Des généticiens d’Unilever aurait découvert un gène proche de la fontaine de Jouvence

Bonjour

C’est une information qui risque de ne pas plaire au Pr Arnold Munnich, généticien de grand talent, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy au Palais de l’Elysée, aujourd’hui en croisade contre le réductionnisme génétique dans un ouvrage (éditions Plon)  – ouvrage dont il fait la promotion dans les colonnes de Libération. Elle pourrait aussi élargir la gamme des produits anti-âge d’Unilever, de L’Oréal et de l’ensemble de la richissime industrie de la cosmétologie C’est une information de la BBC –  ‘Secret’ of youthful looks in ginger gene” – qui la tire de Current Biology The MC1R Gene and Youthful Looks”.

On peut la résumer avec simplicité : un groupe de généticiens dirigés par le Dr David A. Gunn (Unilever R&D) et le Pr Manferd Kayser (Département d’identification génétique de l’université Erasmus, Rotterdam) estiment avoir découvert le substrat génétique qui fait que certaines personnes ont plus que d’autres une peau, un éclat, qui résiste au temps. Elles vieillissent, bien sûr, mais leur enveloppe cutanée conserve une étrange fraîcheur – de nature à rendre jalouses leurs plus proches concurrentes. Il ne s’agirait ici, comme souvent, que de quelques mutations survenant ou pas dans un fragment de notre patrimoine génétique – un fragment impliqué dans la protection contre les rayonnements UV.

Cette publication résulte d’un travail peu banal mené dans un premier temps auprès de 2693 personnes (Dutch European subjects) dont on a évalué quel « âge on pouvait leur donner » ; avant de le comparer à leur âge d’état-civil. Puis on a exploré les génomes de ces 2693 volontaires ; avant de découvrir la présence de mutations spécifiques qui ont pu être corrélées aux différences observées dans les apparences.

Ressenti de la jeunesse

Où l’on en vient au gène MC1R, clef de voûte de la pigmentation de la peau et de la protection contre les rayons UV du soleil. Gène également impliqué, par soustraction, dans la pigmentation cutanée et folliculaire des personnes rousses. Les auteurs estiment dès maintenant être en mesure d’établir une corrélation entre certaines mutations et une différence d’apparence estimée à deux années.

Le Pr Manfred Kayser n’a pas caché son enthousiasme à la BBC. Mais il n’a pas, non plus, caché son relatif embarras quant au décryptage physiologique d’une telle découverte. Certains de ses confrères tempèrent cet enthousiasme et réfutent l’idée que le MCIR pourrait à lui seul être la fontaine de Jouvence. C’est à peine, selon le Pr Ian Jackson (Medical Research Council britannique), si l’on entend le bruit de l’eau de cette fontaine, spécialité néerlandaise depuis Jérôme Bosh. On perçoit mieux, déjà, l’écho des controverses quant à la méthodologie contestée de ce travail de génétique cosmétologique.

Pour le Dr Gunn (Unilever), au-delà du conflit d’intérêt 1, la voie est tracée : se servir de ce travail pour élaborer une nouvelle gamme d’onguents « anti-âge ». Non pas rajeunir mais donner aux autres le ressenti de la jeunesse. Près de la Fontaine des Délices.

A demain

1 Trois des signataires de ce travail sont des employés du géant Unilever. La publication précise : “Although no products were tested, this work could potentially promote the use of anti-aging products and lead to financial gain for Unilever.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s