«Necker-Enfants malades»: bientôt broyé par la dynamique des affrontements politiques ?

Bonjour

Demain les historiens enquêteront sur « l’affaire Necker » – une affaire qui, à l’heure où nous écrivons, a moins de vingt-quatre heures.  Ils pourront alors se reporter à Slate.fr qui, sur le sujet, vient de publier une synthèse quasi-exhaustive : « Comment l’hôpital Necker est devenu le symbole de ce qui agite la France » (Mélissa Bounoua).

Il y a quelques heures, Manuel Valls, Premier ministre s’est rendu au chevet du Necker vandalisé par des casseurs en marge de la manifestation CGT anti-loi Travail (un million de participants selon la CGT, moins de cent mille selon la police). Il était accompagné de Marisol Touraine, sa ministre de la Santé.

Bloc opératoire

« J’ai tenu à marquer la solidarité du gouvernement et, j’en suis sûr, celle de tous les Français vis-à-vis des équipes de l’hôpital qui ont subi une agression intolérable. De mémoire, c’est la première fois que l’on s’attaque ainsi à un hôpital. Personne ne peut ignorer que c’est un hôpital. Derrière ces vitres, il y a en plus le bloc opératoire » a-t-il déclaré à la presse, comme le rapporte BFM TV.

 Plus généralement, alors que cinquante-huit personnes ont été interpellées en marge de cette manifestation contre le chef du gouvernement a dénoncé l’attitude des casseurs « qui non seulement s’attaquaient à des bâtiments publics, mais voulaient aussi se payer, voulaient tuer des policiers ». « Quand on balance des parpaings particulièrement lourds, c’est qu’on veut faire mal, c’est qu’on veut tuer un policier », a-t-il insisté.

Policiers assassinés

L’Assistance publique – Hôpitaux de Paris  a annoncé quelle allait  « porter plainte » après l’ « attaque inadmissible » de l’hôpital Necker-enfants malades. Les hasards veulent que ce soit dans ce même hôpital qu’avait été accueilli l’enfant âgé de 3 ans du couple de policiers assassinés, la veille et au nom de l’organisation Etat islamique, à Magnanville. Matignon a précisé que le Premier ministre devait rencontrer les équipes psychologiques qui ont pris en charge l’enfant.

Pour sa part, au même moment, Nicolas Sarkozy a dénoncé les « événements scandaleux auxquels nous avons assistés hier [mardi] à Paris »  et « notamment ce qui s’est passé à l’hôpital Necker » « Qu’on puisse s’attaquer à un hôpital pour enfants est un scandale », s’est indigné le président des Républicains en marge d’une matinée de travail du parti sur les relations internationales.

« Je demande que soit engagée la responsabilité civile et financière de la CGT qui a organisé la manifestation. C’est trop facile. On appelle à manifester. Le spectacle donné par la France est lamentable, a martelé l’ancien président de la République. Que les organisateurs assument leurs responsabilités. » En écho François Hollande envisage désormais d’interdire les manifestations si les biens et les personnes sont menacés.

Symboliques hospitalières

Où l’on voit, en action, les dynamiques politiques se nourrir de la symbolique hospitalière – symbolique vieille de plusieurs siècles et empruntant à la charité, à l’assistance publique, à la solidarité. Un continuum bienveillant de religieux et de laïcité. Imagine-t-on un instant l’ampleur des réactions si, en lieu et place de Necker c’est l’Hôtel-Dieu qui, sur le parvis de Notre-Dame de Paris,  avait été visé ?

Au-delà de l’émotion et des redoutables addictions médiatiques qu’elle génère, au-delà de la symbolique et des passions politiciennes et idéologiques, il restera, sur le pavé, les faits. Plusieurs des images et quelques témoignages peuvent laisser penser que la violence et la cible n’étaient pas aussi claires et déterminées qu’on pourrait le redouter. Il faudra revenir sur la définition de caillasse et de caillasser toujours voisin de lapider. Sous les pavés, la plage et ne jamais travailler.

Violence d’un texte

Slate.fr rapporte également les mots du parent (anonyme) d’un enfant malade hospitalisé à Necker. Il aimerait que ces vitres brisées ne soient pas utilisées politiquement par le gouvernement, que ce caillassage ne nourrisse pas les mâchoires avides de la machine politique. Il s’exprime à contre-courant sur le site lundimatin. C’est un texte violent. On peut le lire ici : « Sur l’instrumentalisation des vitres de l’hôpital Necker ».

Une grande photographie illustre cette tribune. Nous sommes face à la façade vitrée de Necker, à l’ouest ultime du boulevard de Montparnasse et à l’approche de Duroc. Dans notre dos on pressent  le très parisien Au chien qui fume. Face à nous une station de bus. Un panneau publicitaire, comme toujours. Celui-ci est intact. Il incite à boire. Du « Label 5 ® ».

Hôpital Omar Ben Abdulaziz d’Alep

On allait mettre un point final à ce texte. C’est alors qu’on reçoit un message. Il nous est adressé par l’ONG Médecins du Monde. Le voici :

« Paris, le 15 juin 2016. Hier soir, l’hôpital Omar Ben Abdulaziz, situé à l’est d’Alep et soutenu par Médecins du Monde (MdM), a été détruit. MdM condamne avec la plus grande fermeté cet acte qui, une fois de plus, bafoue les règles les plus élémentaires du droit humanitaire international qui s’appliquent aux lieux de soins. 

 « Les attaques contre les structures de soins sont quasi quotidiennes. La situation est catastrophique: les civils et les personnels de santé sont les premières victimes. Il faut que ces attaques s’arrêtent, nous ne cessons de tirer  la sonnette d’alarme. Nous attendons une application urgente du droit international humanitaire. » 

Hôtel-Dieu, Necker- Enfants malades, Omar Ben Abdulaziz; c’est le même combat.

A demain

Une réflexion sur “«Necker-Enfants malades»: bientôt broyé par la dynamique des affrontements politiques ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s