d’autre part. Cette situation vient s’ajouter à un certain nombre d’éléments de gestion des personnels médicaux témoignant l’état de terreur régnant dans cet établissement.

4. Nous exigeons la levée immédiate de la suspension de notre collègue et nous demandons, ès-qualité de représentations syndicales, à être tenus informés par le CNG de tout obstacle à cette réintégration et au respect de la chose jugée. Cette décision du directeur ne pourrait relever que d’un motif de danger public manifeste au sein de cet établissement hospitalier, sujet dont nous devons avoir connaissance, s’agissant d’un praticien hospitalier.

5. Les intersyndicales de praticiens hospitaliers signataires demandent, en outre d’urgence, l’ouverture d’une enquête administrative au sein du Centre hospitalier de Valenciennes.

Et maintenant ? Qui décidera (ou pas) de l’ouverture de cette enquête administrative ? Dans l’attente, comment ne pas voir, à Valenciennes, un nouveau double symptôme ? Celui d’un conflit entre la direction administrative d’un hôpital et tout ou partie de sa communauté médicale. Celui, aussi, de l’expression, assez nouvelle, d’une solidarité trans-hospitalière ; un mouvement de révolte de praticiens contre une « gouvernance autoritaire ». D’autres appellations pourraient être trouvées.

A demain

1 Ce communiqué est signé des Drs Max Doppia, Avenir Hospitalier ; Norbert Skurnik, CMH ;  Jacques Trévidic, CPH ; Rachel Bocher, INPH et Sadek Beloucif, Snam-HP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s