Non, Mme Touraine ne veut pas la peau de Gitanes®, Gauloises®, Lucky Strike®, Vogue® et Marlboro®.

 

Bonjour

Qui roule pour qui ? Est-ce un nouveau front ouvert contre Big Tobacco ? Un piège  politique ? Un coup de billard à trois ou quatre bande ? Un sketch pour la galerie citoyenne ? Ce matin une information du Figaro (Ivan Letessier). Elle fait vite florès dans le Landerneau français du tabac. Ce soir une forme de démenti ministériel via Le Monde (François Béguin) Qui roule pour quoi ? Commençons par Le Figaro :

«  Gitanes et Gauloises pourraient disparaître des civettes cet automne. Ces marques mythiques créées en 1910 risquent d’être purement et simplement interdites à la vente en France par Marisol Touraine. L’oukase de la ministre de la Santé menace également de s’abattre sur les paquets de Lucky Strike, Vogue, News, Fortuna ou encore la version Gold de Marlboro.

 « La menace est jugée très sérieuse par les cigarettiers. Les patrons des quatre principaux industriels (Seita, Philip Morris, British American Tobacco et JTI) ont écrit le 8 juillet au premier ministre, Manuel Valls. «Au regard de la gravité et de l’urgence de la situation», ils lui réclament un rendez-vous sur le sujet. Ils ont adressé une copie de leur missive à François Hollande et à trois autres ministres, dont Marisol Touraine. »

Masculinité, virilité, féminité, minceur

Où il est question d’un nouvel article ( L3512-21 ) du code de la santé publique – une transposition de la directive européenne de 2014  sur les produits du tabac  qui prévoit que les paquets de cigarettes et de tabac à rouler « ne peuvent comprendre aucun élément qui contribue à la promotion du tabac en donnant une impression erronée quant aux caractéristiques (…) de ce produit». Et où il est question d’un  ministère français de la Santé  qui «semble avoir une interprétation extrêmement extensive de ces dispositions», bien plus large que celle adoptée dans les autres pays de l’Union Européenne.

Personne, chez Bug Tobacco, n’a encore pu lire le décret d’application de ce nouvel article du code de santé publique, en cours d’examen au Conseil d’État. Mais il y a les échanges éavec le cabinet de la ministre et la Direction générale de la santé (DGS) : le « bureau des pratiques addictives » aurait  défini une série de catégories servant de critères pour l’évaluation des marques ou dénominations commerciales au regard de l’article L35123-21. Parmi elles figurent masculinité, virilité, féminité, minceur, jeunesse, icône, vie sociale ou encore succès…

« Des critères volontairement flous, mais qui permettraient à la ministre de bannir Gauloises et Gitanes (icônes de la féminité), Vogue, News (symbole de jeunesse et de vie sociale), Lucky Strike, Fortuna et Marlboro Gold (chance et succès). Ces marques ont été mentionnées aux industriels par le ministère, qui n’a pas souhaité commenter nos informations. Avec le décret, Marisol Touraine aura la possibilité de refuser leur inscription sur les listes de prix… et donc interdire, de fait, leur vente. Avant la publication du décret, prévue pour la fin du mois, ses services ont refusé de se prononcer par écrit sur l’avenir des marques menacées. »

Sex appeal et morts prématurées

A l’attention des buralistes surchauffés Lemondedutabac.com relaie Le Figaro . Sur RTL les polémistes n’y saisissent que couic.  Et il faut attendre Le Monde pour (avoir l’impression de) commencer à comprendre :

« Le décret, qui devrait être publié d’ici quelques semaines (…) prévoit d’interdire de faire figurer sur les paquets les mentions « à faible teneur en goudron », « léger », « ultra-léger », « doux », « naturel », « bio », « sans additifs », « non aromatisé » ou « slim ». Doit également être banni tout ce qui pourrait « induire les consommateurs en erreur en suggérant des effets bénéfiques en termes de perte de poids, de “sex appeal”, de statut social, de vie sociale ou de qualités telles que la féminité, la masculinité ou l’élégance ».

 « ‘’On se demande en quoi une dénomination telle que Gauloises peut évoquer la féminité’’ , fait-on valoir au ministère de la Santé pour signifier que des marques comme Gauloises, Gitanes ou Lucky Strike ne devraient pas être concernées par le décret. Des marques liées à un autre univers, comme la mode ou le luxe, pourraient en revanche être touchées par le futur décret. Tout comme les appellations « Gold » ou « Blue » qui ont remplacé le terme « light », interdit par la précédente directive européenne de 2011. »

Au ministère de la Santé on rappelle aussi que le « paquet neutre » ne saurait plus guère tarder. Au ministère de la Santé on reste muet sur les interdits de la cigarette électronique. Au ministère de la Santé on ne commente pas le refus du président, du gouvernement et de Bercy d’augmenter les prix des paquets pour lutter contre 80 000 morts annuelles prématurées.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s