Hépatite C : combien de temps faudra-t-il à Marisol Touraine pour tenir son engagement ?

Bonjour

Marisol Touraine, le 25 mai, discours solennel, extrait:

« Aujourd’hui, je décide l’accès universel aux traitements de l’hépatite C. Le recours à ce traitement, comme à tout traitement, ne doit dépendre que du choix du patient, éclairé par son médecin, dans le cadre de leur colloque singulier. Le patient doit pouvoir décider en fonction de son appréciation personnelle des avantages et des inconvénients d’être traité, avantages et inconvénients qu’il appartient au médecin d’exposer.(…)

La ministre de la Santé ajoutait:

« S’agissant des patients F2, des patients transplantés ou en attente de greffe ainsi que des populations vulnérables tout stade de fibrose confondu dans la mesure où ils sont les plus exposés, je signerai l’arrêté d’extension (…) dès les prochains jours. Pour tous les autres patients infectés par le VHC, les F0 asymptomatique et F1, j’ai saisi la semaine dernière la HAS dont l’avis est obligatoire. Elle doit me remettre, pour le mois de septembre, ses recommandations sur les modalités de mise en œuvre de l’accès universel au traitement. Je signerai le nouvel arrêté dans la foulée. »

C’était, écrivions-nous, « presque trop beau pour être vrai », comme un instant de grâce, le politique décidant et l’intendance suivant, le retour à une époque passée, l’oubli des contingences financières et des diktats de Big Pharma. Les médias généralistes reprirent, sans sourciller, l’annonce de la ministre de la Santé. Puis il passèrent à autre chose, le code du travail, la contestation sociale, l’Euro menacé par les cheminots.

Accès universel en deux temps

Marisol Touraine avait, le 25 mai, ajouté : « les prix doivent baisser. Il en va de la crédibilité de notre engagement. » La crédibilité de son engagement ?  Nous sommes aujourd’hui le 9 juin. La ministre vient de recevoir une lettre, dont copie a été adressée au Dr Dominique Martin, directeur général  de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament. Elle a été adressée, depuis Bagnolet, par Pascal Mélin, président de SOS hépatites Fédération. Extrait :

« Le 25 mai dernier lors de la journée nationale de lutte contre les hépatites virales, vous avez annoncé la fin du rationnement et l’accès universel au traitement pour toutes les personnes atteintes d’hépatite C. Vous avez annoncé un accès universel en deux temps :

Premièrement et « dans les prochains jours »,  la signature d’un arrêté permettant  l’extension des indications de traitements pour les patients au stade F2 de fibrose, les patients transplantés ou en attente de greffe ainsi que des populations « vulnérables », tout stade de fibrose confondu, dans la mesure où elles sont les plus exposées. Sur ce premier point, la  commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé a donné son avis le jour même. (…)

« Devoir d’alerte »

Madame la Ministre, nous sommes à plus de deux semaines de votre déclaration et toujours aucun arrêté  n’est paru au journal officiel. Des malades injustement privés de traitements depuis 18 mois ont cru à des avancées dans le respect de leur droit constitutionnel d’accès aux soins. (…) Cette situation d’attente continue d’engendrer un marché parallèle de médicaments particulièrement inquiétant. J’exerce aujourd’hui mon devoir d’alerte auprès de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.(…) »

Les jours sont devenus des semaines. Le temps est compté. Mme Touraine  est sous surveillance citoyenne. Le devoir d’alerte est exercé. Combien de temps faut-il, à un ministre de la Santé, pour tenir un engagement solennel ?

A demain

PS: L’arrêté est finalement paru au « Journal officiel » du 11 juin. Il constitue bien la première étape de l’élargissement des nouveaux antiviraux à action directe. Ces derniers bénéficient d’une extension d’indication aux patients présentant un stade de fibrose hépatique F2, aux patients transplantés ou en attente de greffe, aux patients en hémodialyse, à ceux présentant des manifestations extra-hépatiques du virus de l’hépatite C, à ceux infectés par un virus de génotype 3, ou co-infectés par un autre virus à tropisme hépatique ainsi qu’aux populations « vulnérables », tout stade de fibrose confondus (usagers de drogues, personnes détenues, femmes en désir de grossesse ou toute autre personne pour laquelle la réunion de concertation pluridisciplinaire estime le risque de transmission élevé).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s