Hépatite C : Marisol Touraine promet un futur «accès universel» aux nouveaux médicaments

Bonjour

A-t-elle véritablement relevé le défi ? Mesure-t-elle le risque qu’elle prend ? Nous posions, hier, la question de savoir si elle saurait répondre aux accusations éthiques qui la visent : accepter, tacitement, un refus d’accès aux soins de dizaines de milliers de personnes infectées par le virus de l’hépatite C. La réponse est là : Marisol Touraine « s’engage pour un accès universel aux traitements innovants contre l’hépatite C ».

Solennelle

Presque trop beau pour être vrai ? Extraits de son discours solennel du 25 mai :

« Aujourd’hui, je décide l’accès universel aux traitements de l’hépatite C. Le recours à ce traitement, comme à tout traitement, ne doit dépendre que du choix du patient, éclairé par son médecin, dans le cadre de leur colloque singulier. Le patient doit pouvoir décider en fonction de son appréciation personnelle des avantages et des inconvénients d’être traité, avantages et inconvénients qu’il appartient au médecin d’exposer. Pour permettre cet accès universel, le cadre réglementaire doit être adapté.

« S’agissant des patients F2, des patients transplantés ou en attente de greffe ainsi que des populations vulnérables tout stade de fibrose confondu dans la mesure où ils sont les plus exposés, je signerai l’arrêté d’extension, après avoir reçu l’avis de la commission de la transparence, dès les prochains jours. Pour tous les autres patients infectés par le VHC, les F0 asymptomatique et F1, j’ai saisi la semaine dernière la HAS dont l’avis est obligatoire. Elle doit me remettre, pour le mois de septembre, ses recommandations sur les modalités de mise en œuvre de l’accès universel au traitement. Je signerai le nouvel arrêté dans la foulée. »

Prix insensés

Bien évidemment reste la question, éthique, du prix, aujourd’hui proprement insensé de ces nouveaux médicaments.

« On ne peut évoquer la question de l’accès universel sans aborder celle du prix du traitement de l’hépatite C, qui a fait et continue de faire l’objet de discussions. Les prix doivent baisser. Il en va de la crédibilité de notre engagement.

« L’extension des indications et l’arrivée de médicaments concurrents doivent permettre de faire diminuer le prix des traitements. J’ai donc demandé au Président du Comité économique des produits de santé (CEPS) de mener des discussions en ce sens. Il est plus que temps que le sens des responsabilités l’emporte. Dans leur intérêt même, les laboratoires doivent jouer le jeu. »

Transfert de responsabilités

Où l’on voit que la ministre transfère la responsabilité à Maurice-Pierre Planel, un inconnu des médias, proche d’elle dit-on, qui va bientôt goûter aux joies des caméras.

Les chiffres de l’équation donnent le tournis : Marisol Touraine estime à 500 000 le nombre des personnes infectées par le virus de l’hépatite C. En dépit des prix élevés des nouvelles thérapeutiques (entre 50 000 et 100 000 euros par personne) 30 000 patients (les plus gravement touchés) ont pu être traités. « Nous devons aujourd’hui aller plus loin et garantir l’accès de tous les malades à ces traitements, a-t-elle conclu. Au nom du progrès médical. Au nom, aussi, de notre engagement contre les inégalités de santé. » Jusqu’où faudra-t-il baisser le prix pour que cet engagement ne soit pas trahi.

A demain

Une réflexion sur “Hépatite C : Marisol Touraine promet un futur «accès universel» aux nouveaux médicaments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s