Le Foll à Macron : «Il faut éviter de s’égailler ..!» Sarthois, le verbe est aussi français.

Bonjour

Les politiques nous amusent comme ils peuvent. Leur petits mots sont souvent tristes, parfois pitoyables… Populisme aidant il faut parler peuple… La chronique linguistique médiatique retiendra, à la veille du 14 juillet 2016, la sortie de Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement.

C’était un petit rappel à l’ordre à l’adresse d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie qui ne cesse de jouer solo. Il faut « éviter de s’égailler » a déclaré M. Le Foll en référence au meeting surmédiatisé organisé la veille par le ministre de l’Economie. Un ministre qui aimerait tant parler peuple mais qui, ici, peine. On ne se refait pas.

Le ministre de l’Agriculture a lourdement insisté sur le gailler ; une insistance toute paysanne. Il a d’ailleurs précisé qu’il s’agissait là d’une acception sarthoise, référence au département qui l’a vu naître. Cela donne au final une impression assez glaiseuse, aux antipodes du frivole s’égayer bien connu des classes huppées de l’Hexagone.

Paul Morand et Honoré de Balzac

Pour autant « s’égailler » est bien français :

Emploi trans.

A.− [Le compl. d’obj. désigne un groupe de pers. ou d’animaux] Disperser :

  1. Pareils à des flèches, presque invisibles, les animaux jaillissent, se coagulent en un fuseau tendu, lancé à une allure de train express à la poursuite du lièvre; le premier tournant les couche sur le côté, les égaille; …Morand, Londres,1933, p. 144.

B.− [Le compl. d’obj. désigne un ensemble de choses] Arg. Égailler les cartes. Les disperser (Delvau, Suppl. 1972).

II.− Emploi pronom. réfl. (emploi le plus fréquent). [Le suj. désigne un groupe de pers. ou d’animaux] Se disperser, s’éloigner chacun de son côté (souvent dans une acceptation militaire : pour se soustraire aux attaques ennemies).Les bêtes s’égaillèrent un peu, puis leur colonne s’enfonça à travers les tiges bruissantes (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 153):

  1. Pour faire une trouée, je ne connais pas d’autre moyen que de se mettre en colonne serrée, car des’éparpiller devant une armée en bataille dans une plaine, de s’égailler, comme ils disaient, on serait bientôt ramassé par la cavalerie. Erckmann-Chatrian, Histoire d’un paysan,t. 2, 1870, p. 216.

C’est un mot des dialectes de l’Ouest, usité notamment en Vendée où il servit à caractériser la manœuvre des insurgés qui fuyaient la bataille rangée. Balzac (Honoré de) en use dans Les Chouans. Il a, par scissiparité, donné naissance à égaillement. Chacun trouvera aisément une ou phrase à caractère politique où le mot trouvera sa juste place.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s