Théorie du genre et harcèlement sexuel visant une enseignante : les harceleuses devront payer

 

Bonjour

C’est l’épilogue d’une affaire assez sordide – une affaire qui, il y a plus de deux ans, avait ému la presse et l’opinion, les parents et les enseignants, une « manipulation de l’opinion sur fond de “ théorie du genre ” » comme écrit, depuis le tribunal correctionnel de Tours, La Nouvelle République du Centre Ouest. Au final, cela se paiera : 9.000 € d’amendes et 12.000 € en réparation du préjudice moral.

Sous les projecteurs : Farida Belghoul, 58 ans, ancienne figure de l’extrême gauche qui connaît depuis quelques années une nouvelle notoriété du fait de son engagement contre la « théorie du genre », activité qu’elle mène aux antipodes de ses convictions premières. Le tribunal a reconnu coupable la fondatrice de l’association radicale de la Journée de retrait de l’école (JRE) qui était ici poursuivie pour complicité de diffamation. Coupable également une militante, Dalila Hassan (diffamation). Les deux femmes sont coupables d’avoir tenu des propos à caractère diffamatoire à l’encontre d’une institutrice. Il les a condamnées respectivement à 5.000 et 4.000 € d’amendes.

Attouchements des parties génitales

Les faits ? La justice les condamne pour avoir diffusé, en mars 2014, une vidéo de dix minutes dans laquelle Dalila Hassan accusait une enseignante de  Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) d’avoir fait déshabiller dans sa classe un petit garçon et une petite fille –puis et de leur avoir demandé de se toucher mutuellement les parties génitales – une institutrice qui, de ce fait même, devenait l’actrice d’une forme d’agression sexuelle. L’affaire avait pris une ampleur politique nationale ; elle se compliquait de rumeurs locales sur fond d’élections municipales – perdues d’une courte tête par le candidat sortant socialiste.

L’avocat des deux femmes arguait de la bonne foi de ses clientes. Rejet du tribunal  qui condamne « un amalgame hâtif et non justifié entre théorie du genre et agression sexuelle ». Pour le détail il faudra se reporter à la presse traditionnelle : les dispositions du jugement seront diffusées, aux frais des condamnées, dans un titre de la presse régionale (La Nouvelle République, édition d’Indre-et-Loire) et dans deux titres nationaux (Le Monde et Le Figaro). Elles devront également verser, solidairement, à l’enseignante qui s’était constitué partie civile 12.000 € de dommages et intérêts en réparation du préjudice moral subi.

Rien à signaler pour celles et ceux qui avaient mis de l’huile sur le feu.

A demain

 

4 réflexions sur “Théorie du genre et harcèlement sexuel visant une enseignante : les harceleuses devront payer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s