Modifier les génomes humains ? L’Inserm recommande d’agir, sans oublier de réfléchir

Bonjour

Hervé Chneiweiss l’avait annoncé. On attendait. C’est fait. Le président du comité d’éthique de l’Inserm vient de rendre public un avis sur les innombrables questions soulevées par la nouvelle technologie de réédition des génomes humains 1. C’est là un document centré sur l’usage qui pourrit ou non être fait de la technique dite CRISPR-Cas 9 dont on peut voir ici un bref mais bon résumé du mode de fonctionnement.

Le comité d’éthique de l’Inserm devait répondre à quelques questions  qui agitent les responsables et un certain nombre des membres de cet organisme. La principale est celle de savoir si le formidable potentiel de cette technique, la rapidité de son développement et la simplicité de son utilisation réclame un encadrement de sa mise en œuvre dans les laboratoires de l’Inserm et (plus généralement) en France. C’est une question essentielle de bioéthique à laquelle le politique semble étranger ou, plus vraisemblablement, allergique. Aussi laisse-t-il les scientifiques débattre entre eux des modalités de l’utilisation de la technique. Certains pourraient voir là un conflit d’intérêt.

Utopies

Pour le comité d’éthique de l’Inserm il faut notamment s’interroger sur l’application de la technologie  à l’homme, ce qui soulève essentiellement la question des « modifications de la lignée germinale » de notre espèce. La réponse est, à dire vrai, très exactement celle, utilitariste éclairée, que l’on attendait : agir (pour rester dans la course) tout en prenant des précautions. Cela peut se dire autrement : encourager une recherche (« qui permettra d’évaluer l’efficacité et l’innocuité de la technologie CRISPR et des autres technologies d’édition du génome récemment publiées ») qui  permettra de déterminer la balance bénéfice/risque d’une application thérapeutique.

Ce comité va toutefois un peu plus loin que ce que l’on pouvait penser. Ainsi précise-t-il que cette recherche expérimentale pourra, « éventuellement » (sic) être menée « sur des cellules germinales humaines et l’embryon humain ». Pourquoi ? Pour pouvoir « définir, dans le futur, ce qui pourrait être autorisé chez l’homme en termes d’approches thérapeutiques ». La fin, en somme, pourrait une nouvelle fois justifier les moyens.

Dystopies

Le comité d’éthique ajoute aussitôt, qu’il sera nécessaire de « respecter l’interdiction de toute modification du génome nucléaire germinal à visée reproductive dans l’espèce humaine » et de « n’appuyer aucune demande de modification des conditions légales » ; du moins « pas avant que les incertitudes concernant les risques ne soient clairement évaluées » – et pas avant non plus  « qu’une concertation élargie incluant les multiples partenaires de la société civile n’ait statué sur ce scénario ».

Les jésuites, leurs proches et les férus de rhétorique apprécieront comme il convient la dernière et superbe recommandation :

« Attirer l’attention sur la question plus philosophique qui met en tension la plasticité du vivant avec l’idée d’une nature humaine fondée sur le seul invariant biologique. Il convient de susciter une conscience qui fasse la part de l’utopie et des dystopies que peuvent engendrer certaines promesses thérapeutique. »

Hasard et fatalité réunis font que cet avis du comité d’éthique français coïncide avec l’obtention par les NIH américains d’un premier feu vert pour un essai d’immunothérapie anticancéreuse chez l’homme – comme on peut le lire dans NatureFirst CRISPR clinical trial gets green light from US panel”.  Tout, désormais, va aller en s’accélérant. .

A demain

1 Le « groupe de travail » du Comité d’éthique de l’Inserm était composé de Bernard Baertschi, Catherine Bourgain, Hervé Chneiweiss, François Hirsch et Anne-Sophie Lapointe.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s