Adama Traoré est mort dans une gendarmerie. L’hypothèse de l’asphyxie positionnelle.

Adama Traoré est mort dans une gendarmerie du Val d’Oise. L’hypothèse de l’asphyxie positionnelle.

Bonjour

Il existe désormais une « affaire Adama Traoré » – une affaire née de la mort de ce jeune homme de 24 ans lors de son arrestation  par des gendarmes le 19 juillet à Beaumont-sur-Oise. Les circonstances de cette arrestation sont controversées et les causes de la mort sont toujours aussi mystérieuses. Les mêmes causes produisant les mêmes effets la tension demeure, localement, très vive. La  préfecture du Val-d’Oise a recensé un tir d’arme à plombs, un véhicule incendié et trois interpellations dans la seule nuit du samedi 23 au dimanche 24 juillet à Beaumont-sur-Oise. C’est un véhicule de la gendarmerie qui a été visé par une arme à plombs. L’une des trois personnes interpellées transportait une batte de base-ball et des projectiles selon Jean-Simon Mérandat, le directeur de cabinet du préfet.

Pour faire face à de nouveaux incidents, le dispositif de sécurité avait été renforcé et porté à 265 policiers et gendarmes, ainsi que 65 sapeurs-pompiers. La nuit de vendredi à samedi avait été marquée notamment par des tirs de « mortiers artisanaux » et de chevrotine. Dix personnes avaient été interpellées et quatre gendarmes « blessés très légèrement », selon la préfecture.

Egratignures

A cœur de la polémique les propos du procureur de la République commentant (sans les montrer) les premiers résultats de l’autopsie. Selon Yves Jannier, procureur de la République à Pontoise, l’autopsie médicolégale qui a été pratiquée montre que le jeune homme souffrait d’« une infection très grave »« touchant plusieurs organes ». Selon lui, le médecin légiste n’a pas relevé de « traces de violence » sur le corps d’Adama Traoré, seulement des « égratignures ». Toujours selon le procureur la cause de la mort « semble être médicale chez un sujet manifestement en hyperthermie au moment où il a été examiné par les services de secours », a poursuivi le magistrat. L’autopsie montre, toujours selon le procureur, que « manifestement cette personne n’aurait pas subi des violences, comme certains membres de sa famille ont pu le dire ». Des examens complémentaires, notamment bactériologiques et toxicologiques, seront ordonnés pour avoir un « panel d’examens absolument complet ».

Que peut-on raisonnablement évoquer face à ces éléments ? Nous avons posé la question à différents spécialistes dont des médecins légistes. Tous soulignent  qu’il est difficile de porter un jugement sur les seuls résultats de l’autopsie sans connaître la teneur exacte de ce qui a été constaté au préalable. A ce stade le médecin légiste (son nom n’est pas connu) a très vraisemblablement dû faire part de ses premières constations au procureur de la République sans pour autant donner le détail de toutes ses observations. Différents examens complémentaires biologiques (bactériologiques, toxicologiques, histologiques) ont été demandés et rapport final n’interviendra qu’au vu de tous ces éléments. Il sera confronté à celui demandé par l’avocat des parents de la victime et qui verra un autre légiste suivre une procédure parallèle à celle de son confrère.

Cause trop peu connue

De quels éléments factuels dispose-t-on ? D’une arrestation qui semble mouvementées avec tentative de fuite puis maîtrise d’Adama Traoré au sol avec les mains menottées dans le dos. Dans ce cas de figure le risque de syncope (voire de décès) par arythmie aiguë est bien connu des médecins légistes : c’est l’ « asphyxie positionnelle », entité exposée par trois légiste de Genève et Lausanne dans la Revue Médicale Suisse 1.

« L’asphyxie positionnelle (AP) est une entité fatale consistant en une entrave mécanique des mouvements respiratoires, due à la position du corps. Les conséquences en sont une hypoventilation alvéolaire importante et, le cas échéant, une hyperexcitabilité cardiaque. Cette dernière se produit en raison d’une acidose respiratoire associée à une libération massive de catécholamines lorsqu’un individu est entravé et soumis à une contrainte physique. Ainsi, ce syndrome, qui peut se produire lors de diverses circonstances, est surtout observé lors de contraintes physiques et en association avec un Excited delirium (ED). Le diagnostic de l’AP se base essentiellement sur trois critères : une position corporelle entravant l’échange normal de gaz, l’impossibilité de se libérer de cette position et l’exclusion d’autres causes possibles de décès. »

 On peut ici, pour les légistes, imaginer le facteur aggravant que constituerait une infection respiratoire sévère sur les effets d’une hypoventilation alvéolaire (risque accru d’arythmie aigue en cas « d’arrestation musclée » comme décrit). On peut aussi évoquer, chez ce jeune homme, l’existence d’une cardiomyopathie pré-existante.

Transparence

Au final la question centrale pourrait bien être celle du possible rôle déclenchant de l’arrestation dans la décompensation aiguë d’une infection respiratoire plus ou moins sévère.

On peut le dire autrement : Adama Traoré serait-il toujours en vie s’il n’avait pas été arrêté par les forces de gendarmerie ? C’est une réponse à cette question qu’attendent la famille et les proches. C’est à cette question que devra répondre, clairement et en toute transparence, la médecine légale et Yves Jannier procureur de la République. Le moins tard sera le mieux.

A demain

1 « Asphyxie positionnelle : une cause de décès insuffisamment connue » Bettina Schrag, Sébastien de Froidmont, Maria-del-Mar Lesta. Rev Med Suisse 2011;1511-1514.

3 réflexions sur “Adama Traoré est mort dans une gendarmerie. L’hypothèse de l’asphyxie positionnelle.

  1. Je laisse de côté , avec respect, la douleur de la famille. Elle a toute ma sympahie.

    Mais sur la situation plus factuelle, logique, scientifique , pouvez-vous posez la question :
     » : Adama Traoré serait-il toujours en vie s’il n’avait pas été arrêté par les forces de gendarmerie ? » ?

    Désolé de souligner que c’est une façon biaisée de poser la question.

    Il y a une ou d’autres questions qui interviennent dans la genèse de cette mort.

    – Adama T. aurait il été arrêté s’il n’avait pas fuit la gendarmerie, se donnant l’allure d’un coupable ?
    – L »arrestation de Adama T. aurait-elle été moins musclée * s’il n’avait pas fuit et résisté?

    * Normalement, les forces de police et gendarmerie devraient savoir arrêter un suspect résistant en évitant de provoquer une asphyxie, le syndrome que vous rappelez étant bien connu.

    Ceci dit la coïncidence d’une mort subite seulement due à la maladie préalable de M Adama T. avec son arrestation parait hautement improbable.

    D’autant que les patients en état de choc septique (évolution finale des infections graves) ou d’insuffisance respiratoire sévère (évolution finale de certaines infections subaiguës ou chroniques des poumons) sont tout sauf en état de s’enfuir et résister à des officiers d’ordre public bien portants.

    Une immobilisation sévère, maladroite (non professionnellement conduite) résultant en une asphyxie et un arrêt cardiaque par hypoxie (manque d’oxygène) provoquant une arythmie est malheureusement une hypothèse non écartée.
    L’autopsie macroscopique (examen à l’oeil nu) ne permet pas d’écarter cette hypothèse , ul me semble.

    • Merci pour ce commentaire.
      Je maintiens: « Adama Traoré serait-il toujours en vie s’il n’avait pas été arrêté par les forces de gendarmerie ? »
      Cordialement
      J.-Y. N.

      • La réponse devrait se trouver dans le compte rendu détaillé de l’autopsie, macroscopique, microscopique, toxicologique …..

        Je parierais que oui, il serait encore en vie.

        De même qu’il serait en vie si ce qui a précédé son arrestation n’avait pas existé.

        Ce qui n’empeche pas que les gendarmes aient pu faire une faute « technique » ou éthique.

        Mais dans l’ordre chronologique des multiples causes de la mort de ce garçon, l’arrestation n’est pas première.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s