Enfants malades. Patrick Pelloux n’écrit plus dans Charlie Hebdo. Désormais il parle au Figaro

 

Bonjour

On ne lit jamais assez les journaux. Notamment Le Figaro. Le plus vieux des quotidiens français décrypte, comme ses confères, les marges de la dernière manifestation parisienne contre la future loi Travail. Et comme ses confrères il n’a d’yeux que pour les vitres brisées de Necker – celles de l’aile Laennec, du nom du célèbre médecin breton qui inventa, sinon l’auscultation du moins le stéthoscope et cette auscultation médiate devenu le symbole de l’art médical.

C’était non loin des guichets du Louvre ; il y a très précisément deux cents ans cette année. Souvenons-nous. Victor Hugo avait deux fois sept ans et Laennec, déjà, travaillait à Necker. Paris, centre du monde, était alors un village. Le Figaro verrait le jour dix ans plus tard, sous le règne de Charles X. Et depuis, avec Beaumarchais, il blâme librement et, dans le même temps, tresse des flatteries.

Aujourd’hui Le Figaro donne la parole à Patrick Pelloux, 52 ans. Dans sa version papier le quotidien qualifie le célèbre médecin de « président de la Fédération Hospitalière de France ». On y verra, au choix, une coquille ou un lapsus plombé. Dans la version print tout est corrigé. Le Dr Pelloux est redevenu ce qu’il est depuis toujours : président de l’Association des médecins urgentistes hospitaliers de France.

« Assouvir sa psychopathologie »

L’urgentiste a bel et bien quitté les colonnes de Charlie-Hebdo. Pour autant il n’est jamais loin des micros. Proche du président de la République, titulaire de la légion d’honneur, il continue ici et là à vitupérer contre ses confrères mandarins coupables de conflits d’intérêts. A ce titre il ne craint pas de féliciter publiquement Martin Hirsch directeur général de l’AP-HP où il est employé. Chacun ses ambiguïtés. Aujourd’hui, dans Le Figaro il cogne contre la CGT.

«  ‘’C’est la symbolique’’, explique le Dr Patrick Pelloux. Et il lâche le mot ‘’salopards’’ avant d’ajouter: ‘’C’est la première fois que je vois un hôpital ainsi attaqué en France. C’est écrit en gros sur la façade: enfants malades! Il n’y a aucune excuse. Un symbole de la construction de l’humanisme a été attaqué et ce, par des gens qui prétendent défendre le Code du travail’’. Selon lui, la CGT devrait lancer une souscription pour rembourser les dégâts causés. ‘’Aujourd’hui, le mouvement contre la loi El Khomri n’est plus crédible. On a juste affaire à des casseurs qui veulent assouvir leur psychopathologie, c’est révoltant.’’».

On ne lit jamais assez les journaux. Notamment Le Figaro. Page 13 on découvre que Guy Novès, ancien ailier gauche aujourd’hui sélectionneur du XV de France parle de lui à la troisième personne du singulier. Passe croisée ou dédoublement de personnalité ? Plus loin Boris Cyrulnik, 78 ans poursuit sa thérapeutique collective avec son dernier opus chez Odile Jacob : nous avons besoins de héros et nous n’en n’avons plus beaucoup en magasin.

 Troisième personne du singulier

On ne lit jamais assez les hors séries du Figaro. Le prochain est consacré à un nouveau héros : Michel Houellebecq (prononcer [wɛlˈbɛk]), 58 ou 60 ans.

« Ses personnages ont le regard triste des lendemains qui déchantent, des laissés pour compte du grand rêve libéral. Livre après livre, Michel Houellebecq instruit le procès décapant du monde postmoderne. Est-il un provocateur cynique, un ultra lucide, un romantique déçu ?

 A l’occasion de l’exposition de ses photos au Palais de Tokyo, Le Figaro Hors-Série (8,90 euros) a choisi de présenter l’écrivain, derrière les masques dont il aime à s’affubler : récit de sa carrière, décryptage de ses essais, poèmes, romans et films, analyse des thèmes qui lui sont chers : « l’hypermarché social », l’enfance perdue, l’amour impossible, le néant spirituel, le chaos politique, les paradoxes de l’art contemporain, la montée de l’Islam. »

Relisons Cyrulnik avant de gagner le Palais de Tokyo : « Les héros nous apportent l’espoir, le rêve, la force. Attention cependant aux faux héros, attiseurs de violence et de haine, pourvoyeurs du pire. »

A demain

Une réflexion sur “Enfants malades. Patrick Pelloux n’écrit plus dans Charlie Hebdo. Désormais il parle au Figaro

  1. Mais qu’est-il arrivé au soldat PELLOUX si proche jadis du KO social , méconnaissable à présent .Il m’a pourtant féliciteé il y a quelques années de bénéficier du contact avec Jacques COTTA qui est si loin d’avoir le même regard sur les casseurs …de vitres face aux casseurs de l’hôpital public qui ont encore tué un soignant du CHU de Rangueil …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s