Vaccin-hépatite B et myofaciite : la justice établit un lien, là où la science sait qu’il n’y en a pas

Bonjour

Croyances. Une nouvelle fois la logique du droit n’est pas celle de la science. Et la seconde est priée de s’effacer devant la première. Une fois encore des magistrats prennent le risque de brouiller des pistes, d’ajouter à l’incompréhension générale – pour ne pas dire d’attenter à la santé publique. L’affaire est rapportée par différents médias. La cour administrative d’appel de Lyon est revenue, le 4 mai dernier, sur un premier jugement du tribunal administratif de Grenoble datant de septembre 2014.

L’histoire commence en 1993 quand Nadine Dewailly était en formation à Ecchirolles (Isère) pour devenir auxiliaire de puériculture. Elle est alors, règlement, immunisée contre l’hépatite virale de type B. Puis elle reçoit un rappel en 1999. Deux ans plus tard elle développe ce qui sera diagnostiqué comme étant une  myofasciite à macrophages, entité controversée, physiopathologie imprécise.

Corrélation ou causalité ?

Dans son arrêt, la cour souligne que la plaignante n’avait « jamais manifesté de symptômes invalidants antérieurement » à ces vaccins contre l’hépatite B, et « qu’il ressort du rapport d’expertise du 26 août 2011 qu’elle présente des lésions musculaires de myofasciite à macrophages traduisant la persistance in situ, prolongée dans le temps, d’hydroxyde d’aluminium (stimulant immunitaire), des années après l’injection intramusculaire d’un vaccin contenant ce composé comme adjuvant ». On ne connaît pas, à ce stade les auteurs de ce rapport d’expertise. Conclut-il à la causalité ?

Mieux, la cour juge que « le lien de causalité entre la vaccination contre l’hépatite B subie dans le cadre de l’obligation vaccinale liée à son activité professionnelle et la myofasciite à macrophages dont elle souffre, doit être considéré comme établi ». A ce titre sa maladie « doit être considérée comme imputable au service ». La cour ordonne que la victime, aujourd’hui âgée de 65 ans, perçoive ses salaires « depuis sa mise en disponibilité d’office en 2010 ».

Le Droit avant la Science

Pour Me Hervé Gerbi, avocat de la plaignante et professionnel du sujet, l’arrêt de la cour administrative de Lyon « démontre, si besoin était, que le combat pour la reconnaissance des victimes de vaccination et la transparence des risques sanitaires n’est pas achevé ». (voir la vidéo de FR3) Il n’y a pas selon lui de véritable « vérité scientifique » mais bien une « vérité judiciaire » devant laquelle la précédente doit s’effacer. C’est le triomphe de  là vérité « au cas par cas » devant laquelle la reproductibilité n’a pas droit de cité.

Le 9 mars, la Justice a rendu un non-lieu dans l’enquête sur le vaccin contre l’hépatite B, mis en cause dans l’apparition de certaines maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques, après 17 ans d’instruction. Conformément aux réquisitions du parquet, la juge d’instruction parisienne a conclu à l’absence de « causalité certaine », ne retenant pas de « faute d’imprudence ou de négligence » des mis en cause.

2,4 millions d’euros

En mars 2013, le tribunal administratif de Pau avait reconnu l’origine professionnelle d’une myofasciite à macrophages chez une aide-soignante soutenue par l’association de patients E3M. En 2014 l’État était condamné à verser 2,4 millions d’euros à une ancienne infirmière souffrant une sclérose en plaques apparue après des injections contre l’hépatite B reçues à partir de 1991 dans le cadre, elle aussi, de son activité professionnelle. Pour résumer : il n’existe un lien de causalité que lorsque la vaccination est obligatoire. Etrange logique.

En mars dernier, la justice rendait un non-lieu dans l’enquête sur le vaccin contre l’hépatite B mis en cause dans l’apparition de certaines maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques (SEP), après dix-sept ans d’instruction. Le tribunal concluait à l’absence de « causalité certaine » ne retenant pas de « faute d’imprudence ou de négligence ». Comprendra qui le pourra. Combien le pourront ?

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s