Cigarette électronique. SOVAPE : nouvel acteur dans l’univers de la réduction des risques

Bonjour

Du monde clos du tabagisme à l’univers infini de la réduction des risques (et des dommages). Daté de ce 24 mai, c’est un communiqué de presse qui témoigne de l’évolution constante d’une prise de conscience : la cigarette électronique peut jouer un rôle considérable dans la lutte contre l’hécatombe due à la consommation de tabac. Aujourd’hui cette prise de conscience se fait à des rythmes différents. La France jacobine est de ce point de vue nettement en retard sur le pragmatisme
britannique.

La situation est compliquée par une forme de tétanisation épidémique du politique, un manque de courage des sociétés savantes et la place considérable du tabac dans les recettes fiscales de l’Etat. C’est là une tragédie moderne, démocratique et sanitaire qui reste à écrire. Elle le sera.

Reste la société civile, les associations, le monde de la vape, la révolution des volutes. Ce fut, il y a quelques jours à Paris, au Conservatoire national des arts et métiers, le « 1er Sommet de la vape » – réunion œcuménique autour de la réduction des risques à laquelle (autre première) a participé le Pr Benoît Vallet, Directeur général de la santé. C’est, aujourd’hui 24 mai, l’annonce officielle de la naissance de #SOVAPE 1 qui entend pérenniser le succès citoyen de la rencontre parisienne.

Temps chaotiques

Objectif : aider à l’installation de la vape comme solution majeure de réduction des risques en matière de tabagisme. Méthode : aider au dialogue entre usagers, professionnels, industriels, sociétés savantes et acteurs de la santé publique :

« L’objet de l’association est “d’agir et dialoguer” pour défendre la réduction des risques et des méfaits du tabagisme dans les politiques publiques. Pour cela, elle portera chaque année le Sommet de la vape, en cherchant à en améliorer le contenu et la portée sociétale, médiatique et politique, pour en faire le temps fort du dialogue entre les autorités, les professionnels de la santé, ceux du tissu associatif et l’opinion publique.

« Soucieuse de s’inscrire singulièrement et utilement dans le paysage de la lutte contre les risques du tabagisme, SOVAPE s’établit sur un modèle « à dons et subventions » : ses statuts lui permettront de rechercher toutes sortes de financements publics ou privés afin de mener des actions d’envergure, durables ou ponctuelles. La politique de collecte et la nature des fonds récoltés seront publiées pour assurer la transparence de l’association. »

Voici donc un nouvel acteur de la réduction des risques et des dommages dont le principal objectif est de défendre la vape comme alternative au tabagisme. On le retrouvera, avec les autres acteurs, au sein du « groupe de travail sur la vape » dont la création a été annoncée le 9 mai par le Pr Benoît Vallet. Dans les temps chaotiques que nous traversons, ce nouveau-né est bienvenu. Il ne sera pas de trop.

A demain

1 Cette association a été créée par Jacques Le Houezec, Sébastien Béziau, Nathalie Dunand et Laurent Caffarel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s