«Castration», Androcur® et paraphilies : rappels sexuels au vu de la situation en Indonésie

Bonjour

Chirurgie et sexualité. Dans le New York Times Denise Grady nous rapporte que le premier homme greffé du pénis aux Etats-Unis vient de sortir du Massachusetts General Hospital de Boston. Il est souriant : “Recipient of First Penis Transplant in U.S. Is Released From Hospital”. On n’en saura guère plus 1.

Sexualité pathologique et justice.  L’Indonésie vient d’annoncer que les « délinquants sexuels » pourront désormais être condamnés à subir une peine de « castration chimique ».  Cette mesure vise à protéger les mineurs victimes d’abus sexuels en complétant une loi sur la protection de l’enfance. «Nous espérons que cette loi aura un effet dissuasif pour les délinquants», a déclaré le président indonésien Joko Widodo.

Radicalité

« Depuis plusieurs années, les crimes sexuels sont en augmentation dans le pays, rapporte Libération  ( Gurvan Kristanadjaja). Du coup, sur les chaînes de télévision, dans les journaux, de nombreux Indonésiens tentaient peu après l’affaire de trouver des réponses à l’horreur. Presque tous les soirs, des débats télévisés avec cette question : ‘’Comment lutter contre l’abus sexuel ?’’. Et la plupart du temps, la réponse des invités est radicale. »

Libé ne détaille pas, ici, la radicalité. Mais la suite n’est pas sans intérêt. Pour la Commission nationale des droits de l’Homme indonésienne, dont les propos sont rapportés par Jakarta Globe, «la castration chimique est une forme de vengeance et une peine dégradante, ce qui constitue une violation des droits de l’homme». Une critique rapidement éludée devant la presse par la Pr Nila Moeloek, ministre de la Santé, face aux médias : «Il y a beaucoup de pour, et beaucoup de contres, mais s’il vous plaît, ne considérez pas seulement le point de vue des délinquants. Essayez aussi de considérer celui des victimes ».

Castration et émasculation

L’homologue indonésienne de Marisol Touraine a expliqué, en parallèle du lancement d’une campagne antitabac, que la castration chimique consistait à injecter des hormones féminines afin de réduire la virilité des condamnés: «Les hormones féminines seront injectées chez les délinquants sexuels hommes pour qu’ils atteignent un équilibre hormonal». Tempo, autre journal national, s’interroge sur la réelle efficacité de la mesure, et sur l’augmentation de l’agressivité que pourrait induire par ce « procédé chimique ».

Un neurochirurgien indonésien, le Dr Yusni Roslan Hasan, apporte une réponse claire : les délinquants ainsi castrés, en dépit d’une baisse de libido, pourraient être de nouveau coupables de viol, car la mémoire de la violence sexuelle persiste. Pour lui, la castration n’est donc pas une solution ; mieux vaudrait « augmenter la sécurité, améliorer l’éducation, et enseigner la politesse envers les femmes». C’est une option.

En France le temps ne change rien à l’affaire et, dans Le Nouvel Observateur devenu  L’Obs c’est, une fois encore, le sexologue Jacques Waynberg qui revient sur la genèse de cette pratique et sur le terme même de « castration » (médicamenteuse) – une formule incorrect selon lui, puisque ce traitement réduit certes les signes extérieurs de virilité de façon radical mais que l’affaire n’a rien d’irréversible. Il est courant de pratiquer l’amalgame entre castration et émasculation – sans même parler de « pénectomie ».

Territoire national

Sur notre territoire national cette pratique chimique a, déjà, une assez longue histoire. « Elle a été développée dans le cadre des mesures de prévention des récidives de la criminalité sexuelle, notamment des crimes pédophiles, rappelle dans L’Obs, le sexologue qui a de la mémoire. Il convient de rappeler que la sanction pénale de tels méfaits se heurte à deux obstacles. Le premier concerne la vertu punitive des peines encourues, notamment des incarcérations, et le second a trait au risque de récidive que les menaces judiciaires – nous disons « l’intimidabilité » des procès – ne permettent pas d’écarter. » Il ajoute :

« Le corps médical, et tout particulièrement psychiatres et psychologues, a été questionné de bonne heure sur le thème d’une prise en charge « thérapeutique » des pervers dangereux et lourdement condamnés. Le résultat de ces mesures curatives purement verbales et centrées sur l’analyse des motivations du passage à l’acte condamnable n’a jamais fait l’objet d’un consensus concluant.

Il faut attendre la décennie 1950-1960 aux États-Unis, et l’émergence des progrès spectaculaires des recherches endrocrinologiques, pour que s’ouvre une voie nouvelle pour renforcer l’arsenal des moyens de lutte contre la criminalité sexuelle. Les travaux cliniques et l’invention d’hormones masculines de synthèse a permis une meilleure connaissance du rôle des « androgènes » dans la sexualité, non seulement du point de vue de la fertilité, mais aussi des comportements violents. 

Paroisse sexologique

 C’est ainsi que le concept « d’antihormone » a bouleversé la donne des protocoles des sanctions pénales 2. Emerge alors l’idée qu’en « tarissant » les doses d’hormones dans le sang circulant on « stoppera net » la libido, les besoins sexuels abusifs en amont du passage à l’acte. C’est là une vision bien mécaniste de la sexualité en général, pathologique en particulier. Et plutôt que de parler de « castration chimique » mieux vaudrait user de la formule  « andropause artificielle », avec ses brouillards d’impacts psychologiques et cardiovasculaires. Sans oublier une question éthique de taille : le traitement à visée castratrice ne peut pas être prescrit sans le consentement éclairé de l’homme concerné.

In fine le sexologue plaide pour sa paroisse, pour un peu moins de chimie et un peu plus d’humanité :

« En l’absence d’un savoir indéniable en matière de conduites sexuelles asociales, la solution pharmaceutique n’est pas une réponse absolue et dénuée d’effets secondaires. L’approche sexologique, longtemps absente du débat, peut être un complément utile à l’effort de contrôle et d’assistance des personnes visées par ces décisions de justice. Dans une démarche d’équipe pluridisciplinaire, la sexologie va apporter une contribution essentielle : celle de l’exploration de la fonction érotique, en replaçant les comportements « pervers » dans leur contexte non seulement obsessionnel, mais aussi existentiel. »

A demain

1 Pour une synthèse sur les greffes péniennes, on peut se reporter à notre chronique : « Pourquoi la greffe de pénis est en train de prendre » (Slate.fr,  23 mai 2016)

2 Le médicament phare de cette génération d’antidotes des désirs sexuels devenus pathologiques a pour nom l’Androcur ® « pour réduire les pulsions sexuelles dans les paraphilies, en association à une prise en charge psychothérapeutique » (Schering SA 81,89 € les trois plaquettes de 20 comprimés)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s