Essai mortel de Rennes : rebondissements en série, experts masqués. Où est la vérité ?

Bonjour

L’affaire de l’essai clinique mortel mené, à Rennes, par la firme BIOTRIAL n’en finit pas de rebondir. C’est une situation peu banale qui résulte d’un travail journalistique devenu atypique ; un travail  mené (comme jadis et quoi qu’il en coûte) en marge des enquêtes officielles. Cette fois, pour l’essentiel, par Le Figaro. Hier 12 mai ce quotidien révélait en substance, sur son site, que cet essai clinique avait peut-être fait une victime de plus. Vendredi 13 mai l’affaire est imprimée sur papier : un autre « volontaire sain » a fait un accident vasculaire cérébral (AVC).

Etait-ce deux mois seulement avant la mort soudaine d’un autre volontaire, et alors qu’il participait au même essai ? Etait-ce avant ? Dans tous les cas le fait est là qui réclame de nouvelles investigations, de nouvelles expertises. Pour l’heure la lecture des documents obtenus par IRM est assurée par la presse. Le Figaro tout d’abord, qui explique avoir soumis ces images au Pr Alain Privat, neurobiologiste, membre de l’Académie de médecine ainsi qu’à « une neuroradiologue d’un grand hôpital parisien ».

Sans appel

« Leur constat est sans appel: l’AVC de Pierre ne remonte pas à plusieurs années mais à «environ deux mois» avant l’examen.  Cet examen met en effet en évidence ‘’un AVC cérébelleux droit du territoire de l’artère cérébelleuse postéro-inférieure (PICA) droite avec un aspect de nécrose laminaire permettant de dater l’épisode ischémique aux alentours de deux mois auparavant, visible sous forme d’un hypersignal FLAIR, un isosignal en diffusion avec ADC augmenté et un hypersignal spontané en pondération T1’’, estime la neuroradiologue. 

 « L’ensemble de ces éléments radiologiques permet de dater avec précision la survenue de l’AVC. Cette datation des deux mois est d’ailleurs confirmée par deux autres experts: le chef de service d’imagerie d’un grand hôpital parisien et un biophysicien, spécialiste de l’IRM, qui souhaitent rester anonymes. »

Accident « non récent » ?

 Le Figaro a aussi interrogé le Pr Gilles Edan, responsable du service de radiologie du CHU de Rennes, plusieurs fois cité dans ce dossier. Le Pr Edan, garde le silence, le CHU de Rennes invoquant le secret médical. C’est le Pr Edan qui avait fait pratiqué l’IRM et qui considère que l’AVC est « non récent ». BIOTRIAL minimise l’affaire et observe que ni les enquêteurs de l’ANSM ni ceux de l’Inspection générale des affaires sociales ne se sont focalisés sur ce sujet.

Cet élément pourrait relancer le débat sur la toxicité de la molécule testée par BIOTRIAL à la demande de la firme portugaise BIAL et avec l’aval des autorités françaises en charge du médicament et de l’éthique expérimentale (« Comité de protection des personnes » de Brest). Y-a-t-il eu dissimulation au « groupe d’experts » chargé par les autorités sanitaires de déterminer les causes scientifiques de cet accident sans précédent ?

Anonymes

« [Le groupen’avait pas connaissance de cet AVC. S’il est avéré, il s’agit d’un élément nouveau qui mérite d’être examiné », a déclaré à l’Agence France-Presse l’un de ses membres, qui a souhaité garder l’anonymat. Toujours l’anonymat…

Selon l’expert contacté par l’AFP, « il conviendra d’avoir un consensus sur la date approximative de cet AVC dans la mesure où le Pr Edan a conclu à un AVC “non récent”, tandis que le Pr Privat l’estime à “deux mois” » avant l’IRM. Si cet AVC remontait bien à novembre, il pourrait donc être lié à la molécule testée. Il faudrait alors explorer la piste d’un « autre type de toxicité », cette fois à faible dose, explique-t-il. Le Pr Edan avait été auditionné par le groupe d’experts, mais il n’a pas fait mention de cet AVC, a dit une source proche du dossier. Sollicité, lui aussi, par l’AFP il s’est refusé à tout commentaire arguant, une fois encore, du « secret médical ».

A demain

2 réflexions sur “Essai mortel de Rennes : rebondissements en série, experts masqués. Où est la vérité ?

  1. « une neuroradiologue d’un grand hôpital parisien »
    Ah la la !
    Et pourtant il y a des neuroradiologues excellents dans de petits ou moyens hôpitaux., parisiens ou pas
    Ce genre d’argument supposé (à tort) d’autorité (par le Figaro ? ) est ridicule.

    Quant à l’AVC « récent » ou pas, récent n’a pas de définition.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s