Nouvel attentat, dans une ville de Bavière. L’auteur avait séjourné en hôpital psychiatrique

Bonjour

Entrons-nous dans le temps des attentats mimétiques ? Après celui de Munich, un attentat par explosif a, dans la soirée du 24 juillet,  été perpétré devant un restaurant du centre-ville d’Ansbach, en Bavière. Il a fait un mort et douze blessés, dont trois grièvement. La victime est l’auteur de l’explosion : un réfugié syrien de 27 ans qui s’était vu refuser sa demande d’asile il y a un an.

Que voulait-il faire ? Que voulait-il dire ? Il avait l’intention d’« empêcher » la tenue d’un festival de musique, a déclaré Joachim Herrmann, ministre de l’intérieur de Bavière. « Il s’agit malheureusement d’un nouvel attentat », a-t-il ajouté. M. Herrmann n’a« pas exclu » une piste islamiste. Mais les enquêteurs ne disposent« d’aucune preuve » allant dans ce sens pour l’instant, selon le chef de la police, Roman Fertinger. L’homme aurait tenté de pénétrer dans l’enceinte du festival et des débris métalliques ont été retrouvés autour du lieu de l’explosion.

« Connus de la médecine »

Ce réfugié avait été autorisé à rester en Allemagne – et ce malgré le rejet de sa demande d’asile. Il séjournait dans un centre d’hébergement d’Ansbach. Joachim Herrmann a précisé qu’il « était connu de la police ». Il était aussi connu de la médecine : il avait déjà tenté par deux fois de se suicider, et avait déjà été interné en hôpital psychiatrique.

L’explosion s’est produite peu après 22 heures, non loin du lieu où devait se tenir un festival en plein air rassemblant 2 500 personnes. Cette manifestation a été interrompue, et les participants évacués. Tout le centre de cette localité de Bavière, a alors été investi par les secours et ses accès bloqués par la police. Ansbach est située non loin de Nuremberg.

A Munich l’auteur de l’attentat (neuf morts) n’était pas connu des services de police. Il était suivi, ou l’avait été, pour des « problèmes psychiatriques ». Cela avait été aussi, un moment, le cas de l’auteur de l’attentat de Nice qui, sur la promenade des Anglais a fait quatre-vingt quatre morts dans la nuit du 14 juillet.

A demain

2 réflexions sur “Nouvel attentat, dans une ville de Bavière. L’auteur avait séjourné en hôpital psychiatrique

  1. Le syrien se fait sauter le caisson au milieu de la foule : les media n’écartent pas l’hypothèse du suicide d’un dépressif.
    Tout à fait Thierry !

  2. La piste du comportement mimétique aurait fait plaisir à René Girard ! Les « épidémies » de suicides sont connues depuis longtemps. Jadis ce fut en Europe centrale, disait-on, après avoir entendu la chanson ‘ sombre dimanche. L’entrainement par imitation est une réalité, redoutable dans tous les mouvements de foule. Cela dit, la présence de troubles psychiatriques est un facilitateur évident de tous les passages à l’acte. La sauce idéologique d’accompagnement n’est qu’une affiche pour frapper les opinions publiques. Alors cessons de nous contenter du dilemne étiologique : djihadiste ou psychotique ? Ras le bol des prétendus « troubles psychologiques » – sous entendu liés à des enfances traumatisantes- ou des dépressions, façon édulcorée et fausse bien à la mode, pour parler de ceux qui délirent.
    FMM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s