Mort de Prince: « save shot » ou pas ? Recherche des antécédents pathologiques de l’artiste

Bonjour

L’heure est aux mots. Ainsi le mystère enveloppe-t-il la mort d’une légende : Prince, 57 ans. Et dans le même temps ce mystère s’amenuise. La police n’a relevé « aucun signe de traumatisme » sur la dépouille mortelle. C’est ce que les médias retiennent d’une conférence de presse  donnée par shérif du comté de Carver, Jim Olson, « Nous n’avons aucune raison de croire à l’heure actuelle qu’il s’agit d’un suicide, le reste entre dans le cadre de l’enquête », a dit le shérif..

Overdose aux opiacés ? « Il n’y a aucune information à ce stade » a ajouté Martha Weaver, porte-parole du bureau du médecin légiste. Mme Weaver a fait savoir que le corps du chanteur avait été remis à ses proches. L’autopsie médico-légale a duré près de cinq heures. Les résultats ne devraient pas être connus avant plusieurs jours, plusieurs semaines peut-être. Pourquoi ? On ne le sait pas.

« Un signe de traumatisme pourrait par exemple être des traces de violence qui se serait produite, il n’y avait aucun signe de la sorte», a expliqué le shérif  Olson. Il a ajouté qu’il n’y avait « aucune raison de penser» que le musicien s’est suicidé. Il était par ailleurs «habillé», a-t-il noté.  On sait que l’artiste avait été retrouvé inconscient dans un ascenseur dans ses studios d’enregistrement de Paisley Park, près de sa ville natale de Minneapolis.

Mauvaise grippe

Les dépêches rappellent encore que ce « visionnaire et multi-instrumentiste souffrait d’une mauvaise grippe ».  Il avait annulé deux concerts le 7 avril mais avait assuré un show le 14 avril à Atlanta. Sur le chemin du retour Prince a fait atterrir d’urgence son avion privé dans l’Illinois – il se sentait mal. Un arrêt au cours duquel il aurait été traité pour une surdose d’opiacé six jours avant sa mort, affirme TMZ. A-t-il alors bénéficié  d’un « save shot » ?

« S’il a bien été pratiqué ce ‘’save shot’’ devait être du Narcan (Naloxone), nous a précisé le Dr William Lowenstein, président de SOS Addictions. [hypothèse évoquée par outre-Atlantique] Ce « défibrillateur de l’OD » est terriblement efficace mais sa durée d’action antagoniste est courte : parfois vingt minutes et les opiacés réoccupent les récepteurs, avec nouveau risque d’OD… Il est plus que regrettable, dans certaines situations, de ne pas disposer de Naloxone  sous la main, une substance qu’un proche pourrait  injecter ou instiller dans les muqueuses nasales. Nous espérons, en France, pouvoir bientôt en disposer, en mai ou en juin dans les CSAPA notamment. »

‘’Save shot’’ ou pas ? Et ensuite ? Et maintenant ? Pour tenter d’élucider les circonstances de sa mort, toutes les informations relevant du « passé médical et social » de Prince Rogers Nelson seront prises en compte. C’est une précision donnée par les services de médecine légale de la région du Midwest, dans le nord des Etats-Unis.

A demain

2 réflexions sur “Mort de Prince: « save shot » ou pas ? Recherche des antécédents pathologiques de l’artiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s