Le pied et sa chaussure : un couple à haut risque médical et politique. Godillots et santé publique

 

Bonjour

La France fait du surplace ? Un jeune ministre de l’Economie et du numérique piaffe et lance « En marche ! » ? Faire la lumière sur nos extrémités.  Demain 21 juin, dans la sombre rue Bonaparte, l’Académie de médecine ouvre grand son  amphithéâtre antique pour une communication originale. Elle sera faite par le Dr Alain Goldcher, spécialiste reconnu des pathologies du pied (Pitié-Salpêtrière). Dans l’attente, contentons-nous des prolégomènes :

Ce spécialiste rappelle qu’en France, la quasi-totalité de la population porte des chaussures industrielles, standardisées, avec une seule largeur disponible par pointure. Quasi-totalité est un euphémisme. On se souvient du tollé médiatique que fut la découverte des bottines Berluti (bottier depuis 1895 à Paris) portées par un ancien homme d’Etat. Faut-il ici rappeler que la longueur ne fait pas tout ?

Hallux valgus

La vérité c’est qu’il existe de nombreux morphotypes de pied différents ayant à longueur égale différentes largeurs. La vérité c’est aussi que les individus qui portent à l’âge adulte, et pendant toute leur vie, une chaussure trop étroite finissent par devenir des patients.

Résumé de la communication académique à venir :

« Les conflits entre le pied et la tige de la chaussure génèrent des pathologies de compression et de  pression au métatarse et des talalgies en cas de port de pointure supplémentaire. Ces pathologies sont fréquentes en consultation de podologie médicale : hallux valgus douloureux, métatarsalgie, syndrome de Morton, syndrome capitométatarsien, bursopathie, fracture de fatigue, dermatoses mécaniques. La  méconnaissance calcéologique conduit à des traitements inadaptés qui aggravent la symptomatologie ou créent de nouvelles lésions. » 

Inégalité et révolution

Le message, dès lors et aussi clair. Il est aussi clair qu’inégalitaire et révolutionnaire :

« Que chacun connaisse  sa pointure réelle (longueur et largeur en points de Paris) et que les fabricants aient l’honnêteté de marquer cette pointure réelle sur leurs produits,  cela suffirait à éviter la plupart des douleurs des pieds. Ce marquage devrait déjà être rendu obligatoire pour les chaussures dites thérapeutiques  bénéficiant d’une prise en charge sociale. »

Depuis la sombre rue Bonaparte l’Académie nationale de médecine peut très certainement jouer un rôle utile dans la prévention de ces douleurs et de leurs étiologies. On attend aussi un peu du politique pour aider la France à se mettre en ordre de marche sans trop traîner des pieds. C’est là une autre histoire nationale. Une affaire d’avant le temps des « Primaires » ; une histoire de godillots.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s