Alerte rouge outre-Atlantique : émergence de la souche mutante d’Escherichia ultra-résistante

 

Bonjour

 

Les plus hautes autorités sanitaires américaines viennent d’annoncer le premier cas diagnostiqué aux Etats-Unis d’une patiente atteinte d’une infection qui « résiste à tous les antibiotiques connus ». Cette observation est publiée dans la revue « Antimicrobial Agents and Chemotherapy » : Escherichia coli Harboring mcr-1 and blaCTX-M on a Novel IncF Plasmid: First report of mcr-1 in the USA” La malade est une femme de 49 ans souffrant d’une infection urinaire provoquée par une souche mutante de la bactérie Escherichia coli qui résiste à tous les antibiotiques, y compris celui considéré comme la dernière ligne de défense.

C’est peu dire que la souche mutante sème l’inquiétude outre-Atlantique L’affaire y est reprise par de très nombreux médias, dont The New York Times : Infection Raises Specter of Superbugs Resistant to All Antibiotics”. « Nous risquons de vivre dans un monde post-antibiotique. C’est la fin des antibiotiques si on n’agit pas en urgence » a déclaré le Dr. Thomas R. Frieden,  directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). C’est peu dire que la souche mutante sème l’inquiétude outre-Atlantique. Elle est considérée par les CDC comme l’une des plus grandes menaces de santé publique. « Cette super-bactérie avait été identifiée récemment en Europe et en Chine chez des humains et des animaux ; elle a été retrouvée pour la première fois sur le sol américain.

Déjà en Chine

En novembre 2015 c’était en Chine, puis en décembre au Royaume-Uni : « Bacteria that resist ‘last antibiotic’ in UK ».  En Chine, comme The Lancet le révélait alors,  il s’agissait de la première découverte de l’émergence de souches bactériennes devenues résistantes  à la classe antibiotiques des polymyxines (colistine, polymyxine B) –  plus précisément un plasmide porteur d’un gène de résistance aux polymyxines, baptisé mcr-1, dans un grand nombre d’entérobactéries retrouvées chez des cochons et dans des viandes de porcs  ainsi que chez des patients admis dans deux hôpitaux du sud de la République Populaire de Chine.

Le fait que ce gène de résistance se trouve sur un plasmide (et non plus à partir de mutations chromosomiques) suggère fortement qu’il pourrait se répandre géographiquement à travers un grand nombre de souches et d’espèces bactériennes. Les chercheurs chinois se disaient aussi inquiets de la forte prévalence de la résistance dans leur échantillonage – résistance retrouvée chez Escherichia coli et chez  Klebsiella pneumoniae.

Très mauvaise nouvelle

Les spécialistes du Vieux Continent se disaient alors extrêmement  inquiets. Ainsi le Pr Gunnar Kahlmeter de la Société européenne de microbiologie et des maladies infectieuses (ESCMID) estimait qu’il s’agissait d’une « très mauvaise nouvelle » :

« Nous avons abusé de l’usage des antibiotiques depuis leur découverte et avons continué à les gaspiller pour des raisons économiques dans des secteurs où ils n’avaient rien à faireNous avons cherché à savoir si l’utilisation de 600 tonnes d’antibiotiques par an pour traiter les élevages de porc n’était pas dangereux au lieu de simplement considérer que ce n’était pas la peine de prendre un tel risque. Avec ce nouveau gène mcr-1 de résistance à la colistine et à la polymyxine, il est désormais clair que l’usage fréquent de la colistine dans l’agriculture en Chine et dans l’Asie du Sud Est est à l’origine de cette catastrophe.  »

 Les autorités sanitaires britanniques pensaient alors avoir encore trois années de répit. Elles ont toutefois voulu savoir ce qu’il en était sur leur sol.  « Public Health England” et l’”Animal and Plant Health Agency” ont ainsi testé  24,000 échantillons bactériens collectés entre 2012 et 2015. Et la résistance à la colistine a été découvert dans quinze d’entre eux, parmi lesquelles des Salmonelles et des Escherichia. coli. Des souches résistantes à la colistine ont aussi été découvertes dans trois élevages de porcs.

Identifier les réservoirs

« La colistine est l’un des médicaments les plus efficaces contre les bactéries à très haute résistance. L’émergence de ce gène transférable qui leur confère une résistance à cet antibiotique vital est extrêmement préoccupante. La découverte de ce gène aux États Unis appelle à renforcer la surveillance pour en identifier les réservoirs, pour pouvoir prévenir sa propagation », alertait le Dr Patrick McGann, principal auteur de l’étude

Interrogé par la Radio Télévision Suisse  le Pr Didier Pittet, chef du service prévention et contrôle des infections des Hôpitaux Universitaires Genevois, rappelait il y a peu que « la résistance aux antibiotiques se propage » dans le monde. Celle-ci s’explique essentiellement par la sur-prescription d’antibiotiques. « Les médecins abusent, les systèmes de santé abusent et les patients ne sont pas toujours attentifs aux prescriptions » souligne-t-il.

Le Pr Pittet est ici en résonance avec le dossier à bien des égards inquiétants publié il y quelques jours par The Economist.  Savoir raison garder ? Les frayeurs américaines aujourd’hui médiatisées auront-elles un effet ? On aimerait ne pas en douter.

A demain

4 réflexions sur “Alerte rouge outre-Atlantique : émergence de la souche mutante d’Escherichia ultra-résistante

  1. Il est donc vital que le TAFTA (TTIP) soit l’occasion pour l’Europe d’obliger les USA à reconsidérer leurs méthodes d’élevage, en interdisant définitivement toute velléité d’utilisation « préventives » des antibiotiques (ainsi que de tout produit dopant) dans leurs élevages industriels.
    Ce n’est pas du protectionnisme mais seulement une mesure de santé publique.
    Cette remarque vaut également pour l’agriculture européenne.
    Erwann

  2. Bonjour, j’aimerais savoir comment se protéger de cette bactérie. Se laver les mains ? éviter produits laitiers, fruits et légumes crus ? Adieu les fromages au lait cru ?
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s