Indécence et prix des médicaments : MdM lance une guérilla publicitaire et vise Marisol Touraine

Bonjour

Médecins du Monde (MdM) lance, aujourd’hui 13 juin 2016, une campagne qui va faire mal. On la découvrira ici : « Le Prix de la Vie ». Une campagne, une pétition adressée à Marisol Touraine et un slogan : « Le prix indécent des médicaments, ça va durer encore longtemps ? ». Sur l’indécence des médicaments, tout a été dit depuis longtemps. Quant à la durée à venir de cette indécence MdM commence (enfin) à entrer dans le vif du sujet.  Voyons cela.

Conçue par l’agence DDB Paris, la campagne se « décline en douze visuels prenant pour angle la rentabilité des maladies » :

« Une leucémie c’est en moyenne 20 000% de marge brute » ;  Bien placé, un cancer peut rapporter jusqu’à 120 000 euros » ; Le mélanome c’est quoi exactement ? C’est 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires ».

Refus de la campagne par les publicitaires

On pressent la violence. « Afin de diffuser la campagne, était prévu, entre autres, un important plan d’affichage urbain (métro, abribus…), nous dit MdM. Mais malheureusement nous nous sommes vus refuser la campagne par l’ensemble des réseaux d’affichage. Un dispositif de guérilla marketing a donc été mis en place avec de l’affichage sauvage, du web, du social media mais également une présence dans les grands quotidiens nationaux. »

Refus de la campagne par l’ensemble des réseaux d’affichage ? Il y a là une belle enquête journalistique à mener. Serai-ce la concomitance avec l’Euro 206 et l’achat groupé et juteux des espaces pour la 1664® ?

Pourquoi la guérilla

MdM expose les motivations de sa guérilla visant la ministre des Affaires sociales et de la Santé.  Il y a tout d’abord la mise sur le marché du Sovaldi® (Gilead Sciences) premier des antiviraux à action directe efficace contre l’hépatite C qui, nous rappelle MdM, a agi comme un révélateur des dysfonctionnements en matière de production et de fixation du prix des médicaments. Le traitement de douze semaines est en effet vendu 41 000 euros par patient alors qu’il ne coûterait que 100 euros à produire.

Les traitements contre le cancer sont aussi devenus un marché « particulièrement juteux » pour les firmes pharmaceutiques. Le Glivec® (Novartis), un traitement contre la leucémie, est aujourd’hui vendu 40 000 euros par an et par patient pour un coût de production estimé à seulement 200 euros. Le Keytruda® (Merck), un traitement contre le mélanome, est annoncé à un prix de 100 000 euros par an et par patient.

Transparence et vérité

Autant que sur la morale et l’indécence MdM pianote sur la peur. « Ces prix exorbitants ne pourront bientôt plus être pris en charge par la sécurité sociale. Demain, qui pourra payer de telles sommes pour se faire soigner ? La mainmise de l’industrie pharmaceutique sur le système de la brevetabilité doit cesser, menace le Dr Françoise Sivignon, présidente de MdM. Les autorités laissent les laboratoires dicter leurs prix et abandonnent leur mission, celle de protéger la santé des populations. Il est maintenant temps que Marisol Touraine agisse en ce sens : ce n’est pas au marché de faire la loi, c’est à l’Etat. » 

Le plus intéressant, le plus pertinent, dans cette campagne, est qu’elle réclame que le pouvoir exécutif agisse pour préserver un système fondé sur la solidarité. Mais c’est aussi et surtout qu’elle réclame la transparence sur les mécanismes de fixation des prix (ensuite remboursés par la solidarité nationale-sécurité sociale). Et c’est enfin qu’elle demande la vérité sur les coûts de recherche & développement. Marisol Touraine découvrira, alors, ce qu’il en est du dossier Sovaldi® et où va l’argent des remboursements.

Contre-vérités ministérielles

Pour sa part MdM accuse la ministre de la Santé de prononcer des contre-vérités :

« Des négociations ouvertes en 2014 entre Gilead et le Comité économique des produits de santé (CEPS) ont débouché sur un accord : le Solvadi sera désormais commercialisé 41 000 € le traitement de 12 semaines, tarif annoncé comme « le plus bas d’Europe ».

« La ministre de la santé, Marisol Touraine, s’est félicitée de cette garantie obtenue de « l’accès à des soins de qualité et innovants, au meilleur coût pour la sécurité sociale et les patients ». C’est pourtant faux. Le sofosbuvir est aujourd’hui vendu environ 32 000 € en Espagne et 39 000 € au Portugal. »

A demain

 

6 réflexions sur “Indécence et prix des médicaments : MdM lance une guérilla publicitaire et vise Marisol Touraine

  1. La riposte de l’industrie pharmaceutique ne s’est pas faite attendre sur France infos ce matin …ainsi que vous l’avez sans doute entendu … L’immunothérapie ne représenterait que 0,2°/° des dépenses de santé …et le système ne serait pas modernisé …

    • La pétition desoutien à la campagne de Médecins du Monde est accessible à l’adresse:le prix de la vie.com .Nous sommes déjà 2683 à l’avoir signée …Interdire, censurer la pire des réponses , non?

  2. Lorsque l’on parle du prix des médicaments, je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec les excès des « ayant-droit » et du droit d’auteur.
    La découverte, l’industrialisation et la mise sur le marché d’une nouvelle molécule est une activité coûteuse : environ 2 milliards d’euro.
    La protection d’un médicament princeps est limitée dans le temps, puisque les gouvernements de nombreux pays poussent (au delà du raisonnable) les génériques.
    Dans le même temps, certains gouvernements sont prêts à autoriser tous les excès au profit d’une très petite minorité. La prolongation indécente de la protection des oeuvres artistiques, le racket institutionnalisé de la redevance au nom du droit à la copie privée (cf. copie france), que le consommateur ne peut même pas exercer légalement du fait des DRM, sont soutenus par les autorités sans aucune mesure ni raison.
    La folie – en particuliers aux USA – du patent trolling qui coûte des milliards d’EUR/USD aux entreprises innovantes de l’informatique et de la communication face à des entreprises qui ne produisent rien et qui tentent seulement de faire de l’argent aux dépends de ceux qui innovent réellement devrait à mon sens être mise en perspective avec le prix des médicaments.
    Comment assurer le renouvellement de la population des chercheurs si le message général véhiculé par les gouvernements, les ONG et les médias est que le business modèle de l’industrie pharmaceutique est immoral ?
    Je ne nie aucunement les excès de certains. En revanche, pour avoir été témoins de certaines discussions (en particulier pour le cas du traitement de l’hépatite), les ONG « oublient » de préciser que le prix des traitements est la plupart du temps en relation avec le marché local. Le prix du traitement curatif de l’hépatite n’est pas le même dans les pays en voie de développement et les pays développés.
    La question n’est pas seulement le coût de fabrication (qui doit d’ailleurs être évalué avec exactitude) d’un médicament mais aussi les coûts de recherche, de développement, de mise sur le marché, de distribution, de pharmacovigilance, etc.
    De même, il ne faut pas oublier que les bénéfices d’aujourd’hui permettent l’innovation des médicaments de demain. À ce titre, les génériqueurs n’apportent que peu d’innovation future.
    Je ne veux aucunement faire pleurer sur le sort de l’industrie pharmaceutique. Je souhaite seulement que le concept de propriété intellectuelle soit défini et appliqué de manière cohérente sans exception indécente et injustifiable.

  3. Il n’y a rien à attendre du ministère de la santé ou plus généralement de l’état français, même pas foutu de récupérer son dû fiscal auprès de sociétés étrangères.
    Il y a un espoir sur la procédure en cours (lancée par MdM) d’opposition sur brevet auprès de l’Office Européen des Brevets.
    Espoir ténu car l’Europe est gangrenée par les lobbies.

    On vous a vendu la mondialisation comme un progrès immanent, mangez-la.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s