Donald Trump présente-t-il tous les symptômes de l’histrionisme paroxystique ?

Bonjour

Donald Trump, 69 ans.  Brexit ou pas, la maladie, la folie n’est jamais très loin du politique. Et les diagnostics ne cessent de se rapprocher de leurs objets. Jadis on évoquait, à retardement, ces malades qui nous avaient plus ou moins gouverné (Dr Pierre Rentchnick, Pierre Accoce). Puis on en vint à s’approcher, tardivement, de la vérité du vivant de l’homme politique – mais toujours avec retard par rapport à son exercice (François Mitterrand tout particulièrement).

Aujourd’hui on en est déjà à anticiper. Mais avec une certaine distance géographique. Ainsi est-ce un travail original et sans doute utile que vient de publier Le Quotidien du Médecin : « Enquête chez les psys français Et si Donald Trump était fou ? » (Christian Delahaye). L’entreprise est ici amplement facilitée par le déluge des images et la floraison luxuriante des mots. Que rêver de mieux, pour un sémiologique, que le « festival Trump » ?

Nous reprenons ici quelques-uns des commentaires réunis par Le Quotidien – commentaires faits par des spécialistes qui, sans l’avoir examiné, on entendu et observé « le milliardaire à l’improbable système capillaire jaunâtre » qui « arpente la campagne américaine, à coup de déclarations fracassantes : complotisme délirant, racisme invétéré, égotisme exacerbé, machisme débridé, mépris compulsif des données scientifiques… ».

Pr Sebastian Diéguez (chercheur en neurosciences cognitives ; Université de Fribourg). :

« Nous avons là assurément plus de trois des quatorze symptômes requis pour poser un diagnostic de trouble de la personnalité narcissique selon le DSM 5Trump est à ce point décomplexé que ses discours illustrent le concept de bullshift, l’art de dire n’importe quoi sur tout, y compris sur lui-même, quand il se gargarise – abusivement – de sa réussite personnelle. »

Dr Serge Hefez (psychiatre et psychanalyste, La Pitié-Salpêtrière, auteur de « La Sarkose obsessionnelle »)

 « Ce narcissisme atteint un degré histrionique paroxystique : son goût de lui-même s’exprime dans son dégoût des femmes, qu’il juge inférieures, des pauvres, qu’il méprise, des émigrés auxquels il voue sa haine et même des handicapés dont il n’hésite pas à se moquer, avec une effrayante absence d’empathie. »

Dr Pierre Lembeye, psychiatre et psychanalyste (Paris) :

 « On pourrait même relever chez lui, un total mépris de l’autre en général, quel qu’il soit ; l’autre, pour lui, n’existe pas, ou plutôt il n’existe que comme un ustensile à son service. C’est ce qui définit en politique le tyran, et en psychiatrie le psychopathe. »

Ali Magoudi (psychanalyste et écrivain) :

« Poussez-vous, la loi c’est moiUn message destructeur mais bien perçu par les électeurs auxquels il promet de rendre leur grandeur perdue : des hommes blancs de 30 à 50 ans, en perte de repères sociaux, auxquels il désigne le bouc émissaire hispanique et musulman. »

Marie Muzard (auteure de « Ces grands singes qui nous dirigent –Ethnologie du pouvoir dans l’entreprise » Albin Michel) :

 « Trump est un très beau spécimen de gorille dominant : avec son dos jaune argenté, sa stature massive, ses parades d’intimidation, poussant des grands borborygmes d’insulte, affichant ses attributs virils, massacrant tous ses compétiteurs, le gorille dominant promet de rendre sa force perdue à la tribu des laissés pour compte, des humiliés. Avec eux, il pratique le grooming : il les épouille, non pas par mesure d’hygiène, mais pour marquer son pouvoir. »

Brute sans corrections

On ajoutera, tiré de Slate.fr et du Washington Post : « Gamin, «Donny» Trump était une petite brute incorrigible ». Certains évoquent aussi, sous le masque de la maladie mentale, les méchantes brumes de la perversité, la « madman theory » élaborée sous l’ère de Richard Nixon, pour faire croire qu’il est fou, en vue de déstabiliser l’adversaire.

« Nous touchons ici la sempiternelle question en médecine légale et en nosographie psychiatrique, résume le Dr Hefez : jusqu’à quel point un psychopathe narcissique comme Trump maîtrise-t-il son trouble ? Autrement dit, est-il réellement fou ? Sans le comparer à Hitler ou à d’autres dictateurs, l’exacerbation des peurs et des colères auxquelles il s’adonne sous prétexte de rendre leur grandeur au peuple des frustrés est objectivement à risque. Dans un contexte de crise, on doit médicalement redouter un passage à l’acte. Trump flirte dangereusement avec la folie. »

Le Quotidien ne nous dit (encore) rien sur la si gentille Hillary.

A demain

1 Au fil des siècles l’histrion a été le mime qui jouait les premières farces plus ou moins grossières (Rome), l’acteur ambulant, mime qui se produisait sur les places publiques (Moyen Âge) puis un comédien (péjoratif). Par extension : celui qui joue un rôle, qui se donne en spectacle.

En psychiatrie le « trouble de la personnalité histrionique » (anciennement hystérique) est défini par l’Association américaine de psychiatrie  comme un trouble de la personnalité  caractérisé par un niveau émotionnel et de besoin d’attention excessif, pathologique. Le patient est en quête d’attention de la part d’autrui, essaie de se mettre en valeur, de séduire, ou simplement d’attirer le regard ou la compassion. La séduction devient un besoin. L’histrionique utilise le charme, et des comportements de séduction inadaptés, comme moyen d’échange, de communication, voire d’interaction. Ce mode de séduction incessante devient un outil de manipulation, afin de s’assurer que ses besoins soient comblés en priorité, au détriment de ceux d’autrui, comme un dû.

 

 

Une réflexion sur “Donald Trump présente-t-il tous les symptômes de l’histrionisme paroxystique ?

  1. Pour devenir président il vaut mieux être un histrionique qu’un évitant, le poste est d’exception.
    Ce qui est drôle est qu’on se réfère au DSM honni des psychanalystes. C’est plus à la mode, la psychanalyse ? Pas d’explications sur la mère « crocodile » de Trump qui l’aurait mise trop tôt sur le pot ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s